CRÉDIT : ÉRICK DESCHÊNES

Le député sortant de Bellechasse-Les Etchemins-Lévis et candidat du Parti conservateur du Canada (PCC) dans ce comté lors des prochaines élections, Steven Blaney, a critiqué, le 22 août, les «annonces préélectorales» du gouvernement libéral au profit de Chantier Davie qui ne résultent pas en l’octroi de contrats immédiats. Pour ce faire, l’élu lévisien s’en est pris à la décision d’Ottawa «de permettre la location et l’acquisition d’un traversier construit à l’étranger par Marine Atlantique».

«Ici, on sait ce que ça donne de faire construire un navire à l’étranger (problèmes sur le traversier québécois F.-A.-Gauthier que réparent actuellement les travailleurs de la Davie). Cela donne un produit d’une qualité qui n’est pas celle livrée par les chantiers canadiens. Ici, on a l’expertise et les compétences», a d’emblée lancé M. Blaney lors d’un point de presse près du chantier maritime lévisien.

C’est la publication, le 17 juillet dernier, d’une demande de qualifications en vue de la livraison d’un nouveau navire par Marine Atlantique, une société d’État canadienne qui offre un service de transport de marchandises et de passagers entre Terre-Neuve-et-Labrador et la Nouvelle-Écosse, qui a provoqué la déception de Steven Blaney.

Dans son communiqué de presse pour annoncer la nouvelle, Marine Atlantique a alors indiqué que sa demande est «ouverte aux soumissionnaires nationaux et internationaux intéressés par la fourniture d’un nouveau navire».

Le député sortant de Bellechasse-Les Etchemins-Lévis se demande donc pourquoi «les libéraux se tournent vers les chantiers étrangers» alors que Chantier Davie pourrait réaliser rapidement ce contrat qu’il estime d’une valeur entre 200 M$ et 300 M$. Surtout que le gouvernement serait en «flagrante contradiction» avec la Stratégie nationale de construction navale selon M. Blaney.

«Le ministre des Transports, Marc Garneau, ne peut se laver les mains de cette violation, car le vérificateur général du Canada a clairement indiqué que les plans d’acquisition des sociétés de la Couronne doivent être approuvés par le gouvernement. Le ministre Garneau a la capacité d’annuler l’appel d’offres pour exiger que les traversiers de la flotte fédérale soient construits au Canada. Sinon, on va devoir conclure que les belles annonces de cet été, alors qu’il y a encore des mises à pied au Chantier, ce ne sont que de la frime», a argué l’élu conservateur.

Blaney veut que Davie soit sélectionné

 Du même souffle, Steven Blaney a commenté la décision du gouvernement fédéral de prolonger de sept jours la période d’inscription des entreprises au processus pour déterminer le troisième chantier maritime canadien pouvant soumissionner dans le cadre de la Stratégie nationale de construction navale. Selon le Journal de Québec, c’est à la demande d’un chantier maritime ontarien qu’Ottawa a pris cette décision.

Chantier Davie espère ardemment obtenir cette place dans la Stratégie nationale de construction navale, ce qui lui permettrait d’obtenir des contrats évalués à plusieurs milliards de dollars. Une candidature qui est fortement appuyée par Steven Blaney, qui a en a profité pour écorcher une nouvelle fois ses adversaires libéraux.

«Ça ressemble à de la frime libérale. Davie est le plus grand chantier canadien et il a démontré son expertise pour construire l’Astérix et le Cecon Pride. Je suis sûr que le Chantier Davie est le meilleur pour faire partie de la Stratégie nationale de construction navale. […] On fait miroiter des contrats alors que les libéraux pourraient octroyer dès maintenant le contrat pour l’Obélix (deuxième navire ravitailleur temporaire pour la Marine royale canadienne) et faire rentrer les travailleurs la semaine prochaine, ce que mon chef Andrew Scheer a promis de réaliser si nous obtenons le pouvoir», a conclu M. Blaney.

Les libéraux s'expliquent mal la sortie

Invité à réagir à la sortie de Steven Blaney sur l'appel d'offres de Marine Atlantique par le Journal, le gouvernement libéral a défendu son approche, tout en lançant des pointes contre le député sortant de Bellechasse-Les Etchemins-Lévis.

«L’objectif du processus est de permettre à Marine Atlantic Inc. de se procurer un navire de grande qualité qui réponde à ses besoins opérationnels spécifiques, à un prix avantageux, et ce, dans un court laps de temps. Un processus d’approvisionnement ouvert et concurrentiel mené par Marine Atlantic Inc. sur le marché mondial est la manière la plus appropriée d’atteindre cet objectif. J’aimerais ajouter qu’il est très étonnant de voir que ce soit une préoccupation pour le député de Lévis qui n’a pas levé le petit doigt pour inclure la Davie quand son parti a créé sa Stratégie nationale de construction navale. Je tiens également à rappeler que le contrat que notre gouvernement a octroyé à la Davie pour l’entretien de 3 frégates canadiennes est le plus important contrat fédéral de l'histoire de la Davie», a affirmée Delphine Denis, porte-parole du ministre Marc Garneau.

Les plus lus

Stratégie nationale de construction navale : le Bloc déçu des mois d'attente pour la Davie

Si le Bloc québécois salue que Chantier Davie a été présélectionné avant les Fêtes pour devenir le troisième chantier partenaire dans le cadre de la Stratégie nationale de construction navale (SNCN), le parti a déploré, le 7 janvier, les mois d'attente provoqués par l'étape de demande de propositions et d’évaluation avant que l'entreprise lévisienne obtienne des contrats dans le cadre de ce progra...

Blaney à la défense du troisième lien

Par voie de communiqué, le député fédéral de Bellechasse-Les Etchemins-Lévis, Steven Blaney, a livré, le 17 janvier, un nouveau vibrant plaidoyer en faveur de la construction d'un troisième lien interrives entre Québec et Lévis à l'est.

Conseil en bref : la famille Garon souhaite s’entendre avec la Ville

Voici le résumé des éléments marquants du conseil municipal tenu par le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, et les conseillers municipaux, le 13 janvier dernier.

Pont de Québec : le Bloc déplore des «délais inacceptables»

Par voie de communiqué, la députée du Bloc québécois de Beauport-Limoilou, Julie Vignola, a critiqué, le 14 janvier, le gouvernement fédéral libéral en ce qui a trait à sa gestion du dossier du pont de Québec.