Même si les jeunes artistes présenteront leurs œuvres virtuellement plutôt que sur des panneaux, elles se préparent à faire découvrir leur travail au public. CRÉDIT : CAPTURE D’ÉCRAN ZOOM

De jeunes artistes participent à des ateliers avec des professionnelles de l’art actuel dans le cadre du Concours de la relève de Village en Arts. Pandémie oblige, le mentorat se fait virtuellement via la plateforme Zoom. Et la création se porte bien.

C’est depuis la maison et installées derrière leur écran qu’elles se retrouvent pour parler d’art et échanger sur le processus de création. Béatrice Lajoie-Noël, Camille Gagné et Justine Rhéaume, trois des quinze participantes au Concours de la relève de Village en Arts et toutes élèves à l’École secondaire de L’Aubier, sont connectées pour un atelier en ligne avec leurs coachs. C’est en petit groupe que les rencontres se tiennent, afin de permettre à toutes de prendre la parole et de bénéficier de conseils personnalisés. 

Accompagnées par l’artiste originaire de Lévis et ancienne lauréate du Prix Relève, Audrée Demers Roberge, et par la directrice de l’entreprise Artéfact urbain, spécialisée dans la production de projets culturels, Jeanne Couture, les jeunes artistes se préparent à participer au symposium organisé par l’Espace culturel du quartier de Saint-Nicolas, qui se tiendra virtuellement cette année à cause de la pandémie de coronavirus.

«On leur présente des points de vue qu’elles n’ont pas, à moins d’aller au musée et dans les centres d’artistes. On leur montre ce qu’est et comment travaille une personne qui consacre sa vie à l’art actuel. Aussi, comment les œuvres évoluent à travers le temps», explique Audrée Demers-Roberge. 

«Il n’y a pas beaucoup d’opportunités quand tu es adolescente de faire de l’art et même connaître ce qu’est l’art actuel», observe-t-elle, estimant que «le contact avec les artistes, c’est ce qui manque au secondaire».

 Partager une expérience artistique

Après avoir travaillé sur leur démarche artistique, les adolescentes découvrent cette fois comment présenter leurs œuvres. C’est l’installation. Son écran partagé, Audrée Demers Roberge entraîne les participantes dans une visite à distance d’une galerie. L’artiste veut leur montrer qu’une œuvre ne sera pas perçue de la même façon par le public selon sa place dans l’espace, au sol, sur un support, en hauteur, dans un cadre ou maintenue par un ruban adhésif… 

Pour mettre en pratique cette notion d’installation, Audrée Demers Roberge propose aux jeunes de concevoir une petite exposition dans leur chambre, qu’elles présenteront lors d’une prochaine rencontre. «Il y a toutes sortes de façon de faire», les encourage-t-elle. 

Stimuler l’inspiration

Explorer, essayer de nouvelles techniques, trouver d’autres façons de créer. Le mentorat permet aux jeunes artistes de sortir de leur bulle et de partager leurs idées. Surtout, Béatrice, Camille et Justine reçoivent des suggestions des coachs qui leur apportent un œil extérieur et professionnel sur leur production artistique. 

«Les opportunités qu’un professionnel en art visuel prenne le temps de regarder ton travail, de discuter avec toi où aller, c’est un soutien précieux. Je ne crois pas que ça arrive habituellement dans le parcours d’un adolescent», remarque Audrée Demers Roberge.

Réparties sur un mois, les trois séances de mentorat permettent aux participantes de tester les propositions des coachs et de réaliser de nouveaux défis, comme la création d’une œuvre à partir de matériaux inhabituels. Boîtes en plastique, sacs, tissus, papier d’aluminium ou de soie, miroirs ou bloc de styrofoam, Béatrice, Camille et Justine ne manquent pas d’imagination. 

«On a demandé aux filles de regarder dans leur environnement direct ce qu’elles ont comme matériel qui pourrait les inspirer pour essayer quelque chose de nouveau. On leur montre que c’est possible de créer peu importe où tu es.»  

Les artistes partageront ensuite leurs créations et pourront les exposer si elles le décident. Créatif et participatif, ce format virtuel de mentorat pourrait même revenir lors de la prochaine édition de Village en Arts.

Les plus lus

De Lévis à Paris

La comédienne Daphnée Côté-Hallé est présentement en France pour le tournage de la série Week-End Family de Disney+. La jeune femme, qui a passé son adolescence à Lévis, interprètera le personnage d’Emanuelle, l’une des protagonistes de l’émission.

District.Mao finaliste aux 73e Emmy Awards

C’est lors du dévoilement des nommés, le 13 juillet, que Marie-Odile Haince-LeBel ainsi que Caroline Lemieux, fondatrices de DM Productions, ont appris qu’elles étaient en nomination dans la catégorie des chorégraphies exceptionnelles pour les émissions de variété ou de téléréalité.

Programmation éclatée pour le retour de Festivent

C’est le 20 juillet que le Festivent de Lévis dévoilait sa programmation dans le cadre de Cet été, je parcours Lévis. L’événement se déroulera du 4 au 22 août prochain dans quatre différents sites à travers la ville.

Une Lévisienne primée à Village en Arts

C’est lors de la remise de prix virtuelle du 2 juillet dernier que l’artiste lévisienne, Louise Daigle, a appris qu’elle était récipiendaire de la troisième place du symposium Village en Arts de l’Espace culturel du Quartier de Saint-Nicolas.

Les Mea Culpa : début d’une carrière solo

Le 18 juin dernier, Les Mea Culpa, le premier mini-album (EP) de Lily Tea, est sorti sur toutes les plateformes numériques. L’artiste lévisienne a fait une semaine de résidence de création au Vieux Bureau de Poste (VBP) de Saint-Romuald afin de préparer le lancement.

Critique - Braquage de banque au VBP

Le Vieux Bureau de Poste (VBP) de Saint-Romuald invite le public à prendre ça cool cet été alors que la pièce Bonnie et Claud sera présentée jusqu’au 7 août. Les finissants du Conservatoire d’art dramatique de Québec proposent à cette occasion une version haute en couleur de la comédie d’Yves Amyot.

L’art de la décroissance

Dans le cadre de sa programmation 2021-2023, Regart, le centre d’artistes en art actuel, invitait les artistes et commissaires à réfléchir à la décroissance. Ce seront donc 11 dossiers et 22 intervenants qui présenteront leurs pistes de réflexion sous différentes formes artistiques.

Une chanteuse qui trace son chemin

Originaire de Rivière-du-Loup et emménagée à Lévis il y a deux ans, la chanteuse Camila Woodman n’est qu’au début de sa carrière. Après avoir sorti son premier mini-album en 2018, elle proposera son premier album cet automne. Avec ce nouveau projet, la jeune artiste espère réussir à partager sa musique avec le public.

Du soutien pour 10 artistes lévisiens en émergence

La Ville de Lévis, en collaboration avec le gouvernement du Québec, a dévoilé le 17 juin dernier le nom des 10 artistes émergents qui se partagent une aide financière, à la hauteur de 61 000 $, afin de les soutenir dans leur démarche de professionnalisation et leurs projets qui favorisent les liens entre les arts et la collectivité.

L’Internationale d’art miniature de retour à Lévis

Le Centre d’exposition Louise-Carrier accueille les visiteurs pour la 11e édition de l’Internationale d’art miniature jusqu’au 5 septembre. Le vernissage de l’exposition a eu lieu le 27 juin dernier.