210 danseurs ont présenté 180 routines en solo, duo ou trio. CRÉDIT : GILLES BOUTIN

Les 5 et 6 septembre, les danseurs du Québec avaient rendez-vous au Centre de congrès et d’exposition de Lévis. La compétition s’adressait aux danseurs solistes ainsi qu’aux danseurs duo et trio qui ont présenté leur numéro sur la scène Hit The Floor l’instant d’un week-end devant des juges québécois du monde de la danse.

À l’occasion de la première édition du nouvel événement créé par le Lévisien Nicolas Bégin dans sa ville, Hit The Floor En famille, les danseurs ont pu se retrouver en famille et avec leur studio. Pendant la compétition, chacun a pu obtenir des commentaires sur sa prestation afin bonifier sa technique avant la saison officielle des compétitions 2021.

«Ça s’est super bien passé ! C’est au-delà de nos attentes. On est très heureux d’avoir pu offrir un événement de qualité professionnelle en pleine situation de pandémie», se réjouit Joël Phaneuf, en charge du marketing et des communications pour Hit The Floor. «Le mot d’ordre, c’était les retrouvailles en famille», partage le porte-parole. 

Grâce au soutien du Centre de congrès et d’exposition, Hit The Floor En famille s’est déroulé dans le respect de toutes les consignes de la Santé publique, puisque des mesures avaient été prises pour assurer la sécurité des danseurs, des spectateurs et des membres de l’équipe.

Pendant les deux jours de la compétition, 210 danseurs ont présenté 180 routines en solo, duo ou trio uniquement, une formule choisie pour s’adapter au contexte pandémique. Les cinq juges ont évalué les prestations, qui étaient filmées et retransmises en direct pour les détenteurs de billets. Finalement, une remise des prix virtuelle a récompensé les meilleurs candidats tout en respectant la règle de distanciation physique. 

Afin de respecter le principe des cellules mis en place en milieu scolaire notamment par la Santé publique, la compétition était organisée en bloc horaire réservé par école. 

«Entre chaque bloc, la salle, la scène et les loges étaient entièrement nettoyées, précise Joël Phaneuf. Pour chaque bloc, un nombre maximum de spectateurs était permis, seul ou en groupe de deux ou quatre personnes. À la fin de chaque bloc, le public devait sortir de la salle pour procéder au nettoyage et permettre à tous d’assister à la compétition.»

Ainsi, ce sont 800 spectateurs au total qui ont pu prendre place dans la salle à tour de rôle à raison de 110 personnes à la fois. 

Du côté des danseurs, ils devaient suivre un parcours défini dans l’arrière-scène. Lavage des mains et des pieds, port du masque lors des déplacements, des mesures avaient été mises en place pour contrer les risques de transmission de la COVID-19. 

«Hit The Floor En famille s’est rempli très rapidement, parce que c’est le premier événement de danse québécois à reprendre durant cette période marquée par la COVID. Considérant que toute la saison des compétitions 2020 a été annulée au début de la pandémie, les danseurs avaient très hâte de performer. Les gens avaient le sourire aux lèvres. On a redonné un semblant de réalité aux danseurs qui avaient tout perdu.»

 

Les plus lus

Des murales de RenéeRose sur les murs de l’abbaye

C’est en extérieur, sur les murs de l’ancienne abbaye cistercienne située à Saint-Romuald, que RenéeRose a créé sa dernière œuvre visible aux yeux des promeneurs. L’artiste a réalisé deux peintures murales à l’aérosol qui symbolisent l’esprit du lieu.

Le peintre amoureux raconté dans un livre

C’est une histoire d’amour. Celle de Pauline et Clément. Dans un livre qui raconte leur vie, le journaliste Claude Desjardins partage les souvenirs de Papy, le peintre amoureux, comme il le nomme. Lors du lancement de l’ouvrage à Lévis, l’auteur en a lu des extraits, soulignant en même temps les 96 ans du peintre.

La musique appartient à celui qui commence tôt

Il a 15 ans et en est à sa deuxième participation à Jamais trop tôt, un projet qui rassemble de jeunes interprètes à travers le Canada. Léo Giroux a enregistré une chanson, qui figure sur l’album collectif, et l’a interprétée lors d’un spectacle, le 26 septembre.

Echo Gospel présente ses capsules vidéo en ligne

Pour les Journées de la culture, qui se tiennent cette année pendant un mois, Echo Gospel présente des capsules vidéo sur sa page Facebook, à voir jusqu’au 25 octobre.

Dix dates à ne pas manquer au Vieux Bureau de Poste

Cet automne, le Vieux Bureau de Poste (VBP) présente une programmation plus petite en raison de la pandémie. Une dizaine de spectacles sont à l’affiche au lieu de la trentaine habituelle. Les représentations se déroulent dans la salle lévisienne ou au Juvénat Notre-Dame, situé à proximité.

Une murale créée par des jeunes artistes de Lévis

Les adolescentes récipiendaires du Concours de la Relève artistique du symposium Village en Arts ont laissé libre cours à leurs talents artistiques afin de créer une murale sur la place éphémère qui laissera ensuite place au futur quartier Cocité, du constructeur Humaco Stratégies.

Le festival de conte de Lévis est annulé

Le Festival international du conte Jos Violon de Lévis, qui devait se tenir du 10 au 20 octobre prochain, est annulé, ont annoncé les organisateurs ce mercredi 30 septembre sur la page Facebook de l’événement. Avec le basculement de la région en zone rouge, les salles de spectacle doivent en effet fermer leur porte et les rassemblements sont interdits.

Québec octroie une aide de 50 M$ aux salles de spectacle

Le gouvernement du Québec a annoncé qu’il viendra en aide aux salles de spectacle qui ont dû fermer dans les zones où le palier d’alerte est rouge concernant la COVID-19, ce 2 octobre. Une aide totalisant 50 M$ sera investie afin de rembourser 75 % des billets qui auraient été vendus dans les six prochains mois.

Tea For 20’s ravive la flamme des années folles

Le groupe de musique swing Tea For 20’s, composé de six musiciens et de la chanteuse Lily Thibodeau, sort son deuxième album. The Dipsy Doodle rassemble des standards de jazz traditionnel swing, dans un vivant hommage à la musique populaire des années 20.

Un livre pour découvrir le bonheur à l’intérieur de soi

Premier livre de l’ancienne journaliste lévisienne Sylvie Ruel, Faire briller sa lumière est paru aux éditions Le Dauphin blanc. Ce roman d’inspiration raconte l’histoire de Joseph-Alexandre C. qui rêve de devenir artiste-peintre et du chemin intérieur qu’il aura à parcourir pour réaliser sa passion.