CRÉDIT : GILLES BOUTIN - ARCHIVES

Quelques minutes après la fin de la conférence de presse de Lévis Force 10 (LF10) où ce parti a dévoilé son cadre financier, Repensons Lévis (RL) a vivement réagi à l'exercice de son adversaire. Selon le candidat à la mairie et chef de RL, Elhadji Mamadou Diarra, la présentation d'un cadre financier à deux jours du jour du scrutin démontre notamment le «manque de rigueur» du maire sortant et chef de LF10, Gilles Lehouillier.

«Comme maire sortant, sortir un cadre financier à moins de deux jours du scrutin démontre un manque de rigueur. C’est le seul candidat à la mairie qui a accès à tous les chiffres de la ville, et il remet un cadre financier à la toute dernière minute. Ça en dit long sur son manque de volonté de travailler en toute transparence avec les Lévisiennes et les Lévisiens hors-période électorale», a d'emblée lancé M. Diarra. 

Cependant, du même souffle, le candidat à la mairie de RL et chef de cette formation politique a de nouveau déploré que la dette de Lévis «augmente plus vite que la capacité de la ville à générer de nouveaux revenus» et que le vérificateur général de la municipalité avait été limité dans l’exécution de ses travaux lors d’une vérification d’optimisation des ressources sur la gestion financière de la ville.

Dans la même veine, Elhadji Mamadou Diarra a dénoncé que les deux derniers programmes triennaux d’immobilisations (PTI) de la Ville de Lévis n’avaient aucune donnée chiffrée, plutôt des «X» indiquant «vaguement les années de réalisation».

Tous ces événements illustrent donc un «un manque de transparence et de rigueur» dans la gestion des finances de la Ville, selon M. Diarra. 

Ainsi, il a réitéré son souhait de voir la population lévisienne faire confiance à son équipe le 7 novembre «pour tourner la page sur une ère opaque signée Lehouillier».

Une réaction critiquée

À la suite de cette sortie de RL sur son cadre financier, LF10 a tenu à réagir par l'entremise du porte-parole de sa campagne, Étienne Cummings. Comme lors du point de presse du maire sortant, la formation politique a tenu à rappeler qu'elle avait été la seule à se prêter à l'exercice à Lévis dans le cadre de la campagne électorale actuelle.

«Un cadre financier se dépose toujours à la fin d'une campagne électorale, après l'annonce des engagements. C'est la norme. Nous avons présenté le nôtre aujourd'hui. Où est le cadre financier de nos adversaires? Ils n'ont aucune raison de ne pas le présenter puisque les partis d'opposition à Québec se sont pliés à l'exercice. Lévis Force 10 est en faveur de la transparence et nous croyons que la population lévisienne a le droit de savoir comment les différents candidats à la mairie souhaitent financer leurs engagements», a répliqué LF10.

Les plus lus