CRÉDIT : ALEXANDRE BELLEMARE

Elhadji Mamadou Diarra, chef et candidat à la mairie de Lévis de Repensons Lévis, nouveau parti politique municipal qui se mesurera à Lévis Force 10 – Équipe Gilles Lehouillier à la prochaine élection municipale prévue le 7 novembre, a présenté, le 12 septembre dernier, son équipe complète ainsi que les grandes lignes de sa vision de Lévis, s’il venait qu’à être élu.

«C’est notre tour aujourd’hui de nous mobiliser pour prendre le flambeau et permettre à notre ville de croire en elle-même, a lancé M. Diarra. Pourquoi repenser notre ville? C’est pour aller plus loin, notre vision, c’est de rêver et de gérer une ville pour les 24 prochaines années et non pour les 24 prochaines heures.»

Ainsi, le chef de Repensons Lévis a présenté les 15 candidats qui brigueront pour un poste de conseiller municipal à l’hôtel de ville lévisienne, des «personnes de cœur et humaines», a-t-il soutenu. «Cette équipe reflète toutes les diversités d’âge et a une expérience qui reflète le visage du Lévis d’aujourd’hui.»

Pour la prochaine campagne électorale municipale, Elhadji Mamadou Diarra et son équipe souhaitent inviter les citoyens à profiter de leur droit de vote et venir trancher dans chacun des districts. Ce dernier déplore que le taux de participation aux dernières élections de 2017 n’était que de 36 % et que 10 des 15 candidats en lice aient été élus par acclamation.

«On souhaite valoriser la participation citoyenne, valoriser les gens pour que chaque personne puisse compter. […] Avec des luttes et une opposition, on croit que les citoyens seront plus enclins à aller voter pour avoir leur mot à dire», a expliqué le candidat à la mairie de Lévis.

Des engagements et des principes

«Aujourd’hui plus que jamais, les municipalités ont un rôle crucial à jouer en ce qui concerne la responsabilité climatique, le manque de logements sociaux, la lutte contre les inégalités, la santé mentale, la sécurité routière et piétonnière, la revitalisation de nos quartiers et aussi l’engagement citoyen, et j’en passe. Repensons Lévis est résolument engagé à adresser ces défis», a reconnu M. Diarra.

Repensons Lévis s’engage à «faire ce qui est juste et équitable, donner le meilleur de nous-mêmes à chaque instant et montrer à chaque citoyen qu’il compte».

Elhadji Mamadou Diarra a également présenté quatre engagements qu’il désire mettre en place pour Lévis. D’abord, le chef de Repensons Lévis veut représenter les intérêts des citoyens, lui qui croit que l’organisation actuelle prend des décisions à huis clos et les impose aux citoyens.

«L’hôtel de ville actuellement, c’est opaque, il n’y a pas d’information qui circule, les gens ne sont pas au courant de grand-chose. Dernièrement, on l’a vu avec ce que le vérificateur général a dit. Ça, on souhaite le casser. Nous, c’est la transparence parce qu’il faut travailler avec les gens et la population, c’est notre leitmotiv», a martelé M. Diarra.

Ensuite, Repensons Lévis souhaite donner à Lévis une véritable signature économique et s’engage même à faire de la municipalité la ville «la plus avant-gardiste de l’Amérique du Nord» pour l’économie circulaire. Et ainsi, diminuer l’empreinte écologique des entreprises et favoriser une plus grande interconnexion entre elles.

Le candidat à la mairie s’est aussi engagé à offrir une vision d’avenir pour protéger l’environnement, notamment en revitalisant les différents quartiers et en développant une meilleure mobilité durable, et à créer une ville plus inclusive et résiliente, en donnant accès à des moyens de transport efficaces, à des services de qualité et à des logements abordables.

«Les gens ont besoin de ça, ils veulent du changement et que de bonnes décisions soient prises, et ce, pas par un appareil politique qui est en place avec des calculs. Notre seul calcul, c’est l’intérêt des citoyens», a-t-il soulevé.

