Jean-Christophe Anderson fait partie des cinq stagiaires de la Fondation Jean-Charles-Bonenfant à l’Assemblée nationale jusqu’en juin prochain. CRÉDIT:MARC-ANDRÉGRENIER

Originaire de Saint-Nicolas, Jean-Christophe Anderson est l’un des cinq stagiaires qui participent au stage de la Fondation Jean-Charles-Bonenfant depuis le mois de septembre dernier. Ce stage, qui se terminera en juin, lui permet de découvrir les coulisses de l’Assemblée nationale en étant jumelé à un député du parti au pouvoir et un député d’un parti de l’opposition, il participera également à une mission exploratoire en Argentine à partir du 16 février prochain et s’affaire à la rédaction d’un essai tout au long de ce stage.

Au cours de l’automne dernier, Jean-Christophe Anderson était aux côtés du député caquiste de la circonscription de Chauveau, Sylvain Lévesque. Cet hiver, c’est la députée du Parti libéral de la circonscription de Maurice-Richard, Marie Montpetit, que le stagiaire de 25 ans suivra.

«C’est extrêmement intéressant de pouvoir voir les deux côtés de la médaille. Encore ce matin, une députée me disait qu’elle était un peu jalouse de nous puisqu’on peut voir dans différentes lunettes les manières de faire», partage d’emblée le Lévisien.

Avant de mettre les pieds à l’Assemblée nationale, celui qui a fait son baccalauréat en philosophie à l’Université Laval et sa maîtrise à l’Université d’Ottawa n’en connaissait «pas plus qu’un citoyen normal qui s’intéresse à la politique». 

Pendant ces dix mois de stage, Jean-Christophe consacre la majorité de son temps à l’Assemblée nationale.

«Il n’y a pas de journée ‘‘normale’’, tout vari selon l’agenda du député que nous suivons. […] On tente de s’adapter au calendrier du parlementaire et quand on a du temps libre, on doit travailler d’autres projets entre stagiaires comme la mission en Argentine, par exemple», souligne le stagiaire.

En plus de cet accès aux premières loges de l’Assemblée nationale, le stage de la Fondation Jean-Charles-Bonenfant offre à ces stagiaires une vue d’ensemble de la fonction publique puisqu’ils rencontreront le protecteur du citoyen, le vérificateur général, le directeur général des élections, le commissaire à l’éthique et la déontologie ainsi que le commissaire au lobbyisme. 

«Au point de vue d’universitaire, le stage m’a apporté une compréhension vraiment fine du système parlementaire québécois, non seulement d’un point de vue formel, mais également concret, comment ça marche pour de vrai. […] Côté carrière, on se fait un réseau de contacts fantastique, mais ça offre aussi une compréhension d’ensemble de la fonction publique», met en lumière Jean-Christophe.

Une mission exploratoire et la rédaction d’un essai

Dans les prochains jours, Jean-Christophe Anderson et ses quatre collègues s’envoleront vers l’Argentine afin d’étudier les mesures constitutionnelles de protection de l’environnement adoptées dans ce pays.

«On va tenter de rencontrer des députés, des juges, des avocats, des organisations non gouvernementales (ONG), toutes sortes d’acteurs afin de déterminer si ces mesures sont efficaces et si elles ont influencé les parlementaires depuis leur adoption. On va comparer avec la situation actuelle au Québec et distribuer le fruit de nos recherches à l’Assemblée nationale et à ceux qui seront intéressés», soutient le Lévisien.

Pour l’aspect recherche et rédaction du stage, le Lévisien a choisi de s’intéresser à un rôle de parlementaire peu connu des citoyens, les leaders parlementaires.

«Ce sujet démontre à quel point le volet pratique est essentiel dans le stage parce qu’avant d’arriver ici, j’avais très peu entendu parler des leaders parlementaires. Quand on arrive à l’Assemblée nationale, on n’entend plus parler des chefs parlementaires, mais plutôt des leaders. En faisant des recherches, j’ai constaté que rien ou presque n’avait été écrit là-dessus», constate Jean-Christophe. Il aura également la chance de présenter son essai au congrès annuel de l’Acfas en avril prochain.

