Grâce à leur travail, les tricoteuses bénévoles ont produit plusieurs centaines de nichons tricotés. CRÉDIT : ÉRICK DESCHÊNES

Depuis septembre, le Centre Femmes l’Ancrage peut une nouvelle fois faire une différence pour les femmes de la Chaudière-Appalaches. Chaque mercredi matin, toutes les deux semaines, un groupe d’une dizaine de tricoteuses bénévoles se réunit pour produire des «nichons tricotés», des prothèses en coton pour les femmes ayant subi une mastectomie, que l’organisme lévisien donne ensuite à des femmes touchées par le cancer du sein.

C’est après avoir écouté un reportage sur le projet de nichons tricotés de Com’femme, un centre de femmes de Brossard, que Lise Aubin, coordonnatrice du Centre Femmes l’Ancrage, a décidé de lancer le projet. Si la création de prothèses en coton pour remplacer un sein enlevé chirurgicalement est populaire aux États-Unis, l’initiative n’en est qu’à ses balbutiements dans la Belle Province. Concrètement, la prothèse en coton peut être placée dans la brassière pour pallier l’absence du sein.

Au printemps dernier, Lise Aubin a donc rejoint l’équipe de Com’femme pour en savoir plus et s’assurer que cet organisme pouvait les encadrer. Comme des normes strictes doivent être respectées puisque la prothèse se retrouve notamment sur la peau des femmes qui en ont besoin, un organisme reconnu doit chapeauter chaque projet de nichons tricotés.

À la grande joie de Mme Aubin, Com’femme a accepté d’offrir ce support. Une membre de l’organisme de Brossard est donc venue au Centre Femmes l’Ancrage pour expliquer aux bénévoles comment il fallait tricoter pour produire une prothèse qui respecte les normes.

Par exemple, chaque nichon tricoté est conçu pour permettre à son utilisatrice d’ajouter ou retirer de la mousse de rembourrage pour améliorer son confort avant qu’elle ne referme la prothèse. Également, l’organisme lévisien a acheté les matières uniquement autorisées pour les nichons tricotés, du fil en pur coton et de la bourrure hypoallergène. C’est notamment grâce à une aide financière de plus de 1 000 $ de la Corporation d’aide financière aux organismes de Lévis (CAFOL) que le projet a pu être lancé.

Répondre à un besoin

En à peine quelques mois d’existence, le projet est un succès sur toute la ligne. Près de 150 nichons tricotés, allant du bonnet de taille A au bonnet de taille E, ont été gratuitement donnés à des femmes de partout en Chaudière-Appalaches. De plus, l’organisme lévisien dispose d’environ 200 prothèses en coton dans ses réserves.

«Ça répond vraiment à un besoin et on sent qu’on peut faire une différence pour plusieurs femmes qui ont été touchées par le cancer du sein. Malheureusement, le cancer du sein n’est pas en diminution et il y aura toujours un intérêt pour les prothèses en coton. C’est pour cela que nous voulons faire connaître notre projet à l’ensemble de la population», a partagé Lise Aubin.

En plus, selon les tricoteuses bénévoles, la prothèse en coton dispose de plusieurs avantages que n’a pas l’autre solution offerte aux femmes qui ont subi une mastectomie, la prothèse en silicone.

«Le silicone est plus pesant. Donc, ça peut notamment provoquer des maux de dos. Aussi, le nichon tricoté est plus doux, ce qui permet un contact plus chaleureux entre une mère et son enfant, par exemple. La prothèse en coton est également moins chaude que celle en silicone. Enfin, le gouvernement ne paie qu’une prothèse en silicone tandis que nous donnons gratuitement chaque prothèse en coton demandée par les femmes», ont expliqué certaines bénévoles.

Pour et par les femmes

D’ailleurs, en raison des nombreuses retombées positives du projet, les tricoteuses bénévoles retirent une grande fierté de concevoir toutes les deux semaines des nichons tricotés.

