CRÉDIT : GILLES BOUTIN - ARCHIVES

Le conseiller du district Saint-Étienne et seul élu dans l’opposition à l’hôtel de ville de Lévis, Serge Bonin, envisage la prochaine année avec aplomb, lui qui en est à un premier mandat à titre de conseiller municipal. Tout au long de 2022, M. Bonin misera notamment sur le service aux citoyens, tiendra mordicus à ce que la municipalité soit des plus transparentes et invitera les Lévisiens à s’intéresser à la politique municipale.

À lire aussi : Main-d'œuvre et nouvelles façons de faire dans la mire ainsi que La CCL poursuivra ses combats

Élu depuis le 7 novembre dernier, le seul représentant du parti politique Repensons Lévis ayant obtenu la confiance des citoyens de son district apporte un élément nouveau au sein du conseil municipal : l’opposition.

«C’est sûr que je change la dynamique. Je pose des questions en comité plénier que je ramène en assemblée du conseil de ville pour que les citoyens puissent entendre eux aussi la réponse à mes questions. […] Le but, ce n’est pas nécessairement de s’opposer, mais de rendre les choses claires et transparentes pour tous les citoyens», explique-t-il en entrevue avec le Journal.

Serge Bonin a déjà obtenu la confiance du maire de Lévis, Gilles Lehouillier, lorsque ce dernier a dévoilé les diverses fonctions des conseillers municipaux. Le conseiller du district Saint-Étienne s’est vu remettre les responsabilités du comité de démolition ainsi que celle de la régie intermunicipale de gestion des déchets.

Malgré une vision qui peut différer de celle du maire et des membres de son équipe, M. Bonin souhaite que la Ville puisse fonctionner et prendre des décisions, mais il n’hésitera pas à soulever des questionnements.

«L’objectif, ce n’est pas de remettre en question toutes les façons de faire. Par contre, s’il y a des choses qui doivent être faites autrement et que, moi, je pense qu’elles doivent être faites autrement, c’est sûr que je parlerai», souligne l’élu lévisien.

Des enjeux importants

Pour le représentant de Repensons Lévis, plusieurs objectifs et défis sont dans sa mire au cours de la prochaine année. Tout comme lors de la campagne électorale, Serge Bonin martèlera qu’un plan de gestion de la dette devra être élaboré.

«On souhaite voir un plan de gestion de la dette, il avait été demandé en 2013 et il n’est toujours pas présent. Il nous faut un plan pour gérer la dette de la Ville de Lévis. On obtient de nouvelles entrées d’argent d’année en année, mais est-ce que ça va toujours durer? C’est pourquoi il faut s’y pencher dès aujourd’hui», soutient-il.

Un autre aspect est très important aux yeux du conseiller dans l’opposition, le service aux citoyens. Serge Bonin invite les Lévisiens à l’aborder et lui faire part de leurs questionnements pour qu’il puisse aller chercher l’information ou questionner le conseil municipal à ce propos. Selon lui, c’est en rendant la Ville accessible aux citoyens qu’on permettra à ces derniers de s’intéresser à la politique municipale et développer un sentiment d’appartenance et de fierté à la municipalité.

«Il faut maintenir le contact avec les citoyens pour qu’ils se sentent inclus et entendus dans les décisions qui sont prises, c’est mon cheval de bataille», ajoute M. Bonin.

Au cours de 2022, le conseiller municipal s’attardera au projet du prolongement du boulevard Étienne-Dallaire, comme lui et son parti souhaiteraient plutôt voir un grand parc urbain à cet endroit, à l’application de la nouvelle politique environnementale que la municipalité a adoptée ainsi qu’à la transparence des élus face aux décisions qui seront adoptées.

Dans son district, l’élu lévisien souhaite se pencher sur différents projets, notamment ceux de donner aux citoyens de son quartier un accès à la rivière Beaurivage, d’augmenter la sécurité dans les rues du secteur ainsi que d’assurer sa collaboration concernant la démarche d’Accès transports viables derrière le projet Mobilité.s, un territoire de possibilités qui vise à identifier des pistes d’améliorations possibles en matière de mobilité durable dans quatre secteurs périurbains, dont Saint-Étienne-de-Lauzon.

