CRÉDIT : BIGSTOCK

La création d’un livre est chose semblable à donner vie. Quelques minutes pour avoir le sujet principal qui le constitue, quelques semaines à le former et des années à s’en occuper. Malgré tous ses efforts, l’auteur ne sera jamais récompensé à sa juste valeur au commencement de sa carrière et même au cours de cette dernière.

L’auteur ne fera que 10 % du prix d’un livre vendu. Écoutez, si vous comptez devenir écrivain, ne vous fiez pas à ce métier pour faire des REERS fructifiants. Selon moi, ce salaire est ridicule. Calcul rapide, si un livre coûte 20 $, ce qui est le prix normal d’une œuvre, l’auteur ne touchera que 2 $.

Puis, c’est à ce moment que cela se corse à savoir si le livre fera du profit. Est-ce que c’était le bon moment de sortir cette œuvre? Est-ce que le sujet est d’actualité pour les lecteurs à ce moment? Est-ce que l’éditeur a fait un bon boulot? Nul ne le sait.

Être auteur c’est presque vivre sur le bien-être social, mais c’est aussi se lancer dans le vide sans savoir ce que l’avenir nous réservera. Selon une étude menée par l’UNEQ en 2018, 90 % des membres de cette association n’atteignent même pas un revenu de 25 000 $. Attention, vous n'êtes pas prêt à lire la phrase suivante… le revenu médian (salaire moyen, calculé avec 50 % des revenus fais par les personnes ayant le salaire le plus élevé et 50 % des revenus fait par les personnes ayant le salaire le plus faible) est inférieur à 3 000 $ pour les membres de cette association. 

Il ne faut pas d’ailleurs oublier que si une personne veut devenir écrivaine, elle doit avoir d’autres projets comme coussin de sécurité. Le problème est souvent qu’en faisant cela, les écrivains n’ont plus assez de temps pour se concentrer sur leur tâche principale, soit écrire un livre. C’est triste et à la fois désolant de voir qu’une personne ne peut exercer sa passion comme métier puisque son travail acharné n’est pas mesuré à sa juste valeur. Plusieurs pétitions à propos des salaires trop bas des auteurs circulent sur internet. Même que certains individus parlent du métier d’écrivain comme si cela était du bénévolat culturel. Pourrait-on nous questionner à propos des valeurs du gouvernement à ce sujet?

Pour votre information, le libraire qui vendra le livre touchera 40 % du prix de celui-ci. À mon avis, ce pourcentage est trop élevé. Cependant, je ne dis pas que les auteurs devraient avoir 40 % du prix du livre et les libraires 10 %. Mais pensez-y, le libraire a des centaines de livres à vendre provenant de différents écrivains, tandis que l’auteur n’a qu’une œuvre à gérer. Selon ma vision de cette situation, il ne faudrait que faire qu’un équilibre entre les pourcentages et donner un peu plus de crédits aux écrivains puisqu’ils méritent cet argent après tout ce qu’ils font pour donner vie à leur œuvre. De plus, pour améliorer le monde littéraire au niveau des finances, il faudrait peut-être bien ne pas accepter toutes les œuvres et y faire des coupures pour y assurer un rendement monétaire.  

Lili-Rose Charest

Lévis

Les plus lus

Jean Provencher écrit pour réaliser un monde différent

Après quatre années de travail et des milliers d’heures de recherche, le premier livre du Lévisien Jean Provencher est prêt à être imprimé. Être, penser et agir autrement pour un monde différent présente les enjeux économiques, sociaux et environnementaux actuels et guide le lecteur vers des actions inspirantes.

Lettre d'opinion - Les écrivains, les premiers maillons de la chaîne culturelle littéraire

La création d’un livre est chose semblable à donner vie. Quelques minutes pour avoir le sujet principal qui le constitue, quelques semaines à le former et des années à s’en occuper. Malgré tous ses efforts, l’auteur ne sera jamais récompensé à sa juste valeur au commencement de sa carrière et même au cours de cette dernière.

Talents bleus : les représentants de la région en demi-finale

Originaire de Charny, Dominic Lacasse, accompagné de sa conjointe Karen Goudreault, représentait la Chaudière-Appalaches au concours Talents bleus présenté à l’émission en direct du 28 octobre de La semaine des 4 Julie. Le couple de drapeaux humains de la région a été sélectionné par le public pour les demi-finales du concours.

L’Anglicane fait vivre les arts autrement

Voulant créer des occasions de rencontres artistiques, malgré les restrictions qui affectent actuellement les salles de spectacle en zone rouge, L’Anglicane propose trois spectacles en ligne pour adoucir l’automne.

Dominic et Karen qualifiés pour la finale de Talents bleus

Représentants de la Chaudière-Appalaches à Talents bleus, Dominic Lacasse et sa conjointe Karen Goudreault, ont remporté, le 25 novembre, la demi-finale à laquelle ils participaient dans le cadre du concours présenté lors de l’émission La semaine des 4 Julie.

Quête poétique dans un monde d’après

Poète du clair-obscur, Anne-Marie Desmeules peint une société en perdition dans son troisième recueil Nature morte au couteau, paru cet automne aux éditions Le Quartanier. Soufflant un vent de liberté, ses mots se sont affranchis des contraintes et guident le lecteur vers une nature retrouvée.

Conférence sur la musique chorale à travers le temps

Le Chœur polyphonique de Lévis organise un atelier virtuel qui sera donné par son directeur musical, Guillaume Boulay, le jeudi 19 novembre, à 19h, sur la plateforme Zoom.

Un collectif de jeunes de Bellechasse crée une chanson

Agir collectivement dans Bellechasse a dévoilé la chanson écrite et composée par un collectif de jeunes passionnés de musique dans le cadre d’une activité de création en ligne.

Les finalistes des Prix d’excellence en culture connus

Le Conseil de la culture de Québec et de Chaudière-Appalaches ainsi que la Ville de Lévis ont dévoilé les finalistes de la 34e édition des Prix d’excellence 2020. Dans ce cadre, la municipalité remet chaque année le Prix Ville de Lévis à un organisme culturel du territoire.

Né pour être vivant, le deuxième roman de Yann Fortier

L’auteur de Québec qui a résidé dans le passé sur la Rive-Sud, Yann Fortier, a publié son deuxième ouvrage Né pour être vivant, au mois d’octobre dernier. Paru aux éditions Marchand de feuilles, Yann Fortier raconte l’histoire de la vie du chanteur Antoine Ferrandez.