Grâce à leur travail, les tricoteuses bénévoles ont produit plusieurs centaines de nichons tricotés. CRÉDIT : ÉRICK DESCHÊNES

Depuis septembre, le Centre Femmes l’Ancrage peut une nouvelle fois faire une différence pour les femmes de la Chaudière-Appalaches. Chaque mercredi matin, toutes les deux semaines, un groupe d’une dizaine de tricoteuses bénévoles se réunit pour produire des «nichons tricotés», des prothèses en coton pour les femmes ayant subi une mastectomie, que l’organisme lévisien donne ensuite à des femmes touchées par le cancer du sein.

C’est après avoir écouté un reportage sur le projet de nichons tricotés de Com’femme, un centre de femmes de Brossard, que Lise Aubin, coordonnatrice du Centre Femmes l’Ancrage, a décidé de lancer le projet. Si la création de prothèses en coton pour remplacer un sein enlevé chirurgicalement est populaire aux États-Unis, l’initiative n’en est qu’à ses balbutiements dans la Belle Province. Concrètement, la prothèse en coton peut être placée dans la brassière pour pallier l’absence du sein.

Au printemps dernier, Lise Aubin a donc rejoint l’équipe de Com’femme pour en savoir plus et s’assurer que cet organisme pouvait les encadrer. Comme des normes strictes doivent être respectées puisque la prothèse se retrouve notamment sur la peau des femmes qui en ont besoin, un organisme reconnu doit chapeauter chaque projet de nichons tricotés.

À la grande joie de Mme Aubin, Com’femme a accepté d’offrir ce support. Une membre de l’organisme de Brossard est donc venue au Centre Femmes l’Ancrage pour expliquer aux bénévoles comment il fallait tricoter pour produire une prothèse qui respecte les normes.

Par exemple, chaque nichon tricoté est conçu pour permettre à son utilisatrice d’ajouter ou retirer de la mousse de rembourrage pour améliorer son confort avant qu’elle ne referme la prothèse. Également, l’organisme lévisien a acheté les matières uniquement autorisées pour les nichons tricotés, du fil en pur coton et de la bourrure hypoallergène. C’est notamment grâce à une aide financière de plus de 1 000 $ de la Corporation d’aide financière aux organismes de Lévis (CAFOL) que le projet a pu être lancé.

Répondre à un besoin

En à peine quelques mois d’existence, le projet est un succès sur toute la ligne. Près de 150 nichons tricotés, allant du bonnet de taille A au bonnet de taille E, ont été gratuitement donnés à des femmes de partout en Chaudière-Appalaches. De plus, l’organisme lévisien dispose d’environ 200 prothèses en coton dans ses réserves.

«Ça répond vraiment à un besoin et on sent qu’on peut faire une différence pour plusieurs femmes qui ont été touchées par le cancer du sein. Malheureusement, le cancer du sein n’est pas en diminution et il y aura toujours un intérêt pour les prothèses en coton. C’est pour cela que nous voulons faire connaître notre projet à l’ensemble de la population», a partagé Lise Aubin.

En plus, selon les tricoteuses bénévoles, la prothèse en coton dispose de plusieurs avantages que n’a pas l’autre solution offerte aux femmes qui ont subi une mastectomie, la prothèse en silicone.

«Le silicone est plus pesant. Donc, ça peut notamment provoquer des maux de dos. Aussi, le nichon tricoté est plus doux, ce qui permet un contact plus chaleureux entre une mère et son enfant, par exemple. La prothèse en coton est également moins chaude que celle en silicone. Enfin, le gouvernement ne paie qu’une prothèse en silicone tandis que nous donnons gratuitement chaque prothèse en coton demandée par les femmes», ont expliqué certaines bénévoles.

Pour et par les femmes

D’ailleurs, en raison des nombreuses retombées positives du projet, les tricoteuses bénévoles retirent une grande fierté de concevoir toutes les deux semaines des nichons tricotés.

«C’est vraiment une expérience stimulante. Ces femmes ont vraiment besoin de ces prothèses. Ainsi, il n’y a pas de découragement, parce que nous savons toutes pourquoi nous tricotons. En plus, ça nous permet de nous voir toutes les deux semaines, ce sont de belles rencontres. Nous ne nous ennuyons pas lorsque nous tricotons des prothèses», ont souligné plusieurs participantes.

