Le premier ministre est préoccupé par la détérioration de la situation dans certains régions du Québec, dont en Beauce. CRÉDIT : ÉMILIE NADEAU - ARCHIVES

Face à l'importante augmentation du nombre de nouveaux cas de COVID-19 constatée en Beauce au cours des dernières semaines, le gouvernement provincial envisage de resserrer les mesures sanitaires en vigueur dans la région afin de freiner la propagation du coronavirus. C'est notamment que ce qu'a indiqué le premier ministre du Québec, François Legault, lors d'une mise à jour sur la situation pandémique, le 30 mars.

Après avoir souligné que la situation était stable dans la région montréalaise, le premier ministre du Québec a indiqué que des augmentations «très préoccupantes» de nouveaux cas étaient enregistrées dans cinq régions du Québec.

Si la situation qui préoccupe le plus les autorités provinciales est celle de l'Outaouais, François Legault a ajouté que les situations en Beauce, dans la ville de Québec, au Lac-Saint-Jean et dans l'ouest du Bas-Saint-Laurent inquiétaient également la Santé publique.

«On a des discussions avec le gouvernement ontarien pour harmoniser nos mesures et on regarde, entre autres, des scénarios où l'on resserrait les restrictions dans les régions qui nous inquiètent. (Dans certains scénarios, on n'envisage pas d'imposer des mesures plus restrictives par sous-région) même si les tendances inquiétantes sont concentrées dans des sous-régions, parce que les directeurs régionaux de santé publique aiment bien évaluer la situation d'un œil régional, comme les fluctuations à la capacité hospitalière touchent toute la région. Ces régions pourraient revenir au rouge de cet automne et le couvre-feu pourrait y revenir en vigueur dès 20h», a expliqué le premier ministre, avant d'ajouter qu'il n'écartait pas la possibilité d'annoncer de potentielles restrictions plus tard cette semaine.

Rappel des mesures

Estimant que les prochains jours «seront critiques», François Legault a aussi partagé que le gouvernement s'interrogeait sur cette possibilité de resserrer les mesures alors que son souci était plutôt de faire respecter les consignes actuellement en vigueur.

Selon des sondages commandés par Québec, la moitié des jeunes adultes québécois ne respectent notamment pas les règles sanitaires en vigueur. Pour renverser cette tendance, les corps policiers seront davantage présents partout dans la province cette fin de semaine, lors du congé de Pâques.

«La troisième vague est là. Si on veut éviter qu'elle soit trop grosse et trop longue, si on veut éviter d'engorger nos hôpitaux, il faut s'abstenir de se rassembler dans les maisons. Le respect des règles sanitaires, c'est une question de solidarité envers le personnel du réseau de la santé qui doit faire face aux vagues de la pandémie et envers les élèves des écoles primaires et secondaires qui peuvent présentement aller en classe. (...) Il faut continuer de faire preuve de prudence. Nos capacités hospitalières ne sont pas dépassées pour le moment, mais la tendance est mauvaise (particulièrement en ce qui a trait à nos lits disponibles aux soins intensifs)», a martelé le premier ministre du Québec.

Du même souffle, le directeur national de santé publique, Dr Horacio Arruda, a renchéri en rappelant que si les jeunes adultes sont moins à risque de développer des complications s'ils contractent la COVID-19, ce risque est quand même présent. D'où l'importance selon lui pour cette tranche de la population, qui n'a pas encore été vaccinée contre la maladie, de respecter scrupuleusement les mesures d'hygiène et de distanciation sociale en vigueur.

Un plan défendu 

Lors de la conférence de presse, le premier ministre du Québec et le directeur national de santé publique ont également défendu les allègements consentis au cours des dernières semaines. Depuis quelques jours, plusieurs experts médicaux et de santé publique demandent au gouvernement provincial de revenir en arrière pour freiner la troisième vague de la pandémie. Plus particulièrement, François Legault a justifié sa décision de permettre le retour en classe à temps plein des élèves de troisième, quatrième et cinquième secondaire.

«Si on ne ramène pas les élèves en classe, je pense que cela peut provoquer des impacts plus grands que ceux provoqués par la pandémie. Ce retour se passe bien puisque 96 % des classes du Québec demeurent ouvertes», a illustré M. Legault.

Dans un autre ordre d'idées, le premier ministre et le ministre de la Santé et des Services sociaux, Christian Dubé, ont confirmé que le nombre de doses de vaccins contre la COVID-19 envoyées au Bas-Saint-Laurent et en Outaouais sera augmenté, toute proportion gardée. Ces régions sont particulièrement frappées par la troisième vague de la pandémie.

