jeudi 29 février 2024
Votre Journal. Votre allié local.

Politique > Actualités

L’UPA «inquiète» de la vente des terres de Rabaska

Les + lus

La Fédération de l'UPA de la Chaudière-Appalaches est «inquiète» de l'achat des terres de Rabaska par le gouvernement du Québec. (Photo : Courtoisie - GIRAM)

17 sept. 2023 10:48

La Fédération de l’Union des producteurs agricoles (UPA) de la Chaudière-Appalaches dit «s’opposer fermement» à l’achat des terres du défunt projet de Rabaska et estime que c’est l’occasion de «réparer une erreur du passé».

Le 15 septembre, la fédération apprenait avec «surprise et inquiétude» que le gouvernement du Québec aurait signé une entente en juillet dernier pour l’achat des terres agricoles. Situées dans le secteur de Lