Devant plus de 1 000 militants, Éric Duhaime a critiqué la gestion du gouvernement caquiste sortant et appelé les électeurs à voter pour le PCQ afin de concrétiser un «vrai changement». Photos : Gilles Boutin

Un peu plus d'une semaine après un passage à Lauzon, le chef du Parti conservateur du Québec (PCQ), Éric Duhaime, a tenu son dernier grand rassemblement de campagne au Centre des congrès de Lévis, le 23 septembre, devant plus de 1 000 militants. Éric Duhaime et certains de ses candidats dans la région, dont Mario Fortier (Chutes-de-la-Chaudière) et Karine Laflamme (Lévis), en ont profité pour de nouveau critiquer la gestion du gouvernement caquiste sortant et appelé les électeurs à voter pour le PCQ afin de concrétiser un «vrai changement».

Le chef du PCQ a consacré une bonne partie de son discours pour répliquer aux attaques lancées par le premier ministre sortant, François Legault, et son parti politique, la Coalition avenir Québec (CAQ), vendredi.

Rappelons que François Legault a alors comparé le chef du PCQ à Donald Trump, l'ancien président américain. Il a également déclaré qu'Éric Duhaime s'était «disqualifié» du poste de premier ministre en raison de son opposition aux mesures sanitaires pendant la pandémie. «Je ne comprends pas comment un peuple qui est solidaire peut accepter qu’un gars qui a joué le rôle d’agitateur pendant deux ans et profité de la détresse de certaines personnes pour gagner des votes puisse aspirer aux plus hautes fonctions de l'État», a-t-il affirmé.

De plus, la CAQ a lancé une campagne publicitaire négative dans la région de Québec rappelant que voter est aussi important que payer ses taxes, un rappel de la controverse en lien avec ses retards dans le paiement de taxes ou de comptes qui a touchée Éric Duhaime plus tôt lors de la campagne.

Arguant qu'il se pouvait qu'une personne pouvait oublier de payer ses taxes et jugeant que cette publicité n'est «qu'une campagne de salissage contre moi et notre parti», le chef du PCQ a soutenu que François Legault s'en prenait aux conservateurs puisqu'il ne tolère pas la critique.

«En disant que je suis disqualifié, il est en train de dire que les Québécois qui ne pensent pas comme lui sont aussi disqualifiés. Lors du débat de jeudi, à une question aussi sérieuse que la santé mentale, il a trouvé que c'était le temps de m'attaquer sur la crise sanitaire et il n'a pas accepté que je lui parle que les enfants du Québec ont souffert de ses mauvaises décisions. L'insulte est l'arme des faibles. La comparaison avec Donald Trump est complètement ridicule. Personne ne pense que je suis un sosie de Donald Trump, ni idéologiquement ni physiquement. [...] Je crois que ça fait trop longtemps que M. Legault gouverne par décrets. Il a actuellement besoin de deux doses, une dose d'humilité et une dose de démocratie», a rétorqué M. Duhaime.

Avant le discours de leur chef, les candidats qui ont pris la parole ont aussi déploré les attaques de François Legault envers Éric Duhaime.

«Nous savons que les citoyens ont besoin d'une voix pour vous représenter plus que jamais à l'Assemblée nationale. Nous voulons être vos porteurs de ballon et faire rentrer une vraie démocratie à l'Assemblée nationale. [...] Notre parti est le parti de l'espoir pour un monde meilleur et notre chef est digne de nous représenter comme premier ministre le 4 octobre prochain», a notamment affirmé Karine Laflamme.

Concrétiser le troisième lien

Lors du rassemblement, les candidats conservateurs et leur chef s'en sont de nouveau pris à la CAQ quant à leur gestion des enjeux de mobilité dans la grande région de Québec. Ils ont alors notamment critiqué le manque de transparence du gouvernement sortant quant à l'état du pont Pierre-Laporte ainsi que le développement du projet de troisième lien interrives routier.

«Lors du débat, notre chef a mis de l'avant les enjeux de mobilité de la région de Québec, qui sont primordiaux. Lorsqu'il est questionné sur l'état du pont Pierre-Laporte, le premier ministre ne fait que bafouiller. C'est inacceptable», a soutenu Mario Fortier.

«En 2018, vous avez fortement voté pour la CAQ afin qu'il concrétise le projet de troisième lien. Et rien n'a avancé d'un iota. Même qu'un certain candidat (le ministre de la Cybersécurité et du Numérique et député sortant de La Peltrie, Éric Caire) qui avait dit qu'il allait mettre son siège en jeu si le projet ne se concrétisait a le culot de remettre sa face sur une pancarte électorale cette année. La CAQ croit que vous n'avez pas de mémoire et que vous êtes aveugles», a ajouté un peu plus tard Éric Duhaime.

