Cindy Morin a remporté trois médailles d’or en ski paranordique lors des derniers Jeux du Canada d’hiver. CRÉDIT : COURTOISIE

Cindy Morin est une ex-championne de goalball, une ex-championne de paracylisme et, depuis les Jeux du Canda d’hiver 2019, une championne de ski paranordique. L’athlète lévisienne qui vit avec un handicap visuel qui réduit sa vision optimale de 90 % ne se laisse pas décourager et en épate plus d’un.

En effet, Cindy Morin a remporté trois médailles d’or aux Jeux du Canada d’hiver qui se sont déroulés à Red Deer en Alberta, du 15 février au 3 mars derniers. Elle a été sacrée championne de ski paranordique aux épreuves du 2,5 km, 5 km et du Sprint femme.

«C’était des parcours difficiles, ce ne sont pas des parcours adaptés pour les paras, ce sont les mêmes que les autres athlètes. Donc, je suis très surprise d’avoir eu ces résultats!», partage avec étonnement l’athlète qui en est à sa première saison en ski paranordique.

Toujours à la recherche d’un défi

 Tout a débuté en 2011 lorsque la mère de quatre enfants a dû cesser de travailler à cause de son handicap. Celle qui était technicienne en éducation à l’enfance en milieu scolaire avait besoin de nouveaux défis. «Le sport est venu remplir un besoin. Depuis que je ne peux plus travailler, le sport est devenu mon travail. Ça comble le vide du travail pour moi», explique-t-elle.

Celle-ci s’était fait recommander le goalball, un sport paralympique de ballon où les athlètes vivent tous avec une déficience visuelle. Rapidement, elle s’est mise à jouer dans des compétitions de haut calibre et son équipe a même remporté la médaille d’or lors du Championnat canadien de 2015.

Puisqu’elle souhaitait plutôt pratiquer un sport extérieur, Cindy Morin a décidé de prendre sa retraite du goalball et de se tourner vers le paracyclisme en tandem. Dès sa première course compétitive, l’équipe nationale à recruter la Lévisienne et sa pilote. Encore une fois, Morin a remporté la médaille d’or à l’épreuve contre-la-montre aux Championnats canadiens 2017.

Puis, elle a mis une pause à son ascension dans cette discipline à la suite d’une blessure au genou. Cet arrêt a eu une incidence marquante dans son parcours. «Je manquais de temps pour voir ma famille, je me suis dit ça suffit. Il y arrive des événements dans la vie qui font réaliser que la famille est importante et que la vie va trop vite», a-t-elle constaté.

Par contre, le goût du sport était toujours présent chez l’athlète. C’est pourquoi elle a décidé de se lancer dans le ski paranordique. Rapidement, elle s’est trouvé un guide et a pris part à des compétitions. Sa participation aux Jeux du Canada était fortuite. «J’avais encore ce goût de la compétition, j’ai fait deux coupes Québec. Avec mes résultats, la Fédération m’a dit qu’il y avait une place de disponible pour les Jeux du Canada. Ils m’ont donc envoyé là-bas. Ça a été vraiment rapide!», explique celle qui avait débuté les entraînements en novembre dernier.

Un sport d’autonomie

 Pour Cindy Morin, le ski paranordique lui offre une liberté et une autonomie satisfaisante. Celle qui s’entraîne la semaine dans les Sentiers La Balade de Lévis et au mont Saint-Anne les week-ends connaît bien ces pistes.

«Je peux m’entraîner seule à l’extérieur. J’ai fait les pistes quelques fois avec un guide et maintenant, je les connais par cœur. Je ne suis plus dépendante d’avoir quelqu’un avec moi. Qu’on parle à n’importe qui avec un handicap, l’autonomie, on veut l’avoir le plus possible. C’est une grande joie et un grand soulagement», partage la skieuse. 

Bien qu’elle doive faire le bilan sur sa fructueuse saison, Cindy Morin est convaincue qu’elle veut continuer de pratiquer le ski paranordique. Par contre, elle se questionne encore sur son retour au niveau compétitif. Elle prendra le temps de souffler et d’être avec sa famille d’abord et avant tout.

Les plus lus

C’est la fin pour le Club de golf Beaurivage

Malgré que les clubs de golf pourront amorcer leurs activités le 20 mai, la COVID-19 aura été mortelle pour l’un des sites lévisiens permettant la pratique de ce sport. Dans une lettre transmise à leurs clients que le Journal a reçue le 13 mai, les propriétaires du Club de golf Beaurivage, Bernard Blouin et Alain Blanchet, ont annoncé la fermeture définitive de l’entreprise de Saint-Étienne-de-Lau...

Le Patro part à la rencontre des Lévisiens

En raison de la crise de la COVID-19, l’équipe du Patro de Lévis a dû se tourner vers les médias sociaux afin de divertir sa clientèle qui normalement s’activait dans ses installations du quartier Lévis. Toutefois, l’organisme lévisien mettra bientôt en place une nouvelle activité, le Fun Truck Patro, pour atteindre cet objectif avec un peu plus de chaleur humaine.

L’URLS de la Chaudière-Appalaches veut que la population bouge

L’Unité régionale de loisir et de sport de la Chaudière-Appalaches (URLS-CA) invite la population régionale à bouger du 2 au 12 mai prochain dans le cadre de la Journée nationale du sport et de l’activité physique.

La pratique de certains sports de nouveau autorisée

Le gouvernement du Québec autorisera, à partir du 20 mai, la pratique de certaines activités sportives et de plein air. La ministre déléguée à l’Éducation et responsable de la Condition féminine, Isabelle Charest, en a fait l’annonce le 13 mai.

Communiquer sa passion du hockey malgré une pandémie

Le Lévisien James Létourneau est à l’origine du projet Le monde du hockey / NHL News, une page Facebook où l’adolescent et ses amis discutent de leur passion, les nouvelles du monde du hockey, via des capsules vidéos, des balados et des articles. L’initiative lancée par l’élève de l’École Pointe-Lévy vise à informer les amateurs de sport pendant la crise de la COVID-19.

Les représentants de l'industrie du hockey balle veulent des réponses

Par voie de communiqué, l’Association nord-américaine des joueurs et joueuses de hockey balle (NBHPA) et son fondateur, Alex Burrows, ont déploré le silence du gouvernement quant à la réouverture des centres de dekhockey de la province.

Cascades supporte un joueur de tennis lévisien

Dans le cadre de la 16e édition du programme de bourses Cascades au sein de la Fondation de l’athlète d’excellence du Québec, le joueur de tennis lévisien Maxime St-Hilaire a reçu une bourse de 4 000 $.

Les golfeurs «enfin» de retour sur les verts

À travers la province, une foule de clubs de golf avait le feu vert de la Santé publique afin d’ouvrir leurs installations, le 20 mai dernier. Une logistique supplémentaire a été requise pour conformer les clubs à la nouvelle réalité et les golfeurs ont répondu à l’appel par centaines afin de pratiquer le sport.