L’ancienne élève du Juvénat Notre-Dame et du Cégep de Lévis a récemment lancé son deuxième album. CRÉDIT : SHOWN MORIN

Le premier confinement aura été synonyme de créativité pour Alicia Deschênes. L’autrice-compositrice-interprète originaire de Saint-Agapit a profité de cette pause dans la société québécoise afin de créer son deuxième album, Les mauvaises langues. Après le lancement de quelques simples au cours des derniers mois, le nouvel opus de l’ancienne élève du Juvénat Notre-Dame de Saint-Romuald et du Cégep de Lévis a finalement été lancé le 26 février dernier.

«J’étais vraiment fébrile que mon album soit finalement lancé puisqu’il est prêt depuis cet été. C’est excitant de faire découvrir de nouvelles chansons. J’avais hâte de voir comment les gens allaient réagir. Jusqu’à maintenant, la réception est bonne. Je suis fière de mon album et aussi fière qu’il plaise à beaucoup de gens», partage d’emblée l’artiste originaire de Saint-Agapit.

Après avoir lancé en 2019 son premier album, Comme June aime Johnny, Alicia Deschênes a été prise «dans le tourbillon» suivant la création de cet opus. Elle a ainsi éprouvé des difficultés à composer de nouvelles chansons en vue de mettre au monde un nouvel album.

C’est alors que la pandémie a frappé le Québec. Si le confinement mis en place afin de freiner la propagation du coronavirus a changé le quotidien de l’autrice-compositrice-interprète originaire de Saint-Agapit, cette pause vécue par toute la société québécoise lui a permis de plancher sur son nouvel album.

«Si je peux tirer un bénéfice du confinement, c’est bien la pause qui a permis de mettre fin au tourbillon que je vivais et de me concentrer sur l’écriture de nouvelles chansons. Avant le confinement, j’avais trois chansons d’écrites. Deux semaines après le début du confinement, j’avais toutes les chansons pour mon nouvel album et après un mois, on avait la direction qu’on voulait prendre pour l’opus. Comme j’étais confinée chez mes parents, j’ai enregistré plein de choses avec mon cellulaire. Il y a certains morceaux de guitare qu’on a gardés puisque cela apportait une touche intéressante aux chansons», explique-t-elle.

Nouveau son

En plus de représenter un projet positif qui a occupé l’artiste originaire de la MRC de Lotbinière pendant le confinement, Les mauvaises langues marque également un changement de son pour Alicia Deschênes. Si le son folk et la guitare acoustique étaient en vedette dans Comme June aime Johnny, c’est plutôt une ambiance pop et électro qui accompagnera les personnes qui écouteront le deuxième album de l’autrice-compositrice-interprète.

«Daran (artiste français avec qui elle collabore depuis 2016) et moi, nous ne nous sommes pas concertés pour changer le son en préparant le nouvel album. En travaillant sur Réveille-moi, le premier simple du nouvel album, Daran a voulu essayer quelque chose et il y a apposé un son plus pop. Je me demandais si je pouvais explorer ces sonorités comme j’avais un son plus folk dans mon premier album, mais j’aimais bien le résultat pour Réveille-moi et nous avons décidé d’y aller all in. D’ailleurs, j’avais très hâte que les gens puissent écouter mon album au complet en raison de ce nouveau son», illustre Alicia Deschênes.

Mais si le son change, le contenu demeure sensiblement le même. Comme dans son premier opus, l’artiste propose des textes sensibles et émouvants, grâce auxquels elle peut notamment aborder la perte d’un être cher, l’essentiel de la vie et le désir de rester fidèle à soi-même.

«Comme depuis mes débuts, c’est sûr que les émotions sont au cœur de mes nouvelles chansons. Autant en ce qui a trait à ma vie personnelle ou la situation provoquée par la pandémie, j’avais le goût que mes nouvelles chansons soient positives et qu’elles symbolisent l’espoir», souligne l’autrice-compositrice-interprète.

Soulignons finalement que Les mauvaises langues est disponible dès maintenant, notamment sur les plateformes de lecture musicale en continu.

Les plus lus

À 19 ans, elle illustre son premier album jeunesse

Jeune illustratrice de Lévis, Alice Lemelin signe les images de son premier album jeunesse écrit par Simon Boulerice. Dans ce Cherche et trouve d’un nouveau genre, publié aux éditions Victor et Anaïs, les enfants s’amuseront à trouver des objets, mais devront aussi identifier les émotions des personnages au fil des pages.

Star Académie : Jacob Roberge poursuivra l'aventure

Le chanteur et musicien lévisien Jacob Roberge aura évité l'élimination, à l'issue du variété de Star Académie présenté le 4 avril. Le jeune artiste de 23 ans a pu conserver sa place dans le concours musical de TVA grâce au support du public.

Collège de Lévis : elle donne une voix à la poésie

Élève de cinquième secondaire au Collège de Lévis, Rosalie Lavoie figure parmi les 42 demi-finalistes du concours de récitation canadien les Voix de la poésie. La jeune femme saura le 25 mars si elle fera partie des neufs candidats qui participeront à la finale organisée en avril.

Son court-métrage en compétition aux États-Unis

Cinéaste et professeur de philosophie au Cégep de Lévis, Alexandre Isabelle présentera son nouveau court-métrage en première au festival Aspen Shortsfest. Les films présentés sont ensuite éligibles aux Oscars.

Un deuxième album pour Alicia Deschênes

Le premier confinement aura été synonyme de créativité pour Alicia Deschênes. L’autrice-compositrice-interprète originaire de Saint-Agapit a profité de cette pause dans la société québécoise afin de créer son deuxième album, Les mauvaises langues. Après le lancement de quelques simples au cours des derniers mois, le nouvel opus de l’ancienne élève du Juvénat Notre-Dame de Saint-Romuald et du Cégep...

Star Académie : Jacob Roberge en danger

Mis en danger à l'issue des évaluations présentées lors de l'émission quotidienne de mardi de Star Académie, l'artiste lévisien Jacob Roberge devra séduire le public ou le corps professoral du concours musical de TVA afin de poursuivre son aventure.

Les salles lévisiennes se préparent à accueillir le public

Le Vieux Bureau de Poste (VBP) reprendra les spectacles en salle dès le 27 mars, tandis que L’Anglicane ouvrira de nouveau ses portes aux spectateurs le 10 avril. La salle annoncera bientôt sa programmation.

Expérience enrichissante pour Matt Moln

Après cinq semaines à l’école musicale la plus prestigieuse du Québec, Mathieu Michaud, alias Matt Moln, a vu son parcours à Star Académie se terminer le 14 mars dernier. Malgré son relatif court passage, l’auteur-compositeur-interprète lévisien ne retire que du positif de son passage dans le concours musical de TVA.

Talents Bleus : la Chaudière-Appalaches s’apprête à participer à la finale

Le duo Waz’O qui représente la Chaudière-Appalaches au concours Talents Bleus diffusé à La semaine des 4 Julie sur les ondes de Noovo prendra part à l’étape finale, le 7 avril prochain. Les circassiens et trapézistes Marie-Christine Fournier, originaire de Lévis, et Louis-David Simoneau tenteront de conquérir une ultime fois le public et mettre la main sur les grands honneurs.

La Maison Fréchette et d’autres diffuseurs se regroupent

Un vent de collaboration souffle sur le milieu culturel et littéraire avec l’émergence d’un nouveau regroupement de diffuseurs spécialisés, le RAPAIL, le Réseau des arts de la parole et des arts et initiatives littéraires, dont fait partie la Maison natale de Louis Fréchette à Lévis.