Les périodes de questions lors du conseil municipal du 15 novembre à Beaumont ont été marquéee par plusieurs tensions. CRÉDIT : ÉRICK DESCHÊNES

La séance ordinaire du conseil municipal de Beaumont du 15 novembre aura été marquée par les disputes. Vestiges du fort de Beaumont, comité consultatif d’urbanisme, raccordement du secteur Orléans au réseau d’aqueduc et d’égout et enquête sur une conseillère municipale ont attisé les tensions lors de la réunion des élus beaumontois.

Lors des deux premières périodes de questions, des citoyens et des représentants du Groupe d’initiatives et de recherches appliquées au milieu (GIRAM) ont posé plusieurs questions aux élus sur la consultation publique qui a eu lieu le 16 novembre sur le projet de règlement 743. Présenté en août, ce dernier vise la citation de l’abri à munitions du Fort de Beaumont, touchant les deux règlements adoptés il y a quelques années pour citer les vestiges comme lieu patrimonial.

Les citoyens ont déploré que la lettre transmise aux Beaumontois pour les prévenir de la tenue de la consultation publique fût «biaisée». Selon eux, la Municipalité sous-entend que d’autres projets désirés par la population ne seraient pas réalisés si Beaumont doit investir dans la préservation des vestiges.

«C’est complètement biaisé et vicieux. C’est comme si vous disiez qu’il était plus intéressant pour la Municipalité d’investir peu d’argent pour démolir du vieux béton plutôt que de consentir à l’investissement nécessaire pour les préserver. Je crois qu’une plainte à la Commission municipale du Québec pourrait être déposée. Pourquoi ne décréteriez-vous pas un moratoire dans ce dossier?», a notamment affirmé Gaston Cadrin, le vice-président du GIRAM.

Pour leur part, le maire de Beaumont, David Christopher, et le directeur général démissionnaire de la Municipalité, Carl Pelletier, ont expliqué que la consultation publique allait permettre d’entendre les citoyens de Beaumont sur le sujet et que la rencontre du 16 novembre devait légalement porter sur l’avis de motion pour le projet de règlement donné en août.

Des changements décriés

Dans la même veine, plusieurs citoyens ont profité de la période réservée aux interventions du public pour interroger David Christopher sur les raisons expliquant la démission de tous les membres citoyens du comité consultatif d’urbanisme (CCU) au cours des dernières semaines. Le premier citoyen a alors déclaré que les six personnes avaient quitté leur fonction «en grande partie en raison du dossier des vestiges du Fort de Beaumont».

Toutefois, à la fin de la séance, un des membres démissionnaires du CCU, Michel Jetchick, a désiré «corriger» M. Christopher en arguant que les citoyens avaient quitté leur fonction en raison «de l’administration municipale qui fonctionne en silo». Interpellé, David Christopher a répliqué qu’il s’agissait de l’opinion de M. Jetchick et il a maintenu «que ce départ en bloc» avait été provoqué par le dossier du Fort de Beaumont.

Deux citoyennes ont aussi questionné le maire sur la nomination de cinq citoyens sur le CCU pour remplacer les démissionnaires, une décision qui a été entérinée par le conseil lors de la séance. D’abord, elles ont déploré que les deux conseillers municipaux siégeant sur l’instance, Donald Mercier et Claude Lemieux, aient été respectivement nommés président et vice-président du CCU, des fonctions normalement occupées par des citoyens.

Ensuite, elles ont partagé leur incompréhension face à l’absence d’un appel à la population afin de trouver les nouveaux membres citoyens du CCU. L’une des citoyennes, Sylvie Breton, a notamment souligné qu’elle avait manifesté son intérêt à siéger sur le CCU dès 2018, mais qu’elle n’avait jamais reçu de coup de fil de l’administration à la suite de la démission des six membres citoyens.

Le maire de Beaumont a par la suite expliqué que les fonctions attribuées à MM. Mercier et Lemieux n’étaient que temporaires, le temps que les nouveaux membres du CCU prennent connaissance des dossiers. Quant à la critique sur l’absence d’un processus ouvert pour dénicher les nouveaux membres citoyens du CCU, David Christopher a soutenu que tous les nouveaux membres avaient précédemment manifesté un intérêt à se joindre au CCU et qu’ils détiennent tous l’expérience nécessaire pour occuper leurs nouvelles fonctions.

Un projet qui ne fait pas l’unanimité

Dans un autre ordre d’idées, plusieurs propriétaires du secteur Orléans (à l’est du village) étaient présents lors de la séance ordinaire afin de déposer une pétition. Signée par «67 des 68 propriétaires rencontrés», la lettre de doléances demande au conseil municipal de Beaumont de lancer un processus référendaire quant à la possibilité de raccordement du secteur Orléans au réseau d’aqueduc et d’égout.

Les citoyens qui ont pris la parole lors de la séance publique ont expliqué qui leur en coûteraient moins cher de se faire construire de nouvelles fosses septiques pour respecter les normes environnementales plutôt que de se voir imposer une taxe de secteur pour payer les travaux. Après avoir reçu la pétition, David Christopher a indiqué que le conseil allait prendre connaissance du document et discuter de la situation.

