Même si les jeunes artistes présenteront leurs œuvres virtuellement plutôt que sur des panneaux, elles se préparent à faire découvrir leur travail au public. CRÉDIT : CAPTURE D’ÉCRAN ZOOM

De jeunes artistes participent à des ateliers avec des professionnelles de l’art actuel dans le cadre du Concours de la relève de Village en Arts. Pandémie oblige, le mentorat se fait virtuellement via la plateforme Zoom. Et la création se porte bien.

C’est depuis la maison et installées derrière leur écran qu’elles se retrouvent pour parler d’art et échanger sur le processus de création. Béatrice Lajoie-Noël, Camille Gagné et Justine Rhéaume, trois des quinze participantes au Concours de la relève de Village en Arts et toutes élèves à l’École secondaire de L’Aubier, sont connectées pour un atelier en ligne avec leurs coachs. C’est en petit groupe que les rencontres se tiennent, afin de permettre à toutes de prendre la parole et de bénéficier de conseils personnalisés. 

Accompagnées par l’artiste originaire de Lévis et ancienne lauréate du Prix Relève, Audrée Demers Roberge, et par la directrice de l’entreprise Artéfact urbain, spécialisée dans la production de projets culturels, Jeanne Couture, les jeunes artistes se préparent à participer au symposium organisé par l’Espace culturel du quartier de Saint-Nicolas, qui se tiendra virtuellement cette année à cause de la pandémie de coronavirus.

«On leur présente des points de vue qu’elles n’ont pas, à moins d’aller au musée et dans les centres d’artistes. On leur montre ce qu’est et comment travaille une personne qui consacre sa vie à l’art actuel. Aussi, comment les œuvres évoluent à travers le temps», explique Audrée Demers-Roberge. 

«Il n’y a pas beaucoup d’opportunités quand tu es adolescente de faire de l’art et même connaître ce qu’est l’art actuel», observe-t-elle, estimant que «le contact avec les artistes, c’est ce qui manque au secondaire».

 Partager une expérience artistique

Après avoir travaillé sur leur démarche artistique, les adolescentes découvrent cette fois comment présenter leurs œuvres. C’est l’installation. Son écran partagé, Audrée Demers Roberge entraîne les participantes dans une visite à distance d’une galerie. L’artiste veut leur montrer qu’une œuvre ne sera pas perçue de la même façon par le public selon sa place dans l’espace, au sol, sur un support, en hauteur, dans un cadre ou maintenue par un ruban adhésif… 

Pour mettre en pratique cette notion d’installation, Audrée Demers Roberge propose aux jeunes de concevoir une petite exposition dans leur chambre, qu’elles présenteront lors d’une prochaine rencontre. «Il y a toutes sortes de façon de faire», les encourage-t-elle. 

Stimuler l’inspiration

Explorer, essayer de nouvelles techniques, trouver d’autres façons de créer. Le mentorat permet aux jeunes artistes de sortir de leur bulle et de partager leurs idées. Surtout, Béatrice, Camille et Justine reçoivent des suggestions des coachs qui leur apportent un œil extérieur et professionnel sur leur production artistique. 

«Les opportunités qu’un professionnel en art visuel prenne le temps de regarder ton travail, de discuter avec toi où aller, c’est un soutien précieux. Je ne crois pas que ça arrive habituellement dans le parcours d’un adolescent», remarque Audrée Demers Roberge.

Réparties sur un mois, les trois séances de mentorat permettent aux participantes de tester les propositions des coachs et de réaliser de nouveaux défis, comme la création d’une œuvre à partir de matériaux inhabituels. Boîtes en plastique, sacs, tissus, papier d’aluminium ou de soie, miroirs ou bloc de styrofoam, Béatrice, Camille et Justine ne manquent pas d’imagination. 

«On a demandé aux filles de regarder dans leur environnement direct ce qu’elles ont comme matériel qui pourrait les inspirer pour essayer quelque chose de nouveau. On leur montre que c’est possible de créer peu importe où tu es.»  

Les artistes partageront ensuite leurs créations et pourront les exposer si elles le décident. Créatif et participatif, ce format virtuel de mentorat pourrait même revenir lors de la prochaine édition de Village en Arts.

Les plus lus

Une autrice lance un appel pour créer un recueil de textes

La Lévisienne Florence Guay invite les plumes d’ici et d’ailleurs à contribuer à un ouvrage collectif à paraître. Le recueil sera composé d’histoires vécues et réelles qui racontent un moment extraordinaire de la vie de leur auteur.

Au pied du mur, ils se relèvent

Des jeunes du CAPJ, le Centre aide et prévention jeunesse, ont joué les modèles pour Wartin Pantois. L’artiste de Québec les a photographiés, puis a réalisé un collage sur un mur de Lévis. L’un d’eux, Duncan Mazou, raconte cette expérience artistique dans laquelle il s’est reconnu.

Une expo qui fait du bien

Tout en tendresse, Jacynthe Bergeron illustre le lien profond qui nous unit à ce qui nous entoure. «Prendre soin de la nature, c’est prendre soin de notre nature profonde. Si on y regarde de plus près, elles ne font qu’un», dit l’artiste. Elle expose ses œuvres jusqu’au 16 août à l’Espace culturel du Quartier de Saint-Nicolas.

Pascale Bourdages, l’étoile montante

La chanteuse prépare un premier album de sa composition. À Trois-Pistoles en chanson, la Lévisienne a remporté la première place de la catégorie auteur-compositeur-interprète et le coup de cœur du public avec deux pièces qui figureront sur le disque à venir.

La poésie sort dans la ville

Le projet #SORTONSLAPOÉSIE s’affiche depuis le 29 juillet dans différents lieux de Lévis. Présentés sur des panneaux, les 14 poèmes sont à découvrir jusqu’à la fin août.

Le public de L'Anglicane au rendez-vous

En moins de deux semaines, trois des quatre spectacles de la courte saison d’été de L’Anglicane, annoncée à la suite de la reprise des activités dans la salle de spectacle, affichent complets. L’Anglicane vient également de dévoiler sa programmation d’automne.

Regart met aux enchères des œuvres en canne

Levée de fonds au profit du Centre d’artistes en art actuel, l’Encann’ se déroule sur les réseaux sociaux, jusqu’au 11 septembre. Cette cinquième édition virtuelle rassemble 36 artistes, dont plusieurs œuvres sont mise à l’encan chaque semaine.

Une pause artistique devant la vitrine de Regart

Jusqu'au 26 juillet, l'artiste Marilou Kenny-Gagnon expose son installation Fictions logiques (phase 1) dans la vitrine du centre d'artistes en art actuel, Regart. Une œuvre à découvrir depuis l'extérieur de la galerie lors d'une balade dans le quartier de la Traverse ou d'un arrêt au quai Paquet.

Des activités en ligne pour les passionnés de danse

Dernier né de la famille Hit The Floor fondé par le Lévisien Nicolas Bégin, le festival de danse multi-styles Flofest passe en mode virtuel afin de rassembler la communauté de la danse autour de quatre activités, les 10, 11 et 12 juillet.

Gowan en spectacle virtuel le 16 juillet

Populaire au Québec et ailleurs dans le monde dans les années 80 et 90, l’artiste canadien est le claviériste et le chanteur principal du légendaire groupe Styx depuis 21 ans. Le spectacle de Gowan sera diffusé le 16 juillet à 20h30.