MM. Voyer, Khuon, Lehouillier et Diarra ont pu présenter leur vision sur quatre enjeux à des étudiants du Cégep de Lévis. CRÉDIT : GILLES BOUTIN

À l’invitation du département de sciences humaines du Cégep de Lévis, quatre candidats à la mairie de Lévis, Gilles Lehouillier (maire sortant et chef de Lévis Force 10), Elhadji Mamadou Diarra (chef de Repensons Lévis), Chamroeun Khuon (indépendant) et André Voyer (indépendant), ont pu dévoiler leur vision sur différents enjeux à des étudiants de l’institution, le 19 octobre dernier.

Animée par Blaise Giguère-de Carufel, enseignant en science politique au Cégep de Lévis, la rencontre a permis d’aborder quatre enjeux avec les candidats à la mairie, les services municipaux, le transport, les finances municipales et la participation citoyenne, ainsi que la pauvreté et l’interdiction des pesticides grâce à des questions du public.

Les deux premiers thèmes et les questions ont plutôt permis à MM. Lehouillier, Diarra, Khuon et Voyer de présenter leurs promesses quant aux services à offrir aux citoyens ainsi que pour améliorer l’offre de transport en commun à Lévis. Cependant, les finances et la participation citoyenne ont permis aux trois adversaires du maire sortant de critiquer son travail et plaider pour un changement d’administration, tandis que Gilles Lehouillier a défendu son bilan et demandé un nouveau mandat pour poursuivre son travail.

Lors de la partie consacrée aux finances, le chef de Repensons Lévis a estimé que l’administration sortante avait manqué de rigueur quant à la gestion de la dette de la Ville de Lévis. «J’œuvre dans le domaine financier et pour moi, une gestion financière saine et rigoureuse est capitale. Le taux d’endettement de la Ville par rapport à ses revenus générés est de 144 %. C’est totalement inacceptable», a lancé M. Diarra.

Pour sa part, le maire sortant soutient cependant que Lévis Force 10 a bien géré les finances de la municipalité et qu’il s’attelle depuis plusieurs années à réduire la dette, notamment en payant davantage comptant ses investissements.

«Depuis plusieurs années, Lévis connaît une croissance économique soutenue. Nous profitons de ces nouveaux revenus pour développer la qualité de vie de nos concitoyens. […] Pour la dette, soyez rassuré. Si la dette de Lévis était une maison, c’est comme si nous avions une hypothèque de 120 000 $ sur une maison qui en vaut 290 000 $. De plus, Lévis a le plus faible ratio de la dette sur la richesse foncière uniformisée des 10 plus grandes villes du Québec. Mais il faut aussi contrôler la dette et nous y travaillons», a répliqué M. Lehouillier.

Tirs groupés

Quant à la partie de la rencontre consacrée à la partie citoyenne, André Voyer, Chamroeun Khuon et Elhadj Mamadou Diarra ont chacun critiqué l’administration sortante à ce chapitre. Alors que M. Khuon a plaidé pour une vulgarisation des décisions du conseil municipal, M. Diarra a promis de créer des comités consultatifs jeunesse et pour les aînés afin de recueillir les avis de ces groupes s’il obtient le pouvoir le 7 novembre prochain.

«Nous vivons dans un monde où nous sommes dirigés par des gouvernements illégitimes. Lors de la dernière élection municipale, environ 70 000 électeurs n’ont pas voté. Je veux donc restaurer la démocratie», a quant à lui renchéri M. Voyer, en présentant une nouvelle fois son projet de démocratie municipale directe.

Gilles Lehouillier a par contre balayé ses critiques, martelant que son administration avait fait de la transparence l’une de ses valeurs cardinales.

«À Lévis, nous disposons d’une force de frappe grâce aux organismes reconnus et des processus de consultation en place pour tâter le pouls des milieux communautaire, culturel et sportif. De plus, la Ville reconnaîtra des organismes environnementaux au cours du prochain mandat. On a aussi mis en place Une journée dans la vie d’un citoyen, une initiative par laquelle nous discutons notamment des préoccupations des citoyens lors des réunions du comité exécutif. C’est très important pour nous d’être près des citoyens. 95 % des Lévisiens sont satisfaits des services de la Ville, ce n’est pas rien et je crois que c’est un symbole de notre réussite à ce niveau», a affirmé le maire sortant.