Celui qui a choisi de faire ce stage afin de «goûter au concret et mettre la main à la pâte» en ressortira avec une vision de la politique changée qu’il souhaite intégrer à un futur métier qu’il chérit, celui d’enseignant.

Pour lui, le stage de la Fondation Jean-Charles-Bonenfant lui a offert un rôle neutre sans égal.

«On peut assister au débat politique sans avoir à se compromettre ou suivre une ligne de parti, c’est vraiment unique. Ça donne envie de rester dans cette position de neutralité», conclut Jean-Christophe Anderson.

Les plus lus

Un troisième lien reliant les deux centres-villes?

Selon ce qu'a dévoilé le FM93, le gouvernement provincial privilégierait un nouveau tracé pour le projet de troisième lien routier interrives entre Lévis et Québec. Plutôt que de passer près de l'île d'Orléans, l'infrastructure désirée par plusieurs dans la région relierait l'autoroute 20, à la hauteur de la route Monseigneur-Bourget à Lauzon, à l'autoroute Laurentienne, près du Stade Canac à Québ...

Un Lévisien dans les coulisses de l’Assemblée nationale

Originaire de Saint-Nicolas, Jean-Christophe Anderson est l’un des cinq stagiaires qui participent au stage de la Fondation Jean-Charles-Bonenfant depuis le mois de septembre dernier. Ce stage, qui se terminera en juin, lui permet de découvrir les coulisses de l’Assemblée nationale en étant jumelé à un député du parti au pouvoir et un député d’un parti de l’opposition, il participera également à u...

311, portail Web et heures de glace : de nouveaux services

Horaires élargis des équipements sportifs pour le public et amélioration du service client de la Ville de Lévis, Gilles Lehouillier a annoncé, lors de sa conférence annuelle devant la communauté d’affaires, que la municipalité compte mettre en service de nouveaux outils.

Le développement au cœur de la vision du maire Lehouillier

Exercice annuel livré par le maire de la Ville devant la communauté d’affaires lévisienne, le dîner-conférence de la Chambre de commerce de Lévis (CCL) du 4 février a donné l’occasion à Gilles Lehouillier de rappeler sa vision d’avenir du «Lévis de demain». L’accent a été mis sur l'impact des nouvelles infrastructures et constructions sur le territoire.

Conseil en bref : la Ville incite les citoyens à récupérer l’eau de pluie

Voici le résumé des éléments marquants du conseil municipal tenu par le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, et les conseillers municipaux, le 24 février dernier.

Développement culturel : 167 500 $ de plus pour Lévis

Le gouvernement du Québec a bonifié de 444 135 $ les sept ententes de développement culturel (EDC) en Chaudière-Appalaches. La ministre déléguée au Développement économique régional et responsable de la région, Marie-Eve Proulx, en a fait l’annonce dans un communiqué le 24 janvier.

Gourde appuie MacKay

Lors d'une conférence de presse à La Boîte à Malt, à Saint-Nicolas, le 17 février, le député conservateur de Lévis-Lotbinière, Jacques Gourde, a donné son appui à Peter MacKay, candidat à la course à la direction du Parti conservateur du Canada (PCC).

Course à la direction du PCC : Gourde donne son appui à MacKay

Le député de Lévis-Lotbinière à la Chambre des communes, Jacques Gourde, a confirmé le 17 février son appui au candidat à la direction du Parti conservateur du Canada (PCC), Peter MacKay.

Les conservateurs de Bellechasse-Les Etchemins-Lévis se réunissent

L’Association conservatrice de Bellechasse-Les Etchemins-Lévis a tenu son assemblée générale annuelle le 8 février dernier, à Lévis.

Loi sur la gouvernance scolaire : l'UMQ toujours irritée

Malgré une rencontre avec les ministres des Affaires municipales et de l'Éducation du Québec, Andrée Laforest et Jean-François Roberge, les dirigeants de l'Union des municipalités du Québec (UMQ) ne digère toujours pas l'obligation imposée aux municipalités de céder des terrains municipaux aux centres de services scolaires, inclue dans la nouvelle loi sur la gouvernance scolaire.