En terminant, Serge Bonin a tenu à remercier le chef de Repensons Lévis, Elhajid Mamadou Diarra, pour son implication lors de la dernière campagne électorale municipale. «Je ne serais pas là sans mon chef, je tiens à saluer son audace, son courage, son authenticité et sa rigueur», conclut le Lévisien.

Les plus lus

Marc Picard tire sa révérence

Après 19 ans de travail à titre de député provincial de la circonscription Chutes-de-la-Chaudière, Marc Picard a annoncé, le 3 août, en entrevue avec le Journal qu’il ne sollicitera pas un nouveau mandat lors de l’élection de cet automne. Bien qu’il avait réaffirmé son intention de se représenter en juin dernier, le député caquiste a entamé une nouvelle réflexion au courant du mois de juillet et a...

Réaménagement de la tête des ponts à Québec : le projet passe à une autre étape

Le ministre des Transports du Québec, François Bonnardel, a annoncé, le 30 juin que le projet de réaménagement des échangeurs au nord des ponts Pierre-Laporte et de Québec passe à l'étape de l'élaboration du dossier d'affaires.

Nominations à la Ville de Lévis

Les membres du conseil municipal de Lévis se sont réunis, le 27 juillet, pour une séance extraordinaire de l'instance. La réunion a permis aux élus d'approuver les nominations de deux dirigeants.

Troisième lien : forages marins en cours

Comme plusieurs Lévisiens l'ont constaté au cours des dernières semaines, des forages marins en eau profonde sont actuellement menés le long du tracé du futur tunnel Québec-Lévis en vue de terminer la caractérisation des sols.

Conseil en bref : nomination d’un nouveau directeur au SPVL

Le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, et les élus municipaux lévisiens se sont rassemblés à l’hôtel de ville de Lévis dans le cadre de la dernière séance ordinaire du conseil municipal avant le congé de la saison estivale, le 12 juillet dernier. Voici un résumé des sujets qui ont été discutés et des résolutions qui ont été adoptées lors de cette réunion.

Une mesure qui arrive «trop peu, trop tard»

Bien qu'elles accueillent favorablement l'annonce du ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS) de payer à taux double le temps supplémentaire effectué par les travailleurs de la santé, les organisations syndicales les représentant se sont désolées, le 21 juillet, qu'il y ait des conditions à l'application de cette mesure et du «laxisme du gouvernement Legault dans ce dossier».

Les principaux partis se préparent pour la campagne

Malgré que l’été semble marquer une certaine pause dans la précampagne électorale, les principaux partis politiques provinciaux planchent sur leurs préparatifs dans la région en vue des élections provinciales qui auront lieu le 3 octobre prochain.

Candidate pour l’environnement

Candidate de Québec solidaire (QS) dans Lévis en 2007, 2008 et 2012, Valérie Cayouette-Guilloteau défendra de nouveau les couleurs de la formation politique de gauche dans ce comté lors des prochaines élections provinciales. Si c’est plutôt les questions sociales qui l’avaient incitée à briguer les suffrages au tournant des années 2010, la professeure de philosophie au Cégep Limoilou sera le visag...

QS : une nouvelle recrue dans Chutes-de-la-Chaudière

Candidate de Québec solidaire (QS) dans Chutes-de-la-Chaudière, Caroline Thibault se lance en politique pour la première fois et briguera le poste de députée dans cette circonscription lors du scrutin du 3 octobre prochain. L’environnement et l’accès à des logements abordables pour les familles sont au cœur de ses préoccupations.

Mario Fortier candidat conservateur dans Chutes-de-la-Chaudière

Le Parti conservateur du Québec (PCQ) a annoncé Mario Fortier comme nouveau candidat dans la circonscription des Chutes-de-la-Chaudière, le 8 août. L’ancien conseiller municipal, qui a œuvré de 2009 à 2021 et avait été défait lors des dernières élections municipales à Lévis, affrontera donc la candidate de la Coalition avenir Québec (CAQ) Martine Biron lors des prochaines élections provinciales.