Soulignons finalement que Maryse Labranche, une candidate indépendante à la mairie, n’était pas présente à la rencontre organisée par le Cégep en raison de ses obligations professionnelles.

Les plus lus

Les élections municipales minute par minute

C'est aujourd'hui que les Québécois sont appelés aux urnes afin de choisir leurs élus municipaux. Comme à son habitude, le Journal de Lévis vous propose une couverture de cette journée décisive minute par minute afin que vous puissiez connaître les derniers développements de la fin de la campagne à Lévis ainsi qu'à Saint-Anselme et Saint-Michel-de-Bellechasse.

Un troisième mandat consécutif pour Gilles Lehouillier

Comme en 2013 et en 2017, les Lévisiens ont fait confiance à Gilles Lehouillier afin qu’il dirige les destinées de la Ville de Lévis. Ses concitoyens lui ont confié un troisième mandat consécutif à titre de maire de Lévis avec une large majorité, à l’issue des élections municipales le 7 novembre.

Transport en commun : LF10 promet de rendre permanente la tarification sociale

Par voie de communiqué, Lévis Force 10 et sa candidate dans le district Bienville, la conseillère municipale sortante Amélie Landry, ont dévoilé les engagements de la formation politique au niveau communautaire. Si le parti obtient de nouveau le pouvoir le 7 novembre prochain, il s'engage notamment à rendre permanente la tarification sociale à la Société de transport de Lévis (STLévis).

LF10 dépose son cadre financier

Lors de sa dernière conférence de presse avant le jour du scrutin dimanche, le maire sortant de Lévis et chef de Lévis Force 10 (LF10), Gilles Lehouillier, et son équipe de candidats aux postes de conseillers ont déposé, le 5 novembre, le cadre financier de leur plateforme électorale. Comme avec ses engagements électoraux, la formation politique entend miser sur la continuité si elle obtient de no...

Repensons Lévis fier de ses engagements et de sa campagne

Le chef de Repensons Lévis (RL) et candidat à la mairie de Lévis, Elhadji Mamadou Diarra, accompagné de plusieurs candidats de son parti au poste de conseiller municipal, a fait le bilan de sa campagne électorale et a tenu à inviter les citoyens à sortir voter le 7 novembre prochain.

Saint-David : Cantin s'en prend à ses adversaires

Par voie de communiqué, le candidat indépendant au poste de conseiller dans le district Saint-David, David Cantin, a critiqué, le 1er novembre, les positions défendues par ses adversaires, Serge Côté (Lévis Force 10) et Sylvain Gagnon (Repensons Lévis), en ce qui a trait à leurs promesses sur les infrastructures récréatives et le prolongement du boulevard Étienne-Dallaire vers l'ouest.

Changement et continuité dans le Grand Lévis

Le 7 novembre, les électeurs de Saint-Anselme et de Saint-Michel-de-Bellechasse ont également été appelés aux urnes afin de déterminer plusieurs membres des prochains conseils municipaux de ces municipalités bellechassoises.

Repensons Lévis veut améliorer les infrastructures récréatives existantes

Par voie de communiqué, le chef de Repensons Lévis (RL) et candidat à la mairie de ce parti, Elhadji Mamadou Diarra, a dévoilé, le 1er novembre, les engagements de sa formation politique en ce qui a trait aux infrastructures récréatives. M. Diarra a notamment partagé son souhait de «rattraper le retard causé par l’immobilisme de l’administration sortante» par rapport aux infrastructures sportives ...

Dépôt du cadre financier de LF10 : RL critique le «manque de rigueur» du maire

Quelques minutes après la fin de la conférence de presse de Lévis Force 10 (LF10) où ce parti a dévoilé son cadre financier, Repensons Lévis (RL) a vivement réagi à l'exercice de son adversaire. Selon le candidat à la mairie et chef de RL, Elhadji Mamadou Diarra, la présentation d'un cadre financier à deux jours du jour du scrutin démontre notamment le «manque de rigueur» du maire sortant et chef ...

David Cantin se défend d'être absent

À la suite de plusieurs critiques lancées par des citoyens portant sur son absence du terrain lors de la campagne électorale, le candidat indépendant au poste de conseiller du district Saint-David, David Cantin, a tenu à s'expliquer, le 3 novembre.