mercredi 21 février 2024
Votre Journal. Votre allié local.

Politique > Actualités

«M. Bonin soulève de faux problèmes», selon le maire

Les + lus

Gilles Lehouillier a trouvé «bizarre» la sortie de son adversaire de RL dénonçant un manque de collaboration entre l'équipe du maire et Serge Bonin. Photo : Gilles Boutin

23 nov. 2022 04:35

Quelques heures après une conférence de presse de Serge Bonin déplorant le manque de collaboration de Lévis Force 10 (LF10) en son endroit depuis son élection il y a un an, le maire de Lévis et chef de LF10, Gilles Lehouillier, a réagi à cette sortie. «Trouvant plutôt bizarre» les critiques lancées par le seul élu de l'opposition et représentant de Repensons Lévis (RL) à l'Hôtel de Ville, le magistrat a assuré que la main tendue envers Serge Bonin n'était pas de la frime.

À lire aussi : «Le réflexe démocratique un peu disparu à Lévis», selon Bonin

«M. Bonin a mon numéro de téléphone et il peut me joindre à tout moment pour discuter de dossiers. Il est traité de la même façon que les autres conseillers (NDLR : qui font tous partie de LF10) et il reçoit la même information que ces derniers. [...] Je le laisse aller avec la théorie qu'il a exposée ce matin, mais on répond à toutes ses demandes et à ses questions. C'est d'ailleurs très rare qu'il vote contre les résolutions adoptées par le conseil. M. Bonin soulève de faux problèmes», a affirmé M. Lehouillier, lors d'une entrevue téléphonique avec le Journal le 23 novembre.

Pendant cet entretien, le maire a tenu à réfuter toutes les accusations lancées par le conseiller municipal du district Saint-Étienne. Selon Gilles Lehouillier, toutes les demandes de Serge Bonin sont traitées par son équipe. Du même souffle, le premier magistrat a sous-entendu que le seul élu de l'opposition n'était pas encore à l'aise avec toutes les procédures en place dans une municipalité.

«M. Bonin a notamment fait une demande en lien avec un problème sonore provenant d'une zone industrielle. On ne peut pas arriver la semaine suivante du dépôt de sa demande avec un avis de motion au conseil pour régler ce problème. On doit analyser le tout et s'assurer d'arriver avec une solution qui sera applicable pour toute la Ville. Il est aussi arrivé avec un projet de cocréation de parc à Saint-Étienne. Mais nous avons un plan directeur en place qui encadre toute la gestion des parcs sur notre territoire», a déclaré le maire.

Quant aux critiques de Serge Bonin sur son impossibilité à obtenir dans un «délai raisonnable» les documents nécessaires en lien avec l'élaboration du prochain budget de la Ville, Gilles Lehouillier critique là-aussi la position de l'élu de l'opposition et souligne que l'élu de RL aura tous les éléments disponibles en mains pour prendre une décision éclairée quant à l'adoption ou non du prochain exercice financier.

«M. Bonin sait depuis le 14 novembre qu'il aura accès très bientôt (NDLR : le jeudi 24 novembre), aux mêmes documents que les autres élus en vue de l'adoption du prochain budget, qui devrait se faire lors de la séance du conseil du 12 décembre. De plus, il y aura prochainement un comité plénier uniquement sur le programme triennal d'immobilisations et le budget, un moment où tous les élus pourront poser toutes leurs questions sur le prochain budget jusqu'à ce qu'il n'y en ait plus. Aussi, comme tous les autres conseillers, M. Bonin a pu rencontrer la présidente du comité des finances (NDLR : Isabelle Demers, la conseillère LF10 du district Villieu), le 12 octobre pendant une heure et demie, pour présenter ses attentes en vue du prochain exercice financier», a martelé le maire.

«Il joue une joute politique, pas nous»

Dans un autre ordre d'idées, Gilles Lehouillier a tenu à rappeler qu'il avait pris la décision de nommer Serge Bonin à la présidence de deux comités et de la Régie intermunicipale de gestion des déchets des Chutes-de-la-Chaudière. Un geste qu'il n'était pas obligé de faire qu'il a posé afin de le «traiter avec équité».

Quant au manque de transparence, d'ouverture, de flexibilité, d'écoute des citoyens et de concertation avec tous les acteurs de la Ville reprochée par Serge Bonin à son administration, Gilles Lehouillier rejette du revers de la main cette accusation.

«On est au diapason de la modernité en ce qui a trait à nos consultations publiques. Pour notre consultation en cours sur l'avenir des parcs, on mise notamment sur un questionnaire en ligne et des ateliers participatifs en présence. Auparavant, on avait beau rappeler et rappeler le message, il n'y avait qu'une dizaine de personnes qui se présentaient, sauf exception, à nos consultations publiques en présence. Le volet numérique de notre consultation sur la nouvelle politique environnementale nous a permis de recevoir des réponses de plus de 3 000 personnes. Au début de l'an prochain, on va tenir une vaste consultation sur la sécurité dans les rues. On ne peut pas faire mieux. C'est pour ça que je crois que nous avons l'assentiment de la population parce qu'elle sait que nous la consultons», a soutenu le premier magistrat de Lévis.

Enfin, Gilles Lehouillier en a profité pour lancer une pointe à Serge Bonin, estimant que sa sortie est électoraliste. Pour le maire, la conférence de presse de l'élu de RL a été effectuée en raison de l'élection partielle qui aura lieu en février prochain pour permettre aux électeurs du district Christ-Roi de choisir leur nouveau représentant au conseil municipal, à la suite du départ de la vie politique d'Andrée Kronström (NDLR : élue l'an dernier sous la bannière de LF10).

Les + lus