CRÉDIT : CAPTURE D'ÉCRAN

Organisée par le Filon, la Coop FA, le Collectif Virage, le Conseil régional de l’environnement Chaudière-Appalaches, la Corporation de développement communautaire de Lévis, Écolivres, la Ressourcerie de Lévis et la Société Via, les candidats à la mairie de Lévis ont participé à une discussion virtuelle où chacun a présenté ses engagements quant à l’environnement. Sous quatre thématiques, dont la mobilité durable et l’urbanisme, la gouvernance verte, la conservation des milieux naturels et humides ainsi que les quartiers animés, nourriciers, verts et durables, Chamroeun Khuon (indépendant), André Voyer (indépendant), Maryse Labranche (indépendante), Elhadji Mamadou Diarra (Repensons Lévis) et Guy Dumoulin (en remplacement de Gilles Lehouillier, Lévis Force 10) ont discuté de leur vision écologique s’ils venaient qu’à être élus à la tête de la municipalité, le 28 octobre.

Lors de la discussion à propos de la mobilité durable et de l’urbanisme, M. Khuon a réitéré son opposition au projet actuel de troisième lien interrives et a proposé une idée différente qui relierait Québec et Lévis. «Je propose de lancer un concours architectural pour penser à une passerelle de transport en commun pour favoriser la marche, le vélo et un transport en commun léger qui pourrait rejoindre les terrasses Dufferin et de Lévis», a-t-il soulevé.

De son côté, le chef de Repensons Lévis (RL) a indiqué qu’il souhaite faire une plus grande place pour le transport actif et bonifier l’offre de transport en commun sur le territoire. M. Voyer a quant à lui souligné son intention de restreindre les publicités concernant la vente d’automobiles tandis que Mme Labranche a proposé d’élaborer un train qui relierait les quartiers de la ville à d’autres municipalités comme celle de Québec ou certaines de la région de la Beauce.

Ajoutons que M. Dumoulin a rappelé les engagements de son parti, qui appuie le projet du Réseau express de la Capitale, en indiquant son intention de doubler les stationnements incitatifs sur le territoire et de construire une piste multifonctionnelle le long du boulevard Guillaume-Couture.

Une gouvernance verte

La deuxième thématique abordée lors de la soirée a été celle de la gouvernance verte. «Nous proposons de développer des emplois à valeur ajoutée entre autres dans le domaine de l’intelligence artificielle, de la robotique et de la construction navale. Pour ce faire, Lévis Force 10 (LF10) favorise la mixité des usages dans les parcs industriels de la ville. Nous avons plusieurs exemples à ce sujet, entre autres, la construction d’un campus d’entreprise en intelligence artificielle dans le parc industriel de Bernières qui est adossé à une zone agricole et qui récupérera la chaleur produite par ses processeurs pour chauffer un système de serres», a exposé le représentant de LF10.

Pour sa part, M. Diarra a partagé son projet de faire de Lévis «une plaque tournante» de l’économie circulaire en travaillant avec la population et en prônant un modèle coopératif. M. Khuon a notamment soulevé la possibilité de rendre plus écologique la construction de la nouvelle cour municipale et du poste de police en la bonifiant d’initiatives vertes.

L’enjeu des milieux humides

Les candidats ont ensuite exposé leurs idées quant à la conservation des milieux naturels et humides. André Voyer en a profité pour critiquer le maire sortant, Gilles Lehouillier. Selon lui, M. Lehouillier protègerait les intérêts des entrepreneurs plutôt que de défendre la conservation des milieux humides. «Lorsqu’un maire d’une ville dit sur la place publique qu’il veut créer un marché des terres humides, il y a vraiment un problème. Il faut protéger les milieux humides envers et contre tout, c’est l’eau de nos enfants qu’on empoisonne, en ne considérant pas l’affaire», a-t-il argué.

Si Maryse Labranche venait qu’à être élue par ses concitoyens le 7 novembre prochain, elle créerait un nouveau département à la Ville de Lévis qu’elle appellerait Le Jardinier. «Le Jardinier aurait oui, à préserver les milieux naturels, mais à développer également les parcs et s’assurer de la bonne santé des arbres et de notre faune urbaine. Ce département pourrait faire pousser des arbres fruitiers pour que tous les citoyens puissent cueillir ces fruits comme bon leur semble. Le Jardinier pourrait informer et former les citoyens qui souhaitent avoir un jardin chez eux et créer à l’intérieur des bâtiments municipaux de petites serres pour produire fruits et légumes», a proposé la candidate à la mairie.

Quant à M. Khuon, il a souligné qu’il souhaitait que les citoyens soient mieux informés à ce propos et qu’au cours d’un mandat de quatre ans, il ferait planter 450 000 arbres sur le territoire. M. Dumoulin a soutenu que la conservation des milieux naturels et humides se fait en collaboration avec les autres MRC de la région et que LF10 souhaite poursuivre sur sa lancée et développer des corridors écologiques. M. Diarra a rappelé que son parti s’est engagé à aménager un parc qui permettrait la conservation de milieux humides entre le boulevard Étienne-Dallaire et le chemin des Îles.

Revitaliser les quartiers de la ville

La dernière thématique abordée lors de cette activité a été celle des quartiers animés, nourriciers, verts et durables.

Pour RL, la redynamisation des quartiers sera essentielle si son chef venait qu’à être élu. «On veut revitaliser les vieux quartiers de la ville en donnant un réel pouvoir à l’organisme Mon quartier de Lévis qui a pris la relève des organismes des vieux quartiers. On veut donner plus de pouvoir pour qu’il puisse revitaliser les quartiers, les animer et créer des milieux artistiques et musicaux pour redynamiser nos quartiers», a affirmé M. Diarra juste avant de déplorer l’absence du maire sortant à l’événement.

Mme Labranche a indiqué son souhait de rapprocher les agriculteurs et les consommateurs via un marché public tandis que Guy Dumoulin a mentionné que LF10 souhaite mettre en place une clause verte à toutes les décisions de l’administration municipale. M. Voyer a partagé son désir de mettre en place une «démocratie réelle» où tous les quartiers de la ville auraient leur mot à dire. Finalement, Chamroeun Khuon voudrait impliquer tous les acteurs et les différents fronts lévisiens sur cet aspect pour faire front commun et aller de l’avant de façon responsable et durable.

Les plus lus