Les femmes qui aimeraient recevoir gratuitement un nichon tricoté peuvent joindre l’équipe du Centre Femmes l’Ancrage au 418 838-3733 ou à centre_femmes_ancrage@bellnet.ca. Notons finalement que les personnes qui désireraient effectuer des dons monétaires pour permettre spécifiquement à ce projet de perdurer dans la région peuvent aussi le faire grâce à ces coordonnées.

Les plus lus

Des tricots qui font une différence

Depuis septembre, le Centre Femmes l’Ancrage peut une nouvelle fois faire une différence pour les femmes de la Chaudière-Appalaches. Chaque mercredi matin, toutes les deux semaines, un groupe d’une dizaine de tricoteuses bénévoles se réunit pour produire des «nichons tricotés», des prothèses en coton pour les femmes ayant subi une mastectomie, que l’organisme lévisien donne ensuite à des femmes to...

COVID-19 : le milieu communautaire se réorganise

En raison de la crise du coronavirus, les organismes communautaires du territoire ont modifié et réduit leurs services. Plusieurs ont pris des mesures exceptionnelles afin de continuer d’aider les plus démunis sans mettre en danger la santé de leurs employés, leurs bénévoles et des bénéficiaires. Un appel a été lancé aux bénévoles qui peuvent s’inscrire au 211.

Urgent besoin de bénévoles

Par voie de communiqué, la ligne téléphonique 211 et les organismes communautaires de la région ont lancé, le 18 mars, un appel à tous afin de trouver des bénévoles supplémentaires afin de palier une pénurie provoquée par les restrictions gouvernementales afin de freiner la COVID-19.

L'OMH met en place des mesures pour éviter le coronavirus

Tout comme d'autres organisations à travers la province, l'Office municipal d'habitation (OMH) de Lévis a adopté une série de mesures depuis le début de la crise pour éviter que la COVID-19 fasse son apparition dans ses immeubles.

Une famille endeuillée fait un don de 2 000 $ au Tremplin

Le Tremplin, centre pour personnes immigrantes et leur famille, a reçu un don de 2 000 $ remis par la famille de Paul Bureau, en mémoire de celui qui a été pour ses proches un fils, un frère ainsi qu’un conjoint, et de son action en faveur de l’immigration.

Le défi Je nage pour la vie de retour à Charny

Pour une cinquième année, les nageurs se mouilleront pour l’événement qui vise à rappeler à chacun qu’il est important de demander de l’aide dans les moments difficiles. Je nage pour la vie se déroulera le 4 avril, à 18h (accueil à 17h), à l’Aquaréna de Charny.

Un voyage au cœur de la nation huronne-wendat

Pour la quatrième édition de sa soirée de financement Voyage au goût du monde, la Maison natale de Louis-Fréchette (MNLF) proposera une excursion chez la nation huronne-wendat, le 6 mai prochain à L’Anglicane. Cette année, Louise Gingras, directrice générale du Groupe Autobus Auger, assurera la présidence d’honneur.

Succès pour Chante-nous donc ta chanson

Tenu le 21 février en soirée sur le parvis de l’église Notre-Dame, le grand karaoké à l’extérieur du 12e Groupe Scout Déziel, Chante-nous donc ta chanson, a été une réussite sur toute la ligne.

Une délégation à la Marche mondiale des femmes

Résistons pour vivre, marchons pour transformer, c’est sous ce thème que le comité régional pour la Marche mondiale des femmes de Chaudière-Appalaches s’est créé. Au cours des prochains mois, le groupe participera activement à ce mouvement mondial qui culminera le 17 octobre prochain à Terrebonne pour les groupes du Québec.

Le Défi Ski du CPSL est une réussite

C’est le 22 février qu’avait lieu la plus récente édition du Défi Ski du Centre de pédiatrie sociale de Lévis (CPSL). Tenu sous la présidence d’honneur de Janet Jones, conseillère municipale à la Ville de Lévis, l’événement a permis de récolter 8 700 $ pour l’organisme lévisien.