Le maire de Lévis n'a pas apprécié les commentaires d'Alexandre Turgeon sur le développement à Lévis. CRÉDIT : ARCHIVES

Le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, a demandé, le 11 septembre, que le directeur général et vice-président exécutif du Conseil régional de l'environnement (CRE) de la Capitale-Nationale, Alexandre Turgeon, présente des excuses officielles à la population lévisienne pour des propos qu'il a tenus dans un article du Journal de Québec.

Rappelons d'emblée que dans cet article publié le 11 septembre, plusieurs organismes de la région défendant le transport en commun ou l'environnement critiquaient Gilles Lehouillier pour avoir affirmé que seule «une petite élite» de Québec et de Montréal travaille activement contre le projet de troisième lien entre Québec et Lévis.

Dans l'article, Alexandre Turgeon a comparé le modèle de développement de Lévis à un «cancer». «C'est le dernier exemple à suivre. C'est le tout-à-l'automobile. C'est des voleurs et des resquilleurs qui veulent refiler la facture à tout le Québec», a déclaré le directeur général et vice-président exécutif du CRE de la Capitale-Nationale.

Des sorties, plus particulièrement celle d'Alexandre Turgeon, que n'a vraiment pas apprécié le maire de Lévis, visiblement en colère lors d'une mêlée de presse en marge d'une conférence de presse au Chantier Davie.

«S'il souhaite faire de la politique, il y aura une campagne municipale dans deux ans. Quand tu sièges sur un CRE et que tu es aussi démagogue face au développement d'une ville qui est numéro un au Québec pour sa qualité de vie, je n'ai pas de leçons de recevoir de M. Turgeon. [...] Je suis prêt à inviter M. Turgeon à l'hôtel de ville et nos urbanistes vont lui présenter le plus beau modèle de développement durable qu'il n'aura jamais vu au Québec», a déploré M. Lehouillier, tout en ajoutant qu'il est le représentant élu d'une population qui désire en grande majorité voir se réaliser ce projet.

Il persiste et signe

Joint par le Journal, le directeur général du CRE de la Capitale-Nationale a indiqué qu'il refusait de faire des excuses pour ses propos. Du même souffle, il demande plutôt aux élus lévisiens de faire acte de contrition.

«Les gens de Lévis devraient plutôt recevoir des excuses de leurs élus puisqu'ils n'assument leurs responsabilités en aménagement, ce qui leur offre une piètre qualité de vie puisqu'à Lévis, c'est le tout-à-l'automobile», a déclaré M. Turgeon.

Avec la collaboration d'Alexandre Bellemare

Les plus lus

Stratégie nationale de construction navale : le Bloc déçu des mois d'attente pour la Davie

Si le Bloc québécois salue que Chantier Davie a été présélectionné avant les Fêtes pour devenir le troisième chantier partenaire dans le cadre de la Stratégie nationale de construction navale (SNCN), le parti a déploré, le 7 janvier, les mois d'attente provoqués par l'étape de demande de propositions et d’évaluation avant que l'entreprise lévisienne obtienne des contrats dans le cadre de ce progra...

Blaney à la défense du troisième lien

Par voie de communiqué, le député fédéral de Bellechasse-Les Etchemins-Lévis, Steven Blaney, a livré, le 17 janvier, un nouveau vibrant plaidoyer en faveur de la construction d'un troisième lien interrives entre Québec et Lévis à l'est.

Conseil en bref : la famille Garon souhaite s’entendre avec la Ville

Voici le résumé des éléments marquants du conseil municipal tenu par le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, et les conseillers municipaux, le 13 janvier dernier.

Pont de Québec : le Bloc déplore des «délais inacceptables»

Par voie de communiqué, la députée du Bloc québécois de Beauport-Limoilou, Julie Vignola, a critiqué, le 14 janvier, le gouvernement fédéral libéral en ce qui a trait à sa gestion du dossier du pont de Québec.