Notons finalement que la séance ordinaire a également permis à la conseillère municipale du district Orléans, Nicole Massicotte, de faire une sortie contre le maire. L’élue a rappelé à plusieurs reprises qu’elle avait reçu en octobre une lettre recommandée signée par David Christopher et transmise par un huissier lui interdisant de participer aux activités informelles du conseil, comme les caucus. Pour sa part, le premier citoyen de Beaumont a indiqué aux citoyens présents lors de la réunion qu’il ne pouvait commenter ce dossier «puisqu’une enquête sur de possibles agissements répréhensibles de Mme Massicotte était actuellement menée par le ministère des Affaires municipales».


Les plus lus

Les élections municipales minute par minute

C'est aujourd'hui que les Québécois sont appelés aux urnes afin de choisir leurs élus municipaux. Comme à son habitude, le Journal de Lévis vous propose une couverture de cette journée décisive minute par minute afin que vous puissiez connaître les derniers développements de la fin de la campagne à Lévis ainsi qu'à Saint-Anselme et Saint-Michel-de-Bellechasse.

Un troisième mandat consécutif pour Gilles Lehouillier

Comme en 2013 et en 2017, les Lévisiens ont fait confiance à Gilles Lehouillier afin qu’il dirige les destinées de la Ville de Lévis. Ses concitoyens lui ont confié un troisième mandat consécutif à titre de maire de Lévis avec une large majorité, à l’issue des élections municipales le 7 novembre.

Un conseil municipal houleux à Beaumont

La séance ordinaire du conseil municipal de Beaumont du 15 novembre aura été marquée par les disputes. Vestiges du fort de Beaumont, comité consultatif d’urbanisme, raccordement du secteur Orléans au réseau d’aqueduc et d’égout et enquête sur une conseillère municipale ont attisé les tensions lors de la réunion des élus beaumontois.

Transport en commun : LF10 promet de rendre permanente la tarification sociale

Par voie de communiqué, Lévis Force 10 et sa candidate dans le district Bienville, la conseillère municipale sortante Amélie Landry, ont dévoilé les engagements de la formation politique au niveau communautaire. Si le parti obtient de nouveau le pouvoir le 7 novembre prochain, il s'engage notamment à rendre permanente la tarification sociale à la Société de transport de Lévis (STLévis).

LF10 dépose son cadre financier

Lors de sa dernière conférence de presse avant le jour du scrutin dimanche, le maire sortant de Lévis et chef de Lévis Force 10 (LF10), Gilles Lehouillier, et son équipe de candidats aux postes de conseillers ont déposé, le 5 novembre, le cadre financier de leur plateforme électorale. Comme avec ses engagements électoraux, la formation politique entend miser sur la continuité si elle obtient de no...

Repensons Lévis fier de ses engagements et de sa campagne

Le chef de Repensons Lévis (RL) et candidat à la mairie de Lévis, Elhadji Mamadou Diarra, accompagné de plusieurs candidats de son parti au poste de conseiller municipal, a fait le bilan de sa campagne électorale et a tenu à inviter les citoyens à sortir voter le 7 novembre prochain.

Les candidats à la mairie présentent leurs engagements verts

Organisée par le Filon, la Coop FA, le Collectif Virage, le Conseil régional de l’environnement Chaudière-Appalaches, la Corporation de développement communautaire de Lévis, Écolivres, la Ressourcerie de Lévis et la Société Via, les candidats à la mairie de Lévis ont participé à une discussion virtuelle où chacun a présenté ses engagements quant à l’environnement. Sous quatre thématiques, dont la ...

RL veut s’assurer du bien-être des employés de la Ville

En compagnie de plusieurs candidats de son parti à des postes de conseiller, le chef de Repensons Lévis (RL) et candidat à la mairie de Lévis, Elhadji Mamadou Diarra, a présenté les engagements de sa formation politique afin d’assurer le bien-être des employés de la Ville de Lévis, le 27 octobre.

La crise climatique : un enjeu important pour André Voyer

Le candidat à la mairie de Lévis, André Voyer, compte faire de la crise climatique un enjeu prioritaire s’il venait qu’à être élu à la tête de Lévis, le 7 novembre prochain. Aux grands maux, les grands moyens, le Lévisien souhaite que Lévis devienne un modèle quant aux mesures à prendre pour faire face aux changements climatiques.

Saint-David : Cantin s'en prend à ses adversaires

Par voie de communiqué, le candidat indépendant au poste de conseiller dans le district Saint-David, David Cantin, a critiqué, le 1er novembre, les positions défendues par ses adversaires, Serge Côté (Lévis Force 10) et Sylvain Gagnon (Repensons Lévis), en ce qui a trait à leurs promesses sur les infrastructures récréatives et le prolongement du boulevard Étienne-Dallaire vers l'ouest.