CRÉDIT : ARCHIVES

Le chef de Repensons Lévis (RL) et candidat à la mairie de Lévis, Elhadji Mamadou Diarra, accompagné de plusieurs candidats de son parti au poste de conseiller municipal, a fait le bilan de sa campagne électorale et a tenu à inviter les citoyens à sortir voter le 7 novembre prochain.

«C’est la campagne à laquelle nous avions rêvé et c’est la campagne qu’aucun de nos adversaires ne s’attendait. J’en suis extrêmement fier», a lancé M. Diarra. Le chef du parti municipal lévisien a rappelé la jeune histoire de son parti politique et les engagements que RL s’est engagé à mettre en place s’il venait qu’à être choisi par les Lévisiens le 7 novembre.

«Nous sommes plus qu’un parti politique, nous sommes un véritable mouvement citoyen qui reconnaît les forces passées des femmes et des hommes politiques qui ont forgé notre communauté, qui se réjouit de ce qui fonctionne bien, mais qui fonce afin d’innover et tenter de faire mieux», a soutenu le candidat à la mairie.

Elhadji Mamadou Diarra est revenu sur les principes fondamentaux de son parti, c’est-à-dire «de faire ce qui est juste et équitable, de toujours donner le meilleur de soi-même ainsi que de montrer aux gens qu’ils comptent pour vrai».

Il a ensuite évoqué les quatre grands engagements de Repensons Lévis, soit de représenter les citoyens en prenant chaque décision en fonction des besoins et en encourageant la participation citoyenne, de faire de Lévis la référence nord-américaine en économie circulaire, d’offrir une vision d’avenir pour protéger l’environnement et de créer une ville résiliente et inclusive.

Poursuivant sur sa lancée, M. Diarra a rappelé que lui et Repensons Lévis se sont engagés à créer un lien fort avec la Ville de Québec et ont fait 59 propositions au cours de la campagne électorale municipale, une campagne qu’il a soulignée avoir été «axée sur l’être humain».

Parmi ces propositions, le candidat à la mairie a ressorti les plus importantes, dont d’offrir à Lévis un développement économique plus audacieux, d’établir un plan de gestion de la dette sur 10 ans, de planter 150 000 arbres sur le territoire urbain au cours des 10 prochaines années, de doter la Ville d’une stratégie de développement immobilier sur 10 ans, d’interconnecter les pistes cyclables dans les quartiers résidentiels et de les déneiger l’hiver, de construire un nouveau garage d’autobus et d’augmenter les investissements annuels à la Société de transport de Lévis ainsi que d’ajouter une sortie pour le transport en commun au pôle Desjardins dans le projet du troisième lien.

Aussi, Repensons Lévis souhaite créer le parc Central, un conseil local du patrimoine et de la culture, un centre d’interprétation de l’histoire de Lévis, encourager les artistes à embellir les bâtiments municipaux, embellir les milieux de vie, soutenir davantage les organismes communautaires ainsi que mettre à niveau les infrastructures récréatives.

Puis, Elhadji Mamadou Diarra a assuré qu’il désirait offrir à Lévis une administration des plus transparentes en «passant d’une mentalité où tout est privé jusqu’à la preuve du contraire à la mentalité où tout est public jusqu’à preuve du contraire».

«Il est temps de tourner la page sur un chapitre de notre histoire caractérisé par la concentration et la centralisation du pouvoir entre les mains d’un seul homme qui décide de tout derrière les portes closes», a-t-il argué.

Taux de participation à la hausse

Le candidat à la mairie de Lévis a aussi invité les citoyens à sortir voter le 7 novembre afin de faire augmenter le taux de participation. Rappelons que le taux de participation aux dernières élections municipales à Lévis était de seulement 36,5 % et que le taux de participation à la période de vote par anticipation était de 9,6 %. Cette année, le taux de participation à la période de vote par anticipation est passé à 12,2 %, une statistique dont Repensons Lévis s’est réjoui.

«Les gens sont sortis voter et on veut les encourager à aller davantage voter. […] Les gens veulent du changement et pour ce changement, ils sont prêts à aller voter», a assuré M. Diarra.

Les plus lus