samedi 24 février 2024
Votre Journal. Votre allié local.

Politique > Actualités

Troisième lien : du nouveau «prochainement», selon Drainville

Les + lus

Photo : Gilles Boutin - Archives

12 janv. 2023 01:16

En marge de l’annonce de l’octroi d’une aide financière pour l’agrandissement du Vieux Bureau de Poste, le député de Lévis ainsi que ministre de l’Éducation et ministre responsable de la Chaudière-Appalaches, Bernard Drainville, a été interrogé par les journalistes sur le dossier du troisième lien, le 12 janvier. Il a alors confirmé que des études sur le projet centre-ville à centre-ville seront dévoilées «prochainement» par le gouvernement provincial.

«Mme Guilbault (NDLR : Geneviève, la ministre des Transports du Québec) rendra publiques les études d’opportunité prochainement. Geneviève travaille très fort sur le dossier et comme nous y sommes engagés lors de la campagne électorale, nous allons dévoiler les études le plus rapidement possible en 2023», a déclaré M. Drainville, lors d’une mêlée de presse.

Le ministre responsable de la Chaudière-Appalaches a confirmé qu’une rencontre portant sur ce dossier allait avoir lieu «bientôt» entre lui, Geneviève Guilbault et Jonatan Julien, le ministre responsable de la Capitale-Nationale. «Jonatan et moi désirons que Geneviève nous dise où le dossier en est. Je pense que c’est une bonne idée que les deux ministres régionaux travaillent avec la ministre responsable du dossier pour le faire avancer», a ajouté Bernard Drainville.

Du même souffle, l’ardent défenseur d’un nouveau lien routier entre Québec et Lévis a profité de l’occasion pour critiquer un reportage inclus dans l’émission spéciale de fin d’année d’Infoman, télédiffusée à Radio-Canada. Dans ce segment, l’animateur, Jean-René Dufort, a effectué plusieurs traversées à voiture entre Québec et Lévis pour démontrer, selon lui, que le trafic dans la région n’était pas aussi lourd que l’arguent les défenseurs du troisième lien.

«Les gens qui prennent le pont soir et matin savent qu’à certains moments, ça peut être très lent. La réaction au reportage d’Infoman était très parlante. C’est sûr que l’heure de pointe chez nous n’est pas à 8h30. C’est donc facile de se promener sur le pont à ce moment et de dire qu’il n’y a pas de trafic. Moi ce que j’ai eu comme échos, c’est qu’il (Jean-René Dufort) se foutait de notre gueule, qu’il devrait venir vivre chez nous et emprunter les ponts régulièrement à l’heure de pointe. Il constaterait que le trafic est de plus en plus lourd.»

Dans un autre ordre d’idées, Bernard Drainville n’a pas caché son impatience face à l’impasse dans laquelle semble se situer le dossier du pont de Québec.

«Ce serait une bonne idée que quelqu’un s’occupe du pont de Québec, que les ministres fédéraux nous disent ce qu’ils ont l’intention de faire pour l’entretenir et qu’ils respectent l’engagement que le gouvernement fédéral a pris. Le gouvernement fédéral s’est engagé à recouvrir la propriété du pont pour s’occuper de son entretien. On se demande ce qu’attend le gouvernement fédéral pour faire des annonces là-dessus», a déploré M. Drainville.

Développement : Lehouillier à la défense de la vision de Lévis

Présent aux côtés de Bernard Drainville lors de la mêlée de presse, le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, a abordé son débat à venir sur le troisième lien et l’étalement urbain avec le député solidaire de Taschereau, Etienne Grandmont. Le premier citoyen de Lévis a alors défendu la vision de son administration quant au développement de la ville.

«Ce qui me désole le plus, c’est quand les gens disent qu’il se fait de l’étalement urbain à Lévis. Lévis est une ville centre comme Rimouski ou Sherbrooke. Nous avons notre propre économie et notre étalement urbain est contrôlé. Je mets au défi quiconque de venir confronter notre schéma d’aménagement et de nous expliquer de quelle façon on fait de l’étalement urbain. Depuis que je suis maire, on n’a fait aucun empiètement en zone agricole et on densifie, densification qui est conforme au plan d’aménagement de la Communauté métropolitaine de Québec. Pour le troisième lien, on va attendre le dévoilement des études d’opportunité, là on pourra (de nouveau) en débattre», a conclu M. Lehouillier.

 

Les + lus