«C’est vraiment une expérience stimulante. Ces femmes ont vraiment besoin de ces prothèses. Ainsi, il n’y a pas de découragement, parce que nous savons toutes pourquoi nous tricotons. En plus, ça nous permet de nous voir toutes les deux semaines, ce sont de belles rencontres. Nous ne nous ennuyons pas lorsque nous tricotons des prothèses», ont souligné plusieurs participantes.

Les femmes qui aimeraient recevoir gratuitement un nichon tricoté peuvent joindre l’équipe du Centre Femmes l’Ancrage au 418 838-3733 ou à centre_femmes_ancrage@bellnet.ca. Notons finalement que les personnes qui désireraient effectuer des dons monétaires pour permettre spécifiquement à ce projet de perdurer dans la région peuvent aussi le faire grâce à ces coordonnées.

Les plus lus

À L’ADOberge, les jeunes trouvent répit et soutien

Quand cette période qu’est l’adolescence devient trop difficile à traverser seul, il existe une maison à Lévis où les jeunes peuvent s’équiper des bons outils pour se construire. Aryane, qui entame sa cinquième semaine à L’ADOberge, a trouvé dans cette famille de passage une nouvelle confiance en elle.

Une solution pour faciliter l’accès à un logement subventionné

Depuis peu, l’Office municipal d’habitation (OMH) de Lévis peut compter sur un nouvel outil afin de faciliter l’inscription des personnes qui désirent obtenir un logement subventionné (place dans une HLM). Pour ce faire, l’organisme paramunicipal offre désormais la possibilité à ces dernières de remplir un formulaire simplifié en ligne.

Le Marché populaire mobile reprend ses tournées

Le Marché populaire mobile reviendra à partir du 29 juin, sur le territoire de Lévis. Comme chaque année, le camion plein de fruits et légumes frais locaux vendus à des prix modiques sillonnera la ville.

Des jeunes construisent des potagers urbains

Grâce à l’initiative «Jardinons à l’unisson», des Lévisiens pourront cultiver leurs légumes cet été dans un bac à jardin construit par de jeunes bénévoles. Les potagers seront remis gratuitement et les apprentis cultivateurs pourront même bénéficier de conseils et d’un suivi.

Vigie en mémoire des sœurs Carpentier

Une vigie en mémoire de Norah et Romy Carpentier a été organisée le 11 juillet, en soirée, par des membres du groupe scout 128e de Charny et des amis de la famille.

Une marche virtuelle pour vaincre la SLA

La sclérose latérale amyotrophique (SLA) ou maladie de Lou Gehrig est cette maladie dégénérative qui s’attaque aux neurones et à la moelle épinière, ce qui entraîne progressivement une paralysie du corps. Cette année, la Marche pour vaincre la SLA se transformera en marche virtuelle, la collecte de dons se terminera le 21 juin prochain.

Le milieu communautaire déplore des lourdeurs bureaucratiques

La Coalition des Tables régionales d’organismes communautaires (CTROC), qui représente 3 000 organismes communautaires oeuvrant en santé et services sociaux et dont fait partie la Table régionale des organismes communautaire de Chaudière-Appalaches (TROCA), a déploré, le 10 juin, que les organismes font face à un alourdissement bureaucratique alors qu’ils sont fortement sollicités dans le contexte...

Des raccrocheurs ont poursuivi leurs efforts

Malgré la crise de la COVID-19, des élèves de l’École du milieu de Lévis ont pu poursuivre leur parcours à distance grâce à la technologie.

Un chèque de 4 000 $ pour le Grenier

Trois samedis de suite, les 16, 23 et 30 mai derniers, plusieurs magasins d’alimentation du territoire se sont mobilisés pour ramasser les canettes et bouteilles consignées à l’aréna de Lauzon au profit du Comptoir alimentaire le Grenier.

Des épiceries aident le Grenier

Trois samedis de suite, les 16, 23 et 30 mai derniers, plusieurs magasins d’alimentation du territoire se sont mobilisés pour ramasser les canettes et bouteilles consignées au profit du Comptoir alimentaire le Grenier.