samedi 25 mai 2024
Votre Journal. Votre allié local.

Politique > Actualités

Affaires municipales

Le conseil municipal du 11 septembre en bref

Les + lus

Photo : Gilles Boutin

12 sept. 2023 08:18

Les élus municipaux de Lévis se sont réunis le 11 septembre, à l’hôtel de ville de Lévis, pour une séance ordinaire du conseil municipal. Voici un résumé des sujets d’importance et des décisions notoires prises par les échevins lors de la rencontre tenue sous la présidence de Michel Patry, maire suppléant, en raison de l’absence du maire, Gilles Lehouillier.

Des projets qui frustrent à Saint-Nicolas

 Tout comme Repensons Lévis l’avait fait avant la séance, plusieurs citoyens de Saint-Nicolas se sont présentés à la période de questions de la séance pour décrier les impacts sur leur qualité de vie à la suite de la concrétisation de nouveaux projets immobiliers dans leur voisinage. Jean-François Bélanger, un Lévisien demeurant sur la rue de la Corniche et cité en exemple par Repensons Lévis, a d’abord décrié les changements provoqués par l’érection d’un projet immobilier de trois étages dans les environs de l’anse Gingras.

«Il y a quelques années, on parlait d’un projet de maisons de ville et de jumelés, mais je ne sais pas ce qui s’est passé, mais la nouvelle mouture est une catastrophe. Pour quelle raison la Ville a accepté ça? J’ai un édifice de trois étages et demi avec des balcons surplombant ma cour arrière maintenant à 17 pieds de mon spa. Je n’ai plus aucune intimité dans ma cour arrière et je ne peux plus profiter de ma cour arrière. […] Les bras me sont tombés que la Ville accepte un tel projet sans zone d’atténuation», a-t-il déploré.

Le président du comité consultatif d’urbanisme et conseiller du district Saint-Jean, Guy Dumoulin, a rappelé que le zonage du secteur permettait ce type de construction depuis l’époque de l’ancienne Ville de Saint-Nicolas. Du même souffle, il a ajouté que si un projet immobilier respectait la réglementation municipale en vigueur, la Ville doit accorder le permis de construction au promoteur, comme la loi l’exige. Auparavant, Michel Patry a également assuré que les citoyens pourraient rencontrer dès la semaine prochaine de hauts dirigeants de la municipalité pour discuter de leurs préoccupations.

Pour sa part, Jean Laflamme, un propriétaire demeurant dans le secteur de la rue de l’Aquifère, a déploré que les mesures de mitigation promises par l’administration Lehouillier en lien avec le projet Quartier Élévation (comprenant plusieurs centaines d’appartements) et désirées par les résidents du secteur ne s’étaient pas concrétisées. Guy Dumoulin a assuré que plusieurs arbres avaient été plantés dans la zone avant qu’Isabelle Demers, la conseillère municipale représentant les citoyens du secteur, assure que la Ville assurait une vigie quant à la sécurité routière dans le secteur.

Emprunts de la STLévis autorisés

 Pendant la réunion, les conseillers ont approuvé trois règlements d’emprunt de la Société de transport de Lévis (STLévis), qui permettront à l’organisme paramunicipal d’améliorer ses installations en vue de l’électrification de sa flotte qui s’amorcera en 2025. La STLévis s’est ainsi vu autoriser à augmenter son emprunt nécessaire pour ajouter deux baies mécaniques à son centre d’opérations de la rue Saint-Omer, un projet estimé en 2021 à 4 M$ qui coûtera désormais 9,5 M$. 75 % de la facture de ce projet sera remboursée par le ministère des Transports du Québec (MTQ).

Également, la société s’est vu autoriser des emprunts de 20 M$, pour financer la réalisation des études préparatoires et des travaux de construction qui sont nécessaires pour permettre le chargement de 40 autobus électriques dans certaines rangées du centre d’opération de la rue Saint-Omer, ainsi que de 35 M$, pour la construction d’un nouveau garage à proximité de celui actuellement en activité sur la rue Saint-Omer. Pour ces deux projets, la STLévis recevra une compensation du MTQ remboursant 85 % des frais encourus.

Le directeur général de la Ville en deuil

Lors de la séance, les élus ont adopté à l’unanimité une résolution pour présenter à Stéphane Lafaut, directeur général de la municipalité, les condoléances de la Ville à ses proches et à lui. La conjointe du grand mandarin de la Ville de Lévis est récemment décédée d’une maladie subite. Les conseillers ont également autorisé que Nathalie Campeau, directrice générale adjointe, occupe sur une base intérimaire le poste de M. Lafaut jusqu’au 13 septembre, avant que Dominic Deslauriers, directeur général adjoint – développement durable, prenne sa relève à partir du 14 septembre.

Retour du sentier glacé au quai Paquet

Face au succès de ce service l’hiver dernier, la Ville de Lévis implantera de nouveau un sentier glacé au quai Paquet, lors de la prochaine saison froide. Lors de la séance du 11 septembre, les élus ont autorisé l’octroi du contrat pour la location, l’installation et le soutien technique pour un sentier glacé réfrigéré au quai Paquet à Synerglace Canada, pour la somme de 374 758 $.

Soutien aux commerçants

Le conseil a également approuvé la mise en place du nouveau Programme particulier de soutien à la rénovation de façades commerciales dans les quartiers historiques. L’initiative est dotée d’une enveloppe de 450 000 $.

Gérée par la direction du développement économique et de la promotion de la Ville de Lévis, l’initiative permettra aux propriétaires d’immeubles commerciaux ou mixtes, situés dans le village de Saint-Nicolas, le Vieux-Charny, le Vieux-Lauzon, le Vieux-Lévis ou le Vieux-Saint-Romuald d’obtenir un prêt sans intérêt entre 5 000 $ et 100 000 $ pour effectuer des travaux de rénovation des façades de ces immeubles.

Harmonisation pour les noms de parc

Les conseillers ont aussi adopté une résolution pour adopter des noms pour plus de 200 parcs et espaces verts sur le territoire lévisien. Au cours des derniers mois, le comité consultatif de toponymie a complété la révision de l’ensemble des noms de parcs et espaces verts de la Ville de Lévis.

Ce mandat consistait à réviser chacun des toponymes afin de corriger les situations problématiques, de s’assurer du respect des règles d’écriture et de constituer une liste complète et officielle des noms de parcs et espaces verts. Par exemple, la place devant la Gare fluviale de Lévis s’appellera désormais la place de la Traverse tandis que le boisé Lamartine se nommera maintenant le boisé des Écrivains.


Les + lus