Rebâtir le lien avec Québec

Un autre des aspects importants pour l’équipe de Repensons Lévis si elle venait qu’à être élue sera de «rétablir un lien humain et politique fort avec la Ville de Québec», une relation qui s’est dépréciée dans les dernières années, a déploré M. Diarra.

«Pour rebâtir ce lien, ce sera de travailler de façon conjointe avec la Ville de Québec. C’est de voir que nous avons les mêmes intérêts et que nous partageons les mêmes choses. C’est seulement le fleuve qui nous sépare», a-t-il exposé.

Les plus lus

Marc Picard tire sa révérence

Après 19 ans de travail à titre de député provincial de la circonscription Chutes-de-la-Chaudière, Marc Picard a annoncé, le 3 août, en entrevue avec le Journal qu’il ne sollicitera pas un nouveau mandat lors de l’élection de cet automne. Bien qu’il avait réaffirmé son intention de se représenter en juin dernier, le député caquiste a entamé une nouvelle réflexion au courant du mois de juillet et a...

Réaménagement de la tête des ponts à Québec : le projet passe à une autre étape

Le ministre des Transports du Québec, François Bonnardel, a annoncé, le 30 juin que le projet de réaménagement des échangeurs au nord des ponts Pierre-Laporte et de Québec passe à l'étape de l'élaboration du dossier d'affaires.

Nominations à la Ville de Lévis

Les membres du conseil municipal de Lévis se sont réunis, le 27 juillet, pour une séance extraordinaire de l'instance. La réunion a permis aux élus d'approuver les nominations de deux dirigeants.

Troisième lien : forages marins en cours

Comme plusieurs Lévisiens l'ont constaté au cours des dernières semaines, des forages marins en eau profonde sont actuellement menés le long du tracé du futur tunnel Québec-Lévis en vue de terminer la caractérisation des sols.

Conseil en bref : nomination d’un nouveau directeur au SPVL

Le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, et les élus municipaux lévisiens se sont rassemblés à l’hôtel de ville de Lévis dans le cadre de la dernière séance ordinaire du conseil municipal avant le congé de la saison estivale, le 12 juillet dernier. Voici un résumé des sujets qui ont été discutés et des résolutions qui ont été adoptées lors de cette réunion.

Une mesure qui arrive «trop peu, trop tard»

Bien qu'elles accueillent favorablement l'annonce du ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) de payer à taux double le temps supplémentaire effectué par les travailleurs de la santé, les organisations syndicales les représentant se sont désolées, le 21 juillet, qu'il y ait des conditions à l'application de cette mesure et du «laxisme du gouvernement Legault dans ce dossier».

Les principaux partis se préparent pour la campagne

Malgré que l’été semble marquer une certaine pause dans la précampagne électorale, les principaux partis politiques provinciaux planchent sur leurs préparatifs dans la région en vue des élections provinciales qui auront lieu le 3 octobre prochain.

Candidate pour l’environnement

Candidate de Québec solidaire (QS) dans Lévis en 2007, 2008 et 2012, Valérie Cayouette-Guilloteau défendra de nouveau les couleurs de la formation politique de gauche dans ce comté lors des prochaines élections provinciales. Si c’est plutôt les questions sociales qui l’avaient incitée à briguer les suffrages au tournant des années 2010, la professeure de philosophie au Cégep Limoilou sera le visag...

QS : une nouvelle recrue dans Chutes-de-la-Chaudière

Candidate de Québec solidaire (QS) dans Chutes-de-la-Chaudière, Caroline Thibault se lance en politique pour la première fois et briguera le poste de députée dans cette circonscription lors du scrutin du 3 octobre prochain. L’environnement et l’accès à des logements abordables pour les familles sont au cœur de ses préoccupations.

Mario Fortier candidat conservateur dans Chutes-de-la-Chaudière

Le Parti conservateur du Québec (PCQ) a annoncé Mario Fortier comme nouveau candidat dans la circonscription des Chutes-de-la-Chaudière, le 8 août. L’ancien conseiller municipal, qui a œuvré de 2009 à 2021 et avait été défait lors des dernières élections municipales à Lévis, affrontera donc la candidate de la Coalition avenir Québec (CAQ) Martine Biron lors des prochaines élections provinciales.