CRÉDIT : GILLES BOUTIN - ARCHIVES

Par voie de communiqué, Lévis Force 10 et sa candidate dans le district Bienville, la conseillère municipale sortante Amélie Landry, ont dévoilé les engagements de la formation politique au niveau communautaire. Si le parti obtient de nouveau le pouvoir le 7 novembre prochain, il s'engage notamment à rendre permanente la tarification sociale à la Société de transport de Lévis (STLévis).

Concrètement, LF10 mettra en place un nouveau programme Accès-transport Lévis. L'initiative offrira une tarification sociale permanente pour le service de transport en commun aux personnes en situation de vulnérabilité.

La mise en place de ce nouveau programme serait la suite logique du projet pilote tenu jusqu'en mars 2021, lors duquel l'administration sortante a distribué près de 60 000 passages gratuits ou à faible coût de transport en commun à des Lévisiens en situation de vulnérabilité.

Au niveau du logement social, le parti du maire sortant, Gilles Lehouillier, désire construire 1 000 nouveaux logements sociaux en collaboration avec la Société d’habitation du Québec et inclure un crédit de taxes dans la contribution municipale pour favoriser la création de nouveaux logements sociaux.

Également, l'équipe Lehouillier veut acquérir, rénover ou la réaffecter des immeubles locatifs en particulier dans les secteurs traditionnels, comme dans le projet pilote en cours portant sur six propriétés de la rue Saint-Joseph à Lauzon. De plus, LF10 souhaite inclure des logements abordables dans les projets domiciliaires privés de grande envergure, augmenter le nombre d’unités de logements abordables dans le cadre du programme de supplément au loyer de la Société d’habitation du Québec ainsi que rénover et accréditer des maisons de chambres.

L'administration espère aussi réobtenir la confiance des Lévisiens pour «développer des quartiers à échelle humaine». Pour y parvenir, LF10 s'engage à créer des nouveaux jardins communautaires et miser sur une nouvelle approche «d'animation des quartiers visant à améliorer la qualité de vie».

D'ailleurs, LF10 veut poursuivre les séries d'activités Cet été, je parcours Lévis, Cet hiver, je parcours Lévis et Cet hiver, j'illumine Lévis, développer deux nouveaux parcs canins dans les arrondissements Desjardins et de Chutes-de-la-Chaudière-Ouest et poursuivre la mise en oeuvre des programmes particuliers d'urbanisme (PPU) dans les secteurs traditionnels.

«Cette volonté de l’équipe Lehouillier dans la mise en œuvre de sa politique de développement social et communautaire véhicule des valeurs d’entraide, de solidarité et de mobilisation. Ces valeurs nous ramènent à notre mission première envers nos concitoyennes et nos concitoyens : se nourrir, se loger, se déplacer et s’épanouir», a souligné la candidate de LF10 dans le district Bienville, Amélie Landry.

RL constate une «certaine panique»

Rapidement, le parti s'opposant à LF10 lors des présentes élections municipales dans la ville, Repensons Lévis (RL), a réagi à ces annonces de ses adversaires. Le chef de ce parti et son candidat à la mairie, Elhadji Mamadou Diarra, a argué que cette annonce était le symbole d'une «certaine panique qui semble émerger des troupes du maire sortant en cette fin de campagne» comme RL a promis des changements à ce chapitre.

De plus, Elhadji Mamadou Diarra soutient que M. Lehouillier a «manqué de sensibilité» face aux enjeux communautaires et sociaux pendant son mandat.

«Les enjeux concernant l’accessibilité au transport en commun, les logements sociaux et l'embellissement de la vie de quartier ne sont pas nouveaux. Cela fait huit ans que le maire sortant aurait pu agir davantage pour prendre soin des gens les plus vulnérables de notre communauté et bâtir des quartiers à échelle humaine. Cinq consultations publiques ont été réalisées par notre parti et après plus de 30 000 portes cognées par notre équipe, les citoyens sont unanimes : on doit rattraper le retard et changer d’administration», a martelé M. Diarra.

Selon le chef et candidat à la mairie de RL, l'absence du maire sortant au débat présenté par des organismes communautaires lévisiens la semaine dernière est aussi l'une des preuves de ce «manque de sensibilité».

«Quand des OBNL oeuvrant sur le territoire de la ville tels que Le Filon, le Collectif Virage, la Coop FA, le Conseil régional de l’environnement Chaudière-Appalaches, la Corporation de développement communautaire de Lévis, Écolivres, la Ressourcerie de Lévis et la Société VIA organisent un débat et le maire sortant s’absente, il envoie le message que ça ne l’intéresse pas, l’environnement et les enjeux sociaux. Je critique cette absence et souligne le travail incroyable des organismes communautaires essentiels à l’épanouissement de nos milieux de vie», a conclu Elhadji Mamadou Diarra.

Les plus lus