De retour d’une mission économique en Normandie, le maire de Lévis a illustré «la nécessité», selon lui, d’implanter un troisième lien à Québec entre les deux rives du Saint-Laurent par la construction du pont de Normandie dans l’estuaire de la Seine qui facilite la circulation entre les villes et les régions.

Mis en service il y a près de 25 ans en France, le pont de Normandie présente une certaine similitude avec le projet de troisième lien entre Québec et Lévis, estime Gilles Lehouillier, puisque l’ouvrage a été édifié à une quinzaine de kilomètres d’un autre pont qui obligeait les utilisateurs à contourner l’estuaire du fleuve pour passer de l’autre côté.

«L’achalandage (sur le pont de Normandie) a plus que triplé passant de 2,3 millions de véhicules annuellement (à son ouverture) en 1995 à 7,7 millions de véhicules en 2018» et «l’achalandage du pont existant, soit le pont de Tancarville, a chuté de façon importante dès les cinq premières années, passant de 6,5 millions de véhicules annuellement à 4,8 millions de véhicules».

D’après ces chiffres, le maire croit que l’exemple français montre que la construction d’un nouveau lien interrives permettra de décongestionner les deux ponts déjà existants en répartissant la circulation sur plusieurs infrastructures.

À l’époque de la mise en service du pont de Normandie, les prévisions de trafic rendues publiques prévoyaient déjà que la nouvelle structure allait capter 30 % du flux de véhicules du pont voisin situé sur une route moins directe, auxquels s'ajouterait un nouveau trafic dû à l'ajout.

Un impact national

De plus l’impact d’un tel aménagement ne serait pas que local, mais national. «Quand on regarde les augmentations assez importantes de l’achalandage, on s’aperçoit que c’est un passage extrêmement important pour tout le trafic qui n’est pas compté dans les enquêtes origine-destination. C’est là qu’on en est arrivés, nous, à la conclusion, on est certains de ça à 100 %, c’est que ce n’est pas un projet local. On ne peut pas le réduire à Québec-Lévis», affirme Gilles Lehouillier.

Ce qui ferait du futur lien Québec-Lévis «un lien autoroutier reliant les grandes autoroutes du Québec et qui vient boucler le réseau routier existant à l’échelle métropolitaine». Et d’ajouter qu’il «est erroné d’affirmer que la présence d’un nouveau lien Québec-Lévis favorisera uniquement la rive-sud et les besoins locaux».

Le maire a tenu à préciser que «réduire la justification du nouveau lien Québec-Lévis à la population locale n’est pas conforme à la réalité régionale». Il a ainsi signalé que «l’enquête origine-destination 2017 réalisée récemment ne tient pas compte de tout le trafic de transit en provenance de l’extérieur de la région Québec–Lévis, ni des activités de camionnage». 

Pourquoi le pont de Normandie a-t-il été construit ?

Construit pour sortir la ville du Havre, deuxième grand port commercial de France, de l’isolement de sa pointe côtière et favoriser son développement économique, l’ouvrage a été ouvert à la circulation en 1995. Le pont de Normandie permettait aussi de réduire les temps de déplacement et les distances séparant les grandes villes de Normandie dans un contexte marqué par la forte croissance du trafic autoroutier.

Le projet était d’ailleurs porté par la Chambre de commerce et d’industrie (CCI) du Havre, qui sans apport de l’État français, a financé la construction avec le soutien des collectivités régionales environnantes, un investissement remboursé ensuite par un péage. «Désenclaver et développer l’estuaire de la Seine sont les deux raisons pour lesquelles les chefs d’entreprises, élus de la CCI, ont pris la décision dans les années 90 de s’engager dans ce projet majeur d’aménagement du territoire», peut-on lire sur le site Internet consacré aux ponts par la CCI.

Les plus lus

Réaménagement de l'échangeur Kennedy : Québec ira de l'avant

Le ministère des Transports du Québec (MTQ) a dévoilé, le 9 mars, qu'il investira plus de 354 M$ en 2020-2022 pour améliorer les infrastructures routières, ferroviaires et aéroportuaires de la Chaudière-Appalaches. À cette occasion, Québec a notamment confirmé que les premières étapes du projet de réaménagement de l'échangeur Kennedy (sortie 325) et de construction d'un pont d'étagement au-dessus ...

COVID-19 : la Ville prend des mesures et ferme plusieurs services

La Ville de Lévis a annoncé ses mesures pour lutter contre la propagation du coronavirus. Le maire de Lévis a annoncé que la Ville met maintenant en place sa cellule stratégique afin de "gérer la situation de manière efficiente". Plusieurs services municipaux ferment leurs portes immédiatement.

COVID-19 : la Ville apporte des modifications à certains services essentiels

En raison de nouveaux bouleversements provoqués par la crise du coronavirus, la Ville de Lévis a annoncé, le 27 mars, qu'elle a procédé à certains ajustements à certains services essentiels.

COVID-19 : la Ville de Lévis protège ses employés

Le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, accompagné de Simon Rousseau, directeur général de la Ville, et Gaétan Drouin, coordonnateur municipal de la sécurité civile, a tenu, le 16 mars, un deuxième point de presse concernant de nouvelles mesures adoptées afin de limiter la propagation de la COVID-19.

Coronavirus : Québec met en place un programme temporaire pour les travailleurs

Pour contrer la propagation de la COVID-19 et encourager l'isolement des travailleurs, le premier ministre du Québec, François Legault, et le ministre du Travail, de l'Emploi et de la Solidarité sociale, Jean Boulet, ont annoncé, en fin d'après-midi lundi, la mise en place du Programme d'aide temporaire aux travailleurs (PATT COVID-19).

Jacques Gourde apporte des précisions sur les mesures d'aide

Par voie de communiqué, le député de Lévis-Lotbinière, Jacques Gourde, a partagé, le 20 mars, les détails des mesures d’aides économiques annoncées par le gouvernement fédéral en lien avec le coronavirus (COVID-19).

Conseil en bref : 1,3 M$ supplémentaire pour renouveler les véhicules de la Ville

Une séance du conseil municipal s’est tenue le 9 mars à l'hôtel de ville de Lévis. Voici en résumé les principaux points adoptés ou abordés lors de la séance par le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, et les conseillers municipaux.

Un Lévisien veut devenir chef du PQ

La course à la direction du Parti québécois (PQ) aura des couleurs lévisiennes puisqu’un des résidents de la ville, Laurent Vézina, est l’un des six aspirants au poste. Résolument indépendantiste, l’entrepreneur veut convaincre les membres et sympathisants de cette formation politique de lui faire confiance grâce à son approche économique.

L’accès à la PCU élargi

Les inscriptions à la Prestation canadienne d’urgence (PCU) ont débuté aujourd’hui. Cependant, certaines catégories de travailleurs n’y ont toujours pas accès, c’est pourquoi le gouvernement du Canada compte élargir les critères d’éligibilité au cours des prochains jours. C’est ce qu’a confirmé le premier ministre canadien, Justin Trudeau, lors de sa mise à jour quotidienne.

COVID-19 : le nombre de décès s’alourdit au Québec et le provincial investit dans un vaccin

Quatre nouveaux décès ont été recensés lors du point de presse quotidien à propos de la situation de la COVID-19 du premier ministre du Québec, François Legault, aujourd’hui. La province compte désormais cinq décès en lien avec la COVID-19. Également, par voie de communiqué, le cabinet du ministre de l’Économie et de l’Innovation a laissé savoir que le gouvernement du Québec a investi 7 M$ pour le...