mardi 16 juillet 2024
Votre Journal. Votre allié local.

Politique > Actualités

Le Collectif Virage veut plus d’ambition pour la mobilité durable

Les + lus

CRÉDIT : GILLES BOUTIN - ARCHIVES

02 juil. 2021 08:22

Si le Collectif Virage voit d’un bon œil l’adoption d’une première politique environnementale par la Ville de Lévis, le groupe de citoyens qui militent pour un transport plus vert aimerait que la municipalité mette rapidement en place un plan de mobilité durable alors que les projets d’infrastructure dans ce domaine sont au cœur de l’actualité régionale.

Si la Ville a notamment annoncé à la fin mai la création d’une nouvelle direction des transports et de la mobilité durable, le Collectif Virage aimerait que Lévis se dote d’un plan ambitieux à ce chapitre. Cet outil permettrait à la municipalité de s’attaquer aux enjeux inscrits dans sa politique environnementale.

«On espère qu’on va arriver avec un plan de mobilité durable beaucoup plus global (que ce qui est sur la table présentement). On a une Ville qui s’intéresse à l’enjeu environnemental, mais qui n’a pas une vision bien claire d’où elle veut s’en aller au niveau de la mobilité durable, au-delà de l’aménagement de voies réservées et d’une voie réservée au transport actif sur certaines portions du boulevard Guillaume-Couture et d’une bonification des services de la Société de transport de Lévis», a d’emblée lancé Yolande Lépine, l’une des membres du groupe de citoyens, lors d’une entrevue le 15 juin.

Selon le Collectif Virage, Lévis devrait notamment s’inspirer des plans de mobilité durable adoptés par Drummondville et Gatineau, qui misent à ce niveau sur des plans de match «structurants pour lutter contre les changements climatiques grâce à la mobilité durable dans une vision complète». Le regroupement citoyen demande que la stratégie lévisienne de mobilité durable contienne des objectifs chiffrés.

«Un bon plan de mobilité durable doit contenir des cibles claires de réduction des gaz à effet de serre (GES) et de transfert des parts modales de certains types de transport vers des types de transport (plus vert). C’est grâce à des cibles précises qu’on peut constater s’il y a des améliorations ou encore du travail à faire», a expliqué Pierre Bisson, un des autres membres du Collectif réunissant une cinquantaine de sympathisants.

Être plus ambitieux pour son réseau de transport en commun

De plus, le Collectif Virage est convaincu que Lévis doit cesser de miser sur le projet de troisième lien afin d’assurer la mobilité durable dans la région. Même si des voies réservées pour le transport en commun seront aménagées dans le tunnel Québec-Lévis, le groupe croit que cette future infrastructure n’incitera que davantage de citoyens de la région à utiliser leur voiture pour se déplacer.

«L’argument amené que le troisième lien est un projet de mobilité durable et qu’il permettra de réduire les GES, pour nous, ce n’est pas sérieux. Le tunnel autoroutier va augmenter le nombre de véhicules dans la région. C’est comme si on investissait dans les GES. […] Nous ne sommes pas opposés à un troisième lien entièrement réservé au transport collectif. Mais il faudrait une évaluation des besoins à court, moyen et long termes comparativement aux coûts d’un tel tunnel», a affirmé Michel Bégin Lamy, un autre membre du Collectif Virage.

Le groupe lévisien croit que le gouvernement provincial devrait plutôt investir une portion de l’enveloppe destinée au troisième lien, dont le coût est évalué entre 6 G$ et 10 G$, afin de concrétiser une série de projets pour mettre en place un réseau de transport structurant complet à Lévis. Selon les calculs du Collectif Virage, Lévis n’obtient actuellement que 3 % de l’enveloppe réservée aux améliorations pour le transport en commun prévues dans le Réseau express de la Capitale (REC), avec le projet d’aménagement de voies réservées sur Guillaume-Couture évalué à près de 90 M$.

«Si on prenait seulement 10 % de la somme astronomique prévue pour le tunnel autoroutier, on pourrait concrétiser des mesures, prévues dans un plan de mobilité durable, beaucoup plus rapidement pour avoir un axe structurant (plus fort) sur le boulevard Guillaume-Couture et la route des Rivières ainsi que du rabattement sur cet axe afin de s’attaquer à la congestion à l’intérieur de Lévis et faciliter les déplacements vers Québec. Nous ne sommes pas des spécialistes et nous ne savons pas si un SRB, un trambus ou une connexion avec le tramway de Québec serait la solution idéale. Mais on aimerait que des experts se penchent sur ces possibilités. [...] Le projet de segments de voies réservées sur Guillaume-Couture est positif, mais on pourrait être plus ambitieux et obtenir de plus grands gains. La Ville pourrait enlever l’étiquette de ville pour l’automobile accolée à Lévis», ont illustré M. Bégin Lamy et Mme Lépine.

Notons finalement qu’à ce propos, le Collectif Virage entend présenter à la population certaines propositions au début de l’automne prochain.

Les + lus