Enfin, le premier ministre est revenu sur la saga du vaccin d'AstraZeneca, qui n'est plus administré depuis hier aux personnes âgées de 55 ans et moins. 

«Je tiens à préciser que nous n'avons constaté aucun problème au Québec avec la version COVIDSHIELD de ce vaccin. Il y a un possible risque de complications chez certaines personnes de 55 ans et moins. Par précaution, nous avons cessé d'administrer ce vaccin dans cette tranche d'âge de la population, mais ce vaccin est sécuritaire pour les 55 ans et plus», a affirmé François Legault.

Notons d'ailleurs que bientôt, les personnes âgées de 55 ans et plus pourront savoir en réservant leur place si c'est le vaccin d'AstraZeneca qu'ils recevront à ce moment. S'ils le désirent, ils pourront obtenir une autre place afin d'obtenir un autre vaccin contre la COVID-19.

Les plus lus

Repensons Lévis réplique au maire de Lévis

Par voie de communiqué, Repensons Lévis (RL) a réagi, le 10 mars, aux déclarations du maire de Lévis, Gilles Lehouillier, dans un article du Journal portant sur des critiques de RL sur l’octroi de certains contrats par son administration. Repensons Lévis soutient notamment que les affirmations du maire dans l’article sont «accusatrices et inexactes».

COVID-19 : vers un resserrement des mesures dans la région?

Face à l'importante augmentation du nombre de nouveaux cas de COVID-19 constatée en Beauce au cours des dernières semaines, le gouvernement provincial envisage de resserrer les mesures sanitaires en vigueur dans la région afin de freiner la propagation du coronavirus. C'est notamment que ce qu'a indiqué le premier ministre du Québec, François Legault, lors d'une mise à jour sur la situation pandém...

La Ville fait le point sur le marché du travail à Lévis

En compagnie de Karine Laflamme, présidente du Guichet unique Action main-d’œuvre Lévis et conseillère municipale du district Taniata, le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, a notamment présenté, le 12 mars, les résultats de sondages menés en lien avec les impacts de la pandémie sur la main-d’œuvre. Lors de cette rencontre avec les journalistes, le premier citoyen a une nouvelle fois souligné l’im...

Lehouillier se lance dans «l’élection de trop», selon RL

Repensons Lévis (RL) a réagi, le 9 avril, à l’annonce du maire de Lévis, Gilles Lehouillier, qui a confirmé son intention d’obtenir un troisième mandat à la tête de Lévis en novembre prochain. Selon RL, la population lévisienne doit «tourner la page sur l’ère Lehouillier» et estime que le premier citoyen de Lévis s’engage dans «une élection de trop».

Repensons Lévis à la recherche de candidats

Le nouveau parti politique municipal lévisien, Repensons Lévis, a annoncé l’ouverture des candidatures dans les 14 districts vacants de son parti. Ce dernier invite les citoyens à soumettre leur intérêt pour le poste de candidat à titre de conseiller municipal dans l’un de ces districts pour les prochaines élections prévues cet automne.

Poules urbaines : le conseil municipal va de l’avant avec le projet

Le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, a annoncé le dépôt d’un nouveau règlement venant encadrer l’implantation de poulaillers domestiques lors d’une conférence de presse, le 29 mars. Cette demande citoyenne était récurrente depuis l’automne dernier.

Le troisième lien à l’est appuyé par plusieurs Bellechassois

Le comité 3e lien a présenté les résultats d’un sondage effectué sur les caractéristiques que devraient avoir le futur lien interrives, le 15 mars dernier. Selon les membres de ce groupe prônant la construction d’un troisième lien dans l’axe route Lallemand/Beauport, une forte majorité de répondants appuient cette option.

COVID-19 : le maire de Lévis reçoit une première dose de vaccin

Le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, a reçu la première dose d'un vaccin contre la COVID-19, cet après-midi au centre de vaccination massif de Lévis.

Une action de QS à Lévis contre le projet GNL Québec

Une dizaine de militants de Québec solidaire (QS) Chaudière-Appalaches ont déployé une bannière contre le projet GNL Québec, le 14 mars, au-dessus de l’autoroute 20 à la hauteur du viaduc de Saint-Rédempteur. L’opération était menée en simultané dans 14 villes du Québec.

Un budget somme toute satisfaisant pour la région

À la suite des différentes annonces faites concernant le budget provincial déposé le 25 mars dernier, plusieurs acteurs lévisiens ont exposé leur point de vue quant à l’exercice budgétaire annuel du gouvernement. Pour la plupart d’entre eux, ces annonces sont «un pas dans la bonne direction».