Sur le dernier album de Gabriella, le violon est partout. CRÉDIT:MÉLANYBERNIER

Seule sur scène, celle qu’on connaît comme la fille au violon a fait éclore son premier projet en français dans lequel elle se raconte sans détour à travers des textes personnels, introspectifs et imagés. Gabriella présentera Étrangère à L’Anglicane, le 7 mars.

Résolument pop, les mélodies accrocheuses et empreintes d’émotions mettent en valeur la voix de velours de la jeune multi-instrumentiste et les teintes plurielles de son fidèle instrument à cordes. «J’ai vraiment voulu trouver ma patte à moi avec l’instrument qui m’est le plus cher, le violon», présente Gabriella.

Son but, réinventer le violon «de manière cool». L’instrument est partout et la musicienne en joue de différentes façons. «Parfois, je tape sur le violon, parfois je le joue comme une guitare, parfois je fais des staccatos, des pizz (pizzicatos), des legatos. J’appelle ça une pop violonistique», explique-t-elle. Et d’ajouter, qu’«avec cette tournée, j’ai vraiment appris à avoir du fun avec mon violon, à l’adapter comme je veux».

Son propre orchestre 

Les performances de Gabriella sont empreintes d’une douce énergie et l’artiste laisse de la place à de nombreuses interactions avec les spectateurs. Plus qu’un concert, c’est un univers visuel et sonore qui se déploiera sur les planches de la salle lévisienne. «Il y a une partie plus minimaliste alors que ça devient disco à la fin. Je m’en vais dans la salle, je chante en acoustique, puis je prends un violon électrique qui s’illumine de partout suivant la musique», illustre-t-elle. 

Sur scène, elle joue du violon ainsi que du clavier et de la guitare. «Et j’utilise les loops, explique la musicienne. J’enregistre un bout de violon et par dessus ce que je viens d’enregistrer, j’enregistre d’autres couches. Ça crée mon propre orchestre. Je loop le piano ou la guitare avec mon violon, ça me permet d’être autonome et de pouvoir chanter pendant que quelque chose joue.»

Après un passage remarqué à The Voice, en France en 2016, l’auteure-compositrice-interprète partage sa vie d’un côté et de l’autre de l’Atlantique. «L’album Étrangère est vraiment lié aux allers-retours que j’ai faits en France. C’est une nouvelle culture que j’ai découverte. Je ne connaissais pas tous ces artistes français en émergence que j’adore. Plus je voyage, plus je trouve d’influences», raconte Gabriella. 

Ce qu’elle préfère, ce sont les voyages, parce que, loin de chez soi, on ne prend jamais rien pour acquis. «C’est bouleversant, mais c’est tellement le fun», s’enthousiasme-t-elle. Et en France, où les Québécois sont tellement aimés et où on se sent super accueilli», elle s’est redécouverte.

«À chaque fois que je m’en vais chercher une baguette de pain, on me rappelle que je suis étrangère. Même si je me sens chez moi là-bas. Les gens me disent qu’ils aiment mon accent. Au début, c’était déstabilisant. Plusieurs personnes n’aimeraient pas cette instabilité, mais j’adore vivre dans mes bagages, me réveiller et ne pas savoir où je suis. C’est le mode de vie que j’ai décidé d’adopter.» Dans son prochain album, Gabriella annonce qu’elle reviendra à ses racines.

Réservation au langlicane.com ou au 418 838-6000.

Les plus lus

Deux anciens élèves de l’Aubier à La Voix

À la suite de son audition à l’aveugle à La Voix, télédiffusée le 23 février dernier, le Lévisien Francis Bernier rejoignait l’équipe de Cœur de pirate et une autre Lévisienne sélectionnée deux semaines auparavant, Laurie Drolet. Les deux artistes âgés respectivement de 22 ans et 20 ans ont tous deux étudié la musique à l’École secondaire de l’Aubier dans la classe d’Annie Laflamme et de Christian...

Une bibliothèque nouveau genre au temps du coronavirus

Pour faire face aux nombreuses restrictions dans la vie quotidienne qu’impose la crise du coronavirus, plusieurs initiatives de solidarité sont nées partout au Québec. Lévis ne fait pas exception, notamment grâce à Sébastien Chartrand. Pour permettre à ses concitoyens d’avoir accès à des livres, l’auteur lévisien a mis sur pied une bibliothèque mobile, le Livrensac.

Les talents du Collège de Lévis donne vie au Roi Lion

34 élèves sur scène, 30 choristes adultes et près de 200 costumes, il n’en fallait pas moins pour monter la comédie musicale Le Roi Lion. Girafes, éléphants, antilopes et autres animaux de la savane défileront au Collège de Lévis, le 2 avril prochain, pour la naissance du petit Simba.

L’art de chiller avec Jérôme 50 au VBP

Le 13 mars, Jérôme 50 amènera les spectateurs du Vieux Bureau de Poste (VBP)dans son camp de vacances, lieu imaginaire où s’unissent premières amours et questionnaires existentiels. Parolier hors pair accompagné de mélodies accrocheuses, l’auteur-compositeur présente son troisième album, sorti en juillet dernier.

Des Lévisiens en nomination aux Junos

Jazz Affair, un ensemble de jazz vocal dont font partie trois Lévisiens, a reçu une bonne nouvelle il y a quelques semaines. En effet, le groupe est en nomination dans la catégorie Meilleur album jazz vocal de l’année aux prix Junos, un prestigieux gala qui récompense les meilleurs artistes musicaux canadiens.

La Voix : Laurie Drolet passe à la prochaine étape, Francis Bernier éliminé

Les deux Lévisiens en lice à La Voix, Laurie Drolet et Francis Bernier, prenaient part à la deuxième étape du concours musical, les Duels, lors de l'émission télédiffusée hier sur les ondes de TVA (enregistrée avant la crise du coronavirus). Les deux artistes de la région ont connu des destins différents. Si Laurie Drolet poursuit l'aventure, Francis Bernier a été éliminé.

Une œuvre de Pierre Laliberté au parlement

Dans le cadre de l’exposition nomade Des œuvres qui donnent des ailes, présentée par la galerie d’art de Québec Urbania, le Lévisien Pierre Laliberté présente l’une de ses création afin de faire connaître au public les besoins des jeunes soutenus par la Maison Dauphine.

Des talents réunis pour une généreuse soirée musicale

Les Productions ÉJVA présentent Ensemble, un grand concert bénéfice au profit de la paroisse Saint-Joseph de Lévis qui réunira le 28 mars des solistes et grands ensembles musicaux de la région. Les sous récoltés seront remis à la paroisse, dont une partie pour la musique professionnelle lors des célébrations.

La francophonie célébrée par un spectacle

Des artistes de la chanson, de la musique traditionnelle et du conte donneront un spectacle le 20 mars, à la Courtisane à Lévis. Tous ont répondu à l’invitation de la Société nationale des Québécoises et des Québécois de Chaudière-Appalaches qui organise cette soirée dans le cadre de la Journée internationale de la Francophonie.

Le talent brut de Nicolas Gémus au VBP

L’auteur-compositeur-interprète sera de passage au Vieux Bureau de Poste (VBP), le 21 mars. Nicolas Gémus présentera son premier album Hiboux, qu’il a soigneusement muri et qui témoigne déjà de la maturité artistique du jeune musicien dans la vingtaine.