La comédienne Marie-Thérèse Fortin incarne l’autrice québécoise Gabrielle Roy. CRÉDIT:YVESRENAUD

Cinq pièces seront présentées à L’Anglicane cette année. Ces créations théâtrales mettent en scène une quête, celle d’un personnage qui se questionne profondément sur la valeur de sa propre vie et sur le pouvoir qu’il a d’accepter ou de changer les choses.

La saison s’ouvrira le 10 octobre avec la pièce Warda (lire autre texte ici).

Extras et ordinaires (Every Brillant Thing) (7 novembre), écrit par Duncan MacMillan et interprêté par Jonathan Gagnon, raconte l’histoire d’un jeune garçon dont la mère a perdu l’appétit pour la vie. Du haut de ses sept ans, il liste pour elle de tout ce qui donne envie de vivre. 

Une liste qui s’allongera et l’accompagnera toute sa vie «quand lui aussi aura besoin de se remémorer les choses importantes qui font partie de la vie». «C’est une pièce qui, avec sensibilité et réalisme, nous donne envie de soulever toutes les choses extraordinaires dans notre quotidien. Le message et ses éléments merveilleux restent avec nous longtemps», partage Mireille Pouliot, coordonnatrice aux arts de la scène à L’Anglicane.

Dans les pas de Gabrielle Roy

Monologue vif et attendrissant, La détresse et l’enchantement (30 janvier) relate l’histoire de Gabrielle Roy. «La pièce est vraiment née du texte original de l’autrice et c’est tel quel qu’il est porté par une icône théâtrale au Québec. On sent la puissance de son interprétation», note la coordonnatrice.

La comédienne Marie-Thérèse Fortin donne vie à l’enfance au Manitoba de l’égérie de la littérature québécoise, sa carrière d’institutrice et surtout sa découverte de sa vocation, l’écriture. Appuyé par des projections vidéo qui montrent «les climats, les paysages et les environnements qui ont teinté le parcours de Gabrielle Roy», le texte invite à écouter son instinct, croire en ses rêves et s’accomplir vaille que vaille. 

Présentée en collaboration avec la Maison de soin palliatif du Littoral, Le dernier sacrement (19 mars) est une création théâtrale à la fois touchante, dramatique et empreinte d’humour. C’est l’histoire de Denis, ancien professeur atteint d’un cancer en phase terminale qui s’interroge sur sa foi, entouré par une infirmière croyante et de sa fille pratiquante.

«Denis Bouchard, auteur et personnage principal de la pièce, a imaginé ce projet après avoir accompagné son père en fin de vie, en voyant les gens qui travaillent dans les maisons de soins palliatifs. C’est lumineux, avec beaucoup d’humanisme et d’ouverture à l’autre. Ça porte une réflexion plus grande que nous-même et qui continue de nous habiter après», explique Mireille Pouliot. 

Dans Omi Mouna (ou ma rencontre fantastique avec mon arrière-grand-mère) (16 avril), le Montréalais d’ascendance belgo-tunisienne, Mohsen, redoute d’avoir hérité de la brutalité de son père. Il part à la rencontre de son arrière-grand-mère centenaire pour trouver l’origine de la violence familiale afin de tenter d’en briser le cycle qui dure depuis des générations.

Les cinq pièces sont disponibles en abonnement ou une sélection de trois pièces. 

Les plus lus

The Young Cast de retour sur NBC le 23 juin

La troupe du studio de danse lévisien District.Mao s'est qualifiée grâce à sa performance présentée le 9 juin dernier à l'émission américaine World of Dance sur NBC. The Young Cast reviendra le 23 juin devant les juges pour défendre sa place dans cette quatrième saison de la compétition.

Un concert à la maison comme si on y était

Le Vieux Bureau de Poste (VBP), avec 17 autres diffuseurs de Réseau Centre dont fait partie la salle lévisienne, diffuseront une série de cinq spectacles en ligne. Malgré une scène bien vivante, l’horizon reste flou pour le déconfinement des salles de spectacles.

Les finissants en arts visuels exposent virtuellement

Les 16 finissants du programme d’Arts visuels du Cégep de Lévis-Lauzon présentent au public leurs œuvres de fin d’études dans des galeries en ligne. Les expositions se tiennent habituellement à Regart, centre d’artistes en art actuel, et au Centre d’exposition Louise-Carrier.

Cartographies imaginaires en vitrine

Composée de 16 gravures rehaussées au crayon de couleur, Nous ne contrôlons pas le soleil est une installation de Marie-Claude Drolet. L’œuvre est exposée dans la vitrine de Regart jusqu’au au 26 juin.

Exposition : Louis-Fréchette et Moi à découvrir cet été

La Maison natale de Louis Fréchette a rassemblé 15 artistes qui évoquent dans leurs créations la mémoire de l’écrivain lévisien et son œuvre littéraire. L’exposition d’arts visuels est présentée du 24 juin au 1er septembre.

Le comic book de Ça fout la chienne prend forme

Dans les cartons du Lévisien Luca Jalbert depuis quelques mois, le comic book annuel qui remplacera le magazine trimestriel Ça fout la chienne a littéralement pris son envol en raison de la crise du coronavirus.

Nicolas Dussault donnera des concerts en ligne cet été

Le pianiste lévisien Nicolas Dussault présente une série de cinq concerts instrumentaux en ligne. Les prestations seront commentées et chacune des soirées musicales se déroulera sous un thème différent.

Du rap québécois virtuel

Le 12 juin dernier, le groupe de rap lévisien Taktika a présenté un concert virtuel de rap québécois. Le spectacle a été tourné en direct de L’Anti Bar et Spectacles à Québec et était disponible sur le Web.

Les comédiens passent devant la caméra

Devant un parterre de sièges vides, les comédiens se donnent la réplique. L’un des spectacles à l’affiche cet été dans la programmation du Théâtre ambulant, présentée par la Ville de Lévis, est en cours de captation sur la scène de L’Anglicane.

World of Dance : The Young Cast passe à l'étape suivante

Lors de l'émission de World of Dance télédiffusée le 23 juin, la troupe de danse lévisienne The Young Cast a appris qu'elle obtenait son billet pour la ronde des duels du concours de danse présentée sur les ondes de NBC.