Photo : Anna Civaloni - Unsplash

Nous sommes des citoyen·ne·s habitant aux quatre coins du Québec. Nous nous impliquons dans des groupes citoyens revendiquant le développement de services de sages-femmes ou dans des groupes de parents dans les maisons de naissances. Nous désirons profondément pouvoir donner naissance avec l’accompagnement de sages-femmes, dans les lieux de naissance de notre choix, mais pour plusieurs d’entre nous, c’est impossible.

Note de la rédaction : Le Journal de Lévis n'endosse aucune opinion qui est partagée dans les lettres d'opinion ou ouvertes publiées dans notre section Opinions. Les opinions qui sont exprimées dans ce texte sont celles des autrices et auteurs signataires.

Nous sommes tou·te·s lié·es au Mouvement pour l’autonomie dans la maternité et pour l’accouchement naturel (Groupe MAMAN), un organisme de défense collective des droits qui milite pour l’accès aux services sages-femmes depuis plus de 25 ans. En cette semaine mondiale pour l’accouchement respecté (SMAR), nous réitérons collectivement que l’accès aux services de sages-femmes est un besoin des familles et que la demande pour leurs services excèdent largement l’offre actuelle.

Au Québec, la profession a été légalisée en 1999 grâce au mouvement d’humanisation des naissances et aux sages-femmes autodidactes. Aujourd’hui, il s’agit d’une pratique légalisée et reconnue dans le système de santé. Savez-vous que le service est couvert par la RAMQ et que vous pouvez y avoir accès tout comme un·e médecin? Malgré la légalisation, moins de 5% des grossesses et naissances sont accompagnées par des sages-femmes alors que 25% des personnes enceintes souhaiteraient un tel accompagnement.

Aujourd’hui, notre cri du cœur est donc le suivant: les services de sages-femmes pour lesquels on milite depuis 25 ans existeront-ils encore dans 25 ans? La pénurie de sages-femmes est telle qu’on peut en douter. Bien que ses causes soient multiples, la pénurie découle d’abord et avant tout d’un manque de vision politique, d’un engagement financier insuffisant pour soutenir la formation des étudiant·e·s en pratique sage-femme et pour reconnaitre la valeur réelle du travail des sages-femmes ainsi qu’un manque déconcertant de planification de la main d'œuvre.

Les femmes et les sages-femmes ont milité main dans la main pour le retour de la pratique sage-femme au Québec et pour sa reconnaissance. Aujourd’hui, nous sommes attristé·e·s de constater les grands obstacles que vivent les sages-femmes dans leur pratique et qui affectent grandement, par la force des choses, les services offerts.

Soyons clair·e·s : pour que les sages-femmes continuent d’accueillir les naissances, nous devons opérer un changement de cap. Ce dernier doit se faire en faveur d’un développement des services de sages-femmes réfléchi où des changements concrets sont proposés à tous les niveaux: conditions de travail, conditions d’études et autonomie professionnelle.

Nous voulons parler de tous ces enjeux qui nous préoccupent avec le Ministre Carmant, la Ministre McCann et le Ministre Boulet, car nous jugeons que la situation est grave. Des actions importantes doivent être prises, une vision d’avenir doit être élaborée. Nous voulons avoir accès aux services de sages-femmes et nous voulons aussi que nos enfants y aient accès!

Signataires:

Sarah Landry, pour Groupe MAMAN, Mouvement pour l’autonomie dans la maternité et pour l’accouchement naturel
Éliane Sorel, pour Accès maisons de naissances Lanaudière
Caroline Hamelin, pour Accès sages-femmes Baie-des-Chaleurs
Michelle Roy, pour le Comité de parents de la Maison de Naissance Colette-Julien (au Bas-St-Laurent)
Wennita Charron, Marie-Pier Connolly Gingras, Julie Chalifour et Lucie Farbos, pour le Comité de parents de la Maison de naissance Marie-Paule-Lanthier (Montréal)
Emily Scazzosi, pour le Comité de Sages-Parents de maison de naissance du Lac Saint-Louis (Montréal)
Jan Kelly, pour le Groupe d’entraide Allaitement Sein-Pathique (aux Îles-de-la-Madeleine)
Noémie Brassard, pour le Groupe de parents de la maison de naissance du Fjord-au-Lac (Saguenay)
Christine Poupart, pour La Mèreveille (Hautes-Laurentides)
Magalie Larochelle, pour Le collectif Accès sages-femmes Côte-de-Gaspé
Lysane Grégoire, pour Mieux-Naître à Laval
Kim Couture, pour le Mouvement Maisons de naissance Montérégie
Annie Galipeau, pour Nourrissons-Lait Rivière-du-Loup
Megane Groleau et Guylaine Boies, pour O’Monde (Chaudière-Appalaches)
Sophie Richard-Ferderber, pour Objectif sages-femmes Abitibi-Témiscamingue
Geneviève Antonius, pour RACINES, Regroupement d'Action Citoyenne Impliqué pour des Naissances dans l'Est avec les Sages-femmes (Montréal)


Les plus lus

Lettre d'opinion - Changez de cassette, M. Lehouillier!

Comme la plupart des citoyens, nous avons été surpris par le reportage de Radio-Canada sur l’état des suspentes du pont Pierre-Laporte. D’autant plus que le pont subit présentement des travaux de plusieurs dizaines de millions de dollars pour la peinture de la structure et la réfection du revêtement du tablier.

Lettre d'opinion - Qu'est-ce qu'on peut faire avec 6 G$, M. Legault?

Monsieur Legault, Le dimanche 5 juin, à Sherbrooke, vous avez affirmé concernant le projet du 3ème lien qu'«on peut bien critiquer, mais quelles sont les alternatives? À part chialer, il faut arriver avec une proposition».