Notons finalement que le chef du PCQ a invité ses militants à aller voter, entre autres pour permettre l'arrivée de députés conservateurs à l'Assemblée nationale et pour s'assurer que les candidats caquistes dans Chutes-de-la-Chaudière et Lévis, Martine Biron et Bernard Drainville, soient les «deux résidents les plus temporaires de l'histoire de Lévis». 

Les plus lus

La Ville inaugure le pavillon d’accueil du parc de la Rivière-Etchemin

Le projet de pavillon d’accueil du parc de la Rivière-Etchemin, qui représente un investissement de 3 M$, dont 1,9 M$ octroyés par le gouvernement du Québec via le Fonds d’appui au rayonnement des régions et 1,1 M$ par la Ville de Lévis, a été inauguré, le 18 novembre dernier. Ce dernier sera ouvert à la population dès le 3 décembre prochain.

Inflation : le gouvernement provincial dévoile les détails entourant l'envoi de nouveaux chèques d'aide

Comme il s'y était engagé en campagne électorale plus tôt cet automne, le gouvernement caquiste a officiellement confirmé, le 9 novembre, que Québec enverra un nouveau montant ponctuel à la majorité des Québécois pour les aider à faire face aux effets de l'inflation. Le ministre des Finances du Québec, Eric Girard, a alors présenté les détails entourant la mesure.

Bernard Drainville et son équipe passent à l’action

Le nouveau député de Lévis ainsi que ministre de l’Éducation et ministre responsable de la Chaudière-Appalaches, Bernard Drainville, a présenté les membres de son équipe de son bureau de circonscription, le 25 novembre. Avec l’aide de ses nouveaux collaborateurs, l’élu de la Coalition avenir Québec (CAQ) travaille déjà sur plusieurs de ses engagements de la campagne électorale.

Direction générale : Lévis recrute l’ancien PDG de la STQ

L’administration Lehouillier s’est une nouvelle fois tournée vers l’externe afin de trouver un nouveau directeur général pour la Ville de Lévis. C’est Stéphane Lafaut, le président-directeur général de la Société des traversiers du Québec (STQ) sur le départ de son poste, qui a été choisi à l’unanimité par le conseil municipal pour succéder à Simon Rousseau, qui a quitté la barre de la municipalit...

«M. Bonin soulève de faux problèmes», selon le maire

Quelques heures après une conférence de presse de Serge Bonin déplorant le manque de collaboration de Lévis Force 10 (LF10) en son endroit depuis son élection il y a un an, le maire de Lévis et chef de LF10, Gilles Lehouillier, a réagi à cette sortie. «Trouvant plutôt bizarre» les critiques lancées par le seul élu de l'opposition et représentant de Repensons Lévis (RL) à l'Hôtel de Ville, le magis...

«Le réflexe démocratique un peu disparu à Lévis», selon Bonin

Un an après son élection sous les couleurs de Repensons Lévis (RL), le conseiller municipal du district Saint-Étienne et seul représentant de l’opposition à l’Hôtel de Ville de Lévis, Serge Bonin, a fait une sortie, le 23 novembre, contre le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, et son parti qui détient le pouvoir au conseil municipal, Lévis Force 10 (LF10). Affirmant que «sa patience a atteint ses ...

Un premier congrès réussi pour Repensons Lévis

Le parti politique municipal lévisien Repensons Lévis (RL) tenait son premier congrès le 19 novembre dernier au Juvénat Notre-Dame à Saint-Romuald. À cette occasion, le parti d’opposition à la table du conseil municipal lévisien recevait Maxime Pedneaud-Jobin, ancien maire de Gatineau, et Louise Harel, ancienne ministre péquiste, présidente de l’Assemblée nationale du Québec de 2002 à 2003 et chef...

Conseil en bref : un surplus anticipé de 5,7 M$

Le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, et les élus municipaux lévisiens se sont rassemblés à l’hôtel de ville de Lévis dans le cadre d’une séance ordinaire du conseil municipal, le 14 novembre dernier. Voici un résumé des sujets qui ont été discutés et des résolutions qui ont été adoptées lors de cette réunion.

Abolition du sifflet de train à Charny : la Ville se tourne vers la médiation

Au cours des prochains jours, la Ville de Lévis fera parvenir une demande de médiation à l’Office des transports du Canada (l’OTC), un organisme réglementaire fédéral, afin de trouver un terrain d’entente avec le Canadien National (CN).

Le conseil du 28 novembre en bref

Le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, et les autres élus municipaux de Lévis se sont réunis pour une séance ordinaire du conseil municipal, le 28 novembre dernier. Voici un résumé des sujets d’importance qui ont été abordés lors de la réunion.