Même si les jeunes artistes présenteront leurs œuvres virtuellement plutôt que sur des panneaux, elles se préparent à faire découvrir leur travail au public. CRÉDIT : CAPTURE D’ÉCRAN ZOOM

De jeunes artistes participent à des ateliers avec des professionnelles de l’art actuel dans le cadre du Concours de la relève de Village en Arts. Pandémie oblige, le mentorat se fait virtuellement via la plateforme Zoom. Et la création se porte bien.

C’est depuis la maison et installées derrière leur écran qu’elles se retrouvent pour parler d’art et échanger sur le processus de création. Béatrice Lajoie-Noël, Camille Gagné et Justine Rhéaume, trois des quinze participantes au Concours de la relève de Village en Arts et toutes élèves à l’École secondaire de L’Aubier, sont connectées pour un atelier en ligne avec leurs coachs. C’est en petit groupe que les rencontres se tiennent, afin de permettre à toutes de prendre la parole et de bénéficier de conseils personnalisés. 

Accompagnées par l’artiste originaire de Lévis et ancienne lauréate du Prix Relève, Audrée Demers Roberge, et par la directrice de l’entreprise Artéfact urbain, spécialisée dans la production de projets culturels, Jeanne Couture, les jeunes artistes se préparent à participer au symposium organisé par l’Espace culturel du quartier de Saint-Nicolas, qui se tiendra virtuellement cette année à cause de la pandémie de coronavirus.

«On leur présente des points de vue qu’elles n’ont pas, à moins d’aller au musée et dans les centres d’artistes. On leur montre ce qu’est et comment travaille une personne qui consacre sa vie à l’art actuel. Aussi, comment les œuvres évoluent à travers le temps», explique Audrée Demers-Roberge. 

«Il n’y a pas beaucoup d’opportunités quand tu es adolescente de faire de l’art et même connaître ce qu’est l’art actuel», observe-t-elle, estimant que «le contact avec les artistes, c’est ce qui manque au secondaire».

 Partager une expérience artistique

Après avoir travaillé sur leur démarche artistique, les adolescentes découvrent cette fois comment présenter leurs œuvres. C’est l’installation. Son écran partagé, Audrée Demers Roberge entraîne les participantes dans une visite à distance d’une galerie. L’artiste veut leur montrer qu’une œuvre ne sera pas perçue de la même façon par le public selon sa place dans l’espace, au sol, sur un support, en hauteur, dans un cadre ou maintenue par un ruban adhésif… 

Pour mettre en pratique cette notion d’installation, Audrée Demers Roberge propose aux jeunes de concevoir une petite exposition dans leur chambre, qu’elles présenteront lors d’une prochaine rencontre. «Il y a toutes sortes de façon de faire», les encourage-t-elle. 

Stimuler l’inspiration

Explorer, essayer de nouvelles techniques, trouver d’autres façons de créer. Le mentorat permet aux jeunes artistes de sortir de leur bulle et de partager leurs idées. Surtout, Béatrice, Camille et Justine reçoivent des suggestions des coachs qui leur apportent un œil extérieur et professionnel sur leur production artistique. 

«Les opportunités qu’un professionnel en art visuel prenne le temps de regarder ton travail, de discuter avec toi où aller, c’est un soutien précieux. Je ne crois pas que ça arrive habituellement dans le parcours d’un adolescent», remarque Audrée Demers Roberge.

Réparties sur un mois, les trois séances de mentorat permettent aux participantes de tester les propositions des coachs et de réaliser de nouveaux défis, comme la création d’une œuvre à partir de matériaux inhabituels. Boîtes en plastique, sacs, tissus, papier d’aluminium ou de soie, miroirs ou bloc de styrofoam, Béatrice, Camille et Justine ne manquent pas d’imagination. 

«On a demandé aux filles de regarder dans leur environnement direct ce qu’elles ont comme matériel qui pourrait les inspirer pour essayer quelque chose de nouveau. On leur montre que c’est possible de créer peu importe où tu es.»  

Les artistes partageront ensuite leurs créations et pourront les exposer si elles le décident. Créatif et participatif, ce format virtuel de mentorat pourrait même revenir lors de la prochaine édition de Village en Arts.

Les plus lus

Un parcours historique d’une ferme à l’autre

Petits et grands sont invités à découvrir l’histoire de l’agriculture à Saint-Nicolas. Du 25 septembre au 25 octobre, l’exposition gratuite Histoires de récolte se déroulera sur les sites extérieurs de huit lieux différents sous la forme d’un rallye-concours.

Le peintre amoureux raconté dans un livre

C’est une histoire d’amour. Celle de Pauline et Clément. Dans un livre qui raconte leur vie, le journaliste Claude Desjardins partage les souvenirs de Papy, le peintre amoureux, comme il le nomme. Lors du lancement de l’ouvrage à Lévis, l’auteur en a lu des extraits, soulignant en même temps les 96 ans du peintre.

Des murales de RenéeRose sur les murs de l’abbaye

C’est en extérieur, sur les murs de l’ancienne abbaye cistercienne située à Saint-Romuald, que RenéeRose a créé sa dernière œuvre visible aux yeux des promeneurs. L’artiste a réalisé deux peintures murales à l’aérosol qui symbolisent l’esprit du lieu.

Une campagne pour financer son premier album

Installée à Lévis, la chanteuse et auteure-compositrice-interprète Haingo Nirina prépare son premier album entièrement francophone, Toujours plus loin. Pour que ce projet voit le jour, elle fait appel au soutien du public dans une campagne de sociofinancement sur la plateforme La Ruche.

Cinq bibliothèques de plus rouvriront le 6 octobre à Lévis

Les bibliothèques de la Ville de Lévis rouvriront progressivement au cours des prochaines semaines, et ce, dans le respect des directives de la Santé publique. Depuis le 25 juin, les lecteurs n’avaient accès qu’à trois des dix bibliothèques, une par arrondissement.

La musique appartient à celui qui commence tôt

Il a 15 ans et en est à sa deuxième participation à Jamais trop tôt, un projet qui rassemble de jeunes interprètes à travers le Canada. Léo Giroux a enregistré une chanson, qui figure sur l’album collectif, et l’a interprétée lors d’un spectacle, le 26 septembre.

Dix dates à ne pas manquer au Vieux Bureau de Poste

Cet automne, le Vieux Bureau de Poste (VBP) présente une programmation plus petite en raison de la pandémie. Une dizaine de spectacles sont à l’affiche au lieu de la trentaine habituelle. Les représentations se déroulent dans la salle lévisienne ou au Juvénat Notre-Dame, situé à proximité.

Une murale créée par des jeunes artistes de Lévis

Les adolescentes récipiendaires du Concours de la Relève artistique du symposium Village en Arts ont laissé libre cours à leurs talents artistiques afin de créer une murale sur la place éphémère qui laissera ensuite place au futur quartier Cocité, du constructeur Humaco Stratégies.

Le festival de conte de Lévis est annulé

Le Festival international du conte Jos Violon de Lévis, qui devait se tenir du 10 au 20 octobre prochain, est annulé, ont annoncé les organisateurs ce mercredi 30 septembre sur la page Facebook de l’événement. Avec le basculement de la région en zone rouge, les salles de spectacle doivent en effet fermer leur porte et les rassemblements sont interdits.

Québec octroie une aide de 50 M$ aux salles de spectacle

Le gouvernement du Québec a annoncé qu’il viendra en aide aux salles de spectacle qui ont dû fermer dans les zones où le palier d’alerte est rouge concernant la COVID-19, ce 2 octobre. Une aide totalisant 50 M$ sera investie afin de rembourser 75 % des billets qui auraient été vendus dans les six prochains mois.