CRÉDIT : BIGSTOCK

La création d’un livre est chose semblable à donner vie. Quelques minutes pour avoir le sujet principal qui le constitue, quelques semaines à le former et des années à s’en occuper. Malgré tous ses efforts, l’auteur ne sera jamais récompensé à sa juste valeur au commencement de sa carrière et même au cours de cette dernière.

L’auteur ne fera que 10 % du prix d’un livre vendu. Écoutez, si vous comptez devenir écrivain, ne vous fiez pas à ce métier pour faire des REERS fructifiants. Selon moi, ce salaire est ridicule. Calcul rapide, si un livre coûte 20 $, ce qui est le prix normal d’une œuvre, l’auteur ne touchera que 2 $.

Puis, c’est à ce moment que cela se corse à savoir si le livre fera du profit. Est-ce que c’était le bon moment de sortir cette œuvre? Est-ce que le sujet est d’actualité pour les lecteurs à ce moment? Est-ce que l’éditeur a fait un bon boulot? Nul ne le sait.

Être auteur c’est presque vivre sur le bien-être social, mais c’est aussi se lancer dans le vide sans savoir ce que l’avenir nous réservera. Selon une étude menée par l’UNEQ en 2018, 90 % des membres de cette association n’atteignent même pas un revenu de 25 000 $. Attention, vous n'êtes pas prêt à lire la phrase suivante… le revenu médian (salaire moyen, calculé avec 50 % des revenus fais par les personnes ayant le salaire le plus élevé et 50 % des revenus fait par les personnes ayant le salaire le plus faible) est inférieur à 3 000 $ pour les membres de cette association. 

Il ne faut pas d’ailleurs oublier que si une personne veut devenir écrivaine, elle doit avoir d’autres projets comme coussin de sécurité. Le problème est souvent qu’en faisant cela, les écrivains n’ont plus assez de temps pour se concentrer sur leur tâche principale, soit écrire un livre. C’est triste et à la fois désolant de voir qu’une personne ne peut exercer sa passion comme métier puisque son travail acharné n’est pas mesuré à sa juste valeur. Plusieurs pétitions à propos des salaires trop bas des auteurs circulent sur internet. Même que certains individus parlent du métier d’écrivain comme si cela était du bénévolat culturel. Pourrait-on nous questionner à propos des valeurs du gouvernement à ce sujet?

Pour votre information, le libraire qui vendra le livre touchera 40 % du prix de celui-ci. À mon avis, ce pourcentage est trop élevé. Cependant, je ne dis pas que les auteurs devraient avoir 40 % du prix du livre et les libraires 10 %. Mais pensez-y, le libraire a des centaines de livres à vendre provenant de différents écrivains, tandis que l’auteur n’a qu’une œuvre à gérer. Selon ma vision de cette situation, il ne faudrait que faire qu’un équilibre entre les pourcentages et donner un peu plus de crédits aux écrivains puisqu’ils méritent cet argent après tout ce qu’ils font pour donner vie à leur œuvre. De plus, pour améliorer le monde littéraire au niveau des finances, il faudrait peut-être bien ne pas accepter toutes les œuvres et y faire des coupures pour y assurer un rendement monétaire.  

Lili-Rose Charest

Lévis

Les plus lus

Espace-Temps : un lieu à occuper dans le Vieux-Lauzon

Un nouveau centre culturel ouvrira ses portes le 4 septembre prochain dans le Vieux-Lauzon. L’Espace-Temps regroupera plusieurs activités dont des expositions, des conférences et divers cours.

Ray Ogust lance le premier tome de sa série Quête

L’auteur lévisien Ray Ogust a lancé sa série de romans Quête composée de trois tomes cet été lors d’un évènement à la Cour arrière du Festibière de Lévis. Le premier tome est déjà disponible. La trilogie suit les aventures d’Évelyne dans une série policière, avec un côté science-fiction et qui rejoint aussi des sujets d’actualités.

Les enfants perdus : un avantage pour les jeunes

Luca Jalbert écrit, réalise et produit la websérie Les enfants perdus. Pour ce faire, ce sont près d’une trentaine de jeunes provenant principalement de la région qui incarnent les personnages au fil des saisons. L’artiste lévisien voit les jeunes évoluer dans ce projet et tisse même des liens avec eux.

Faire vivre la littérature à la Maison natale de Louis Fréchette

Le pupitre aux mots dits a été lancé à la Maison Natale de Louis Fréchette (MNLF) lors de la Fête nationale du Québec et se déroule jusqu’à la fin septembre sous formule ponctuelle. Différents auteurs lévisiens viennent y discuter avec les passants pour leur offrir un poème ou une courte histoire de leur plume qu’ils auront écrit à la suite de leur entretien.

«Un automne spectaculaire au VBP»

L’automne en fera voir de toutes les couleurs avec la programmation du Vieux Bureau de Poste (VBP) qui propose près d’une trentaine de spectacles aux styles variés depuis le 10 septembre.

Une deuxième série de livres jeunesse pour une autrice d’ici

Annie-Claude Lebel, autrice et enseignante de niveau primaire, a publié une deuxième série dans la collection jeunesse pour lecteurs débutants Éveil aux fables. L’autrice a travaillé sur ce projet en collaboration avec la maison d’édition lévisienne des Éditions de l’Envolée. La série s’adresse à des lecteurs de 6 à 8 ans ou aux parents qui voudraient les lire à leurs enfants d’âge préscolaire.

De nouvelles parutions pour Joëlle Morissette

Joëlle Morissette, écrivaine originaire de Lévis, a publié son dernier livre, L’horloge enchanteresse, en janvier 2020 et publiera son prochain roman, La poupée hantée, dans l’année à venir.

Le plaisir au menu de DCL cet automne

L’équipe de Diffusion culturelle de Lévis (DCL) a présenté la semaine dernière ses programmations d’automne 2021 sous le thème Le plaisir de se retrouver. L’Anglicane proposera une riche sélection de rendez-vous en chanson, théâtre, humour, musique, danse et bien davantage alors que le Centre d’exposition Louise-Carrier présentera pour la toute première fois la collection d’œuvres d’art de DCL.

Voyageons dans le temps lors des Journées de la culture

Pour sa 25e édition, les Journées de la culture invitent les citoyens et citoyennes à voyager dans le temps. Nouveautés, entretiens, captations en direct ou en différé, une multitude d’activités seront offertes gratuitement les 24, 25 et 26 septembre.

Bellechasse se fera de nouveau belle dans un calendrier

Pour sa trentième édition, le calendrier de Bellechasse fait place à la photographie. Les professionnels ou amateurs de la photo de partout ont jusqu’au 15 octobre prochain pour s’inscrire au concours du calendrier de la Collection Bellechasse qui, comme à l’habitude, mettra en valeur le territoire de la MRC de Bellechasse.