L’une des membres lors d’un atelier photo offert par le Club photo de Lévis. CRÉDIT : COURTOISIE

Le Club photo de Lévis a su s’adapter lors de la dernière année afin de continuer d’offrir à ses membres passionnés de photographie des conférences et des ateliers sur le sujet.

Actif depuis 2009, le Club photo de Lévis a vécu le départ de plus d’une cinquantaine de membres dans la dernière année en raison de la pandémie de COVID-19. Toutefois, ayant su tirer profit de la situation, l’organisme a réussi à modifier son offre de services pour la garder intéressante auprès de ses passionnés de photographie.

«Ç’a été une activité bonne pour les gens, car on peut faire de la photographie seul et ça permet de s’évader», a soutenu la secrétaire du conseil d’administration, Angèle LeBel.

Les conférences du premier mercredi du mois en présentiel ont été remplacées par une conférence Zoom. Quant à l’atelier du troisième mardi, il se faisait simplement à l’extérieur avec le port du masque.

«La COVID nous a apporté de bonnes choses aussi. Pour les conférences, on pouvait aller chercher des gens d’ailleurs avec des compétences et des expertises différentes», a souligné Mme LeBel.

Évidemment, les expositions en présentiel ont dû être annulées, mais ont été remplacées par une exposition virtuelle sur le site de l’organisme. De plus, le club a créé pour ses membres des capsules sur différents thèmes de la photographie et développé un service de parrainage. Les membres plus expérimentés ou experts dans un domaine peuvent désormais être référés à d’autres membres afin d’offrir leur aide.

«Dans notre club, ce sont autant des professionnels que des amateurs. Ce que l’on veut, c’est partager la passion pour la photo et aussi que tout le monde se développe. Il y a des activités adaptées autant pour les professionnels que pour les amateurs», a ajouté la secrétaire du conseil d’administration.

Les passionnés de photo ont aussi apprécié les nouvelles façons de faire du club photo. Plusieurs ont pris goût aux conférences hivernales en ligne dans le confort de leur salon.

«En janvier et en février, pas besoin de sortir, on reste à la maison et on écoute un bon conférencier. Cette année, on va en offrir une variété (pour les conférences entre le présentiel et le virtuel), mais les ateliers vont rester en présentiel quand même», a-t-elle affirmé.

De plus, pour une première année, le Club photo de Lévis participera au concours Défis interclubs Mongeon-Pépin, de la Société de la promotion de la photographie du Québec (SPPQ) qui rassemble tous les clubs photo du Québec.

Notons que l’organisme offre ses conférences au Centre Paul-Bouillé, à Charny, et est accessible aux personnes de tous âges. La période de recrutement se déroule jusqu‘à la fin octobre. Pour plus d’information, consultez le clubphotolevis.com.

Les plus lus

C’est la fin pour le Festival Jazz etcetera Lévis

Le promoteur du Festival Jazz etcetera Lévis, François Brunet, a récemment annoncé par courriel à ses partenaires que l’événement ne sera plus organisé.

Le groupe lévisien WildCrush vers son premier album

Woke Up Like This et What About This Love sont les deux simples de WildCrush qu’il est possible d’entendre sur les ondes radiophoniques québécoises. Souvent situé au top des palmarès, le groupe lévisien travaille à sortir son premier album éponyme.

Groupe de haïku à Lévis

Photographe haïkiste, Monique Lévesque, a sorti son troisième recueil de haïga, Au gré du fleuve, des textes de type haïku accompagnés de dessins. Résidant maintenant depuis trois ans à Lévis, elle y anime aussi un groupe de haïku depuis 2019.

«J’ai pu écrire le livre que j’aurais aimé lire»

Grande lectrice et employée du magasin Renaud-Bray de Lévis, Jennifer Pelletier a profité de la pandémie pour concrétiser son plus grand rêve : écrire ses premiers romans. Les confinements ont permis à l’autrice lévisienne de créer sa série Dénaturés et Sauvages, dont le deuxième tome a fait son apparition sur les tablettes des librairies le 1er novembre dernier.

Dans l’West : tranformer un projet télé en roman

Le premier livre de l’auteur et comédien Pierre-Luc Fontaine est paru le 17 novembre dernier dans les librairies. Intitulé Dans l’West : ouverture éclair, le roman a été inspiré d’un texte du même auteur qui à la base devait être une télésérie.

Le riche univers de San James au VBP

Avec trois mini-album (EP) à son actif, San James, alias Marilyse Senécal, sera en spectacle au Vieux Bureau de Poste (VBP) de Saint-Romuald le 6 novembre prochain. Sous ses airs pop, elle y présentera ses pièces anglophones et francophones, en plus d’offrir au public des nouveautés sur lesquelles elle travaille.

Une première œuvre personnelle pour Camila Woodman

C’est le 6 novembre dernier que Camila Woodman a officiellement lancé son premier album en carrière. Avec Don’t Lose Your Shine, l’autrice-compositrice-interprète lévisienne propose une œuvre intimiste sous des airs R&B.

Un soupçon d’Andalousie à L’Anglicane

Le 6 novembre prochain, Otra Orilla présentera son spectacle Rite à L’Anglicane de Lévis. L’événement présentera l’essence du flamenco dans une ambiance intime mélangeant le corps, la voix, la guitare et les percussions des quatre artistes de la formation.

Le père Noël arrêtera son traîneau à L’Anglicane

La magie des Fêtes s’empare peu à peu du quotidien et Nicolas Noël a déjà commencé à rencontrer les enfants. Le 14 novembre, plus exactement, Père Nicolas sera à L’Anglicane de Lévis pour rencontrer petits et grands et raconter Les livres des enfants du monde.

Un support lévisien pour un projet international

Raynald Grenier, auteur-compositeur de Beauport, en est à son cinquième album, alors qu’il a déjà sorti des trames sonores de comédie musicale, d’opéra et de film. Beth & Noa, sa dernière parution, est un ballet qu’il souhaite faire connaître aux États-Unis ainsi qu’en Europe. Pour se faire, il a usé du savoir-faire de Lévisiens.