lundi 15 juillet 2024
Votre Journal. Votre allié local.

Sports

Transat Québec-Saint-Malo

Les équipages se préparent

Les + lus

Photo : Archives - Gilles Boutin

12 juin 2024 08:02

À l’approche de la 10e édition de la Transat Québec–Saint-Malo (TQSM), qui se tiendra le 30 juin prochain, le skipper lévisien de 72 ans, Georges Leblanc, et l’équipage entièrement féminin de la Coupe Femina, FEMINA Ocean Challenge, sont dans les derniers préparatifs en vue du départ.

Plus ancienne course hauturière d’ouest en est, sans escale et en équipage, la TQSM se tient tous les quatre ans depuis 1984. Dans le cadre de cet événement, «les coureurs océaniques s’élancent sur le fleuve Saint-Laurent, entre Québec et Lévis, pour relever les défis de la navigation du Saint-Laurent et de ses pièges, courants et marées, traverser l’Atlantique par le nord et éviter les icebergs et finalement entrer en Manche à travers le trafic maritime intense et les forts courants».

«Une dernière levée d’ancre»

Âgé de 72 ans, le skipper de Lévis, Georges Leblanc, surnommé «l’insubmersible», qui a pris part à pas moins de cinq TQSM, prendra la mer, le 30 juin prochain, pour ce qui sera son «ultime traversée».

Effectivement, ce dernier a pris part aux traversées de 1996, de 2000, où il a récolté une troisième place dans sa catégorie, de 2004, année où il a été décoré de la Médaille de l’Assemblée nationale, de 2008, qu’il n’a cependant pas été en mesure de terminer, et de 2012. Cette année marquera sa dernière levée d’ancre pour entreprendre la traversée de l’Atlantique.

«C’est ma dernière participation puisque je commence à avancer en âge et j’ai de la pression familiale pour arrêter. Au total, j’ai parcouru plus de 340 000 miles nautiques, ce qui équivaut à 16 fois le tour de la Terre. J’ai pris la décision d’y participer pour une sixième fois, mais c’est la dernière. Ça a même surpris grandement l’organisation que je m’y inscrive. Ils m’ont dit que j’étais fou ou courageux. Je pense que je suis les deux», a avoué celui qui a aussi écrit quatre livres portant sur ses différents périples en mer.

Actuellement, Georges Leblanc est dans les derniers préparatifs avec son équipage en vue du grand départ de l’événement, où il espère réaliser «une bonne performance».

«On a eu une préparation très intense. Il fallait notamment remettre le bateau en bon état puisqu’il avait été arrêté pendant quelques années, le peinturer, travailler sur les voiles et ajuster nos équipements de communication. Avec tout cela, il faut s’entraîner avec l’équipage, qui est formé de 10 membres, mais il en manque quelques-uns présentement puisque certains viennent de loin, alors ça complique les choses. On ne va pas là pour faire une petite balade, on y va pour performer. Dans notre classe, nous sommes quatre, mais ce sont des bateaux redoutables. On espère faire un bon temps et donner tout ce que nous avons», a indiqué Georges Leblanc, qui pourrait participer à d’autres types de compétitions dans le futur.

Un équipage 100 % féminin

Dans un autre ordre d’idées, la Coupe Femina alignera pour sa part une équipe entièrement féminine, Femina Ocean Challenge. Ensemble Julia Virat, Gwenn Duval, Coralie Vittecoq et Solène Roland tenteront de traverser l’Atlantique.

«Nous avons lancé la Coupe Femina en 2014, ce qui fait que nous en sommes maintenant au 10e anniversaire. Pour fêter ce cap, on a décidé, une idée tout simplement folle et audacieuse, d’aligner un équipage 100 % féminin pour la Transat Québec-Saint-Malo 2024. Un projet comme celui-ci, ça ne s’est pas vu depuis les débuts, il y a 40 ans», a expliqué Michelle Cantin, présidente de la Coupe Femina.

Tout comme Georges Leblanc, cet équipage est, à l’heure actuelle, dans les préparatifs pour le départ. Ces femmes navigueront donc à bord d’un bateau de Class40.

«C’est une équipe composée de superbes femmes. On a notamment été cherché Julia Virat pour ajouter de l’expérience au groupe et elle s’occupe de bien former et encadrer l’équipe puisque ses trois équipières n’ont pas d’expérience en Class40. Le défi est double, mais ça va super bien! Elles viennent d’arriver au Québec et elles sont prêtes», a conclu Michelle Cantin.

Les + lus