Martine Biron, Stéphanie Lachance et Bernard Drainville promettent de travailler en équipe pour permettre à Lévis de conserver son attractivité et maintenir sa croissance. Photo : Érick Deschênes

Les trois candidats de la Coalition avenir Québec (CAQ) dans les trois circonscriptions lévisiennes, Martine Biron (Chutes-de-la-Chaudière), Bernard Drainville (Lévis) et Stéphanie Lachance (Bellechasse), ont rencontré le Journal, le 23 septembre, pour livrer un plaidoyer en faveur de leur candidature. Selon eux, grâce à leur travail d’équipe, le trio est le seul qui pourra livrer la marchandise pour concrétiser plusieurs dossiers chers aux Lévisiens, s’ils sont élus le 3 octobre prochain.

D’emblée, les trois candidats caquistes ont rappelé leur engagement ferme à concrétiser le projet de tunnel Québec-Lévis, le troisième lien interrives désiré par le gouvernement caquiste sortant. Malgré que le premier ministre sortant et chef de la CAQ, François Legault, a avoué lors de la campagne que l’étude sur le tunnel ne sera disponible que l’an prochain, Martine Biron, Bernard Drainville et Stéphanie Lachance ont soutenu que le projet de troisième lien est sur les rails et que plusieurs études sont menées dans ce dossier.

«Les forages qui ont été effectués cet été sont sur le tracé du tunnel, les carottes n’ont pas été décidées de façon aléatoire. Ce ne sont pas juste des mots, ça avance. On a foré pour confirmer qu’on est bel et bien dans le roc. Ce qu’ont démontré les 20 premiers forages», a notamment cité en exemple M. Drainville.

Du même souffle, Martine Biron et Stéphanie Lachance ont argué que le tunnel Québec-Lévis était le meilleur projet pour Lévis et la Chaudière-Appalaches, un outil qui rendra plus attractive la région dans le contexte de pénurie de main-d’oeuvre. Pour elles, le projet de troisième lien passant par l’île d’Orléans proposé par le Parti conservateur du Québec (PCQ) retarderait l’ouverture désirée de ce nouveau lien et ne tient pas compte de plusieurs facteurs.

«(Un lien à seulement) deux voies de circulation et amener du trafic sur l’île, ce n’est pas sérieux. 6 000 citoyens de l’île d’Orléans à qui (le PCQ) dit qu’on s’en fout de ce que vous pensez. (Le PCQ) dit aussi aux citoyens de Bellechasse qui essaient protéger des terres agricoles et le patrimoine qu’il s’en fout aussi. […] En 2018, M. Tardif (Michel, le candidat conservateur dans Bellechasse) était carrément contre et maintenant, il est en faveur du troisième lien. Je me questionne. M. Tardif devrait aller faire ses devoirs et aller écouter les gens de Bellechasse (qui veulent un troisième lien rapidement)», a lancé Mme Lachance.

«C’est un assez long processus (réaliser un projet d’infrastructure au Québec) et on n’a pas de machine grand V. Ça avance. Quand j’entends Éric Duhaime (le chef du PCQ) dire qu’on a fait notre projet sur une napkin, je crois que lui a fait le sien sur un bout de Kleenex. Son projet n’est pas chiffré et on ne sait pas ce qu’il veut faire», a pour sa part imagé Mme Biron.

Se battre pour la juste part de Lévis

Dans un autre ordre d’idées, les trois candidats caquistes ont également promis de travailler en équipe, s’ils sont élus le 3 octobre, pour permettre à Lévis d’obtenir sa part d’investissements gouvernementaux. Désirant que la ville continue d’être attractive et maintienne sa vitalité économique, Martine Biron, Bernard Drainville et Stéphanie Lachance veulent notamment que les entreprises lévisiennes reçoivent des subventions pour favoriser leur automatisation et que Lévis accueille plus d’immigrants. Le tout permettrait notamment de réduire la rareté de la main-d’oeuvre dans la région, selon eux.

Plus spécifiquement pour le comté de Lévis, Bernard Drainville entend se battre bec et ongles pour que la Ville de Lévis obtienne la subvention qui lui permettra de construire une deuxième glace à l’Aréna de Lévis.

«Lors du dernier appel à projets lancé par le gouvernement, il y avait pour plus de 1 G$ en projets déposés et le budget était de 250 M$. Il y avait cinq fois plus de projets que d’argent. S’il y avait eu un deuxième tour de financement, le projet de la Ville de Lévis allait être sélectionné. Je ne suis pas en train de dire qu’avec le nouveau programme de financement des infrastructures sportives annoncé par notre chef qu’on va l’avoir, mais on va se battre pour l’avoir. Les trois ensemble, on va travailler très fort pour Lévis et Bellechasse, on va être une équipe du tonnerre pour aller chercher notre juste part des investissements», a plaidé M. Drainville.

La «pensée magique» conservatrice

Pour conclure leur point de presse, les trois candidats caquistes briguant les suffrages à Lévis en ont profité pour lancer des pointes à leur plus proche poursuivant dans la région, le PCQ. Selon eux, le programme des conservateurs mise «sur la pensée magique» et réduira les services offerts aux citoyens si leurs adversaires peuvent le concrétiser.

«Ils promettent des immenses baisses d’impôts et ils disent que ça ne touchera pas les services. Ils disent qu’ils vont réussir cet objectif en dégraissant (que la machine gouvernementale). Il veut aller récupérer des milliards de dollars dans le budget du gouvernement et il ne touchera pas aux deux postes les plus importants, la santé et l’éducation? La seule manière que les conservateurs pourront donner les baisses d’impôts qu’ils promettent, c’est en touchant aux hôpitaux et aux écoles», a déploré Bernard Drainville.

«Mon gros choc dans le programme d’Éric Duhaime, c’est la page 33 dédiée aux services de garde. Ils proposent de démanteler le réseau des CPE et d’abolir le tarif unique. Ce serait un recul épouvantable pour les femmes. C’est dans la pensée conservatrice pure, mais s’il y a quelque chose qui a fait avancer la cause des femmes au Québec, c’est les CPE. En plus, les services de garde permettent à plusieurs femmes de travailler, ce qui est capital dans le contexte de pénurie de main-d’oeuvre», a conclu Mme Biron.

 

Les plus lus

La Ville inaugure le pavillon d’accueil du parc de la Rivière-Etchemin

Le projet de pavillon d’accueil du parc de la Rivière-Etchemin, qui représente un investissement de 3 M$, dont 1,9 M$ octroyés par le gouvernement du Québec via le Fonds d’appui au rayonnement des régions et 1,1 M$ par la Ville de Lévis, a été inauguré, le 18 novembre dernier. Ce dernier sera ouvert à la population dès le 3 décembre prochain.

Inflation : le gouvernement provincial dévoile les détails entourant l'envoi de nouveaux chèques d'aide

Comme il s'y était engagé en campagne électorale plus tôt cet automne, le gouvernement caquiste a officiellement confirmé, le 9 novembre, que Québec enverra un nouveau montant ponctuel à la majorité des Québécois pour les aider à faire face aux effets de l'inflation. Le ministre des Finances du Québec, Eric Girard, a alors présenté les détails entourant la mesure.

Bernard Drainville et son équipe passent à l’action

Le nouveau député de Lévis ainsi que ministre de l’Éducation et ministre responsable de la Chaudière-Appalaches, Bernard Drainville, a présenté les membres de son équipe de son bureau de circonscription, le 25 novembre. Avec l’aide de ses nouveaux collaborateurs, l’élu de la Coalition avenir Québec (CAQ) travaille déjà sur plusieurs de ses engagements de la campagne électorale.

Direction générale : Lévis recrute l’ancien PDG de la STQ

L’administration Lehouillier s’est une nouvelle fois tournée vers l’externe afin de trouver un nouveau directeur général pour la Ville de Lévis. C’est Stéphane Lafaut, le président-directeur général de la Société des traversiers du Québec (STQ) sur le départ de son poste, qui a été choisi à l’unanimité par le conseil municipal pour succéder à Simon Rousseau, qui a quitté la barre de la municipalit...

«M. Bonin soulève de faux problèmes», selon le maire

Quelques heures après une conférence de presse de Serge Bonin déplorant le manque de collaboration de Lévis Force 10 (LF10) en son endroit depuis son élection il y a un an, le maire de Lévis et chef de LF10, Gilles Lehouillier, a réagi à cette sortie. «Trouvant plutôt bizarre» les critiques lancées par le seul élu de l'opposition et représentant de Repensons Lévis (RL) à l'Hôtel de Ville, le magis...

«Le réflexe démocratique un peu disparu à Lévis», selon Bonin

Un an après son élection sous les couleurs de Repensons Lévis (RL), le conseiller municipal du district Saint-Étienne et seul représentant de l’opposition à l’Hôtel de Ville de Lévis, Serge Bonin, a fait une sortie, le 23 novembre, contre le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, et son parti qui détient le pouvoir au conseil municipal, Lévis Force 10 (LF10). Affirmant que «sa patience a atteint ses ...

Un premier congrès réussi pour Repensons Lévis

Le parti politique municipal lévisien Repensons Lévis (RL) tenait son premier congrès le 19 novembre dernier au Juvénat Notre-Dame à Saint-Romuald. À cette occasion, le parti d’opposition à la table du conseil municipal lévisien recevait Maxime Pedneaud-Jobin, ancien maire de Gatineau, et Louise Harel, ancienne ministre péquiste, présidente de l’Assemblée nationale du Québec de 2002 à 2003 et chef...

Conseil en bref : un surplus anticipé de 5,7 M$

Le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, et les élus municipaux lévisiens se sont rassemblés à l’hôtel de ville de Lévis dans le cadre d’une séance ordinaire du conseil municipal, le 14 novembre dernier. Voici un résumé des sujets qui ont été discutés et des résolutions qui ont été adoptées lors de cette réunion.

Abolition du sifflet de train à Charny : la Ville se tourne vers la médiation

Au cours des prochains jours, la Ville de Lévis fera parvenir une demande de médiation à l’Office des transports du Canada (l’OTC), un organisme réglementaire fédéral, afin de trouver un terrain d’entente avec le Canadien National (CN).

Le conseil du 28 novembre en bref

Le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, et les autres élus municipaux de Lévis se sont réunis pour une séance ordinaire du conseil municipal, le 28 novembre dernier. Voici un résumé des sujets d’importance qui ont été abordés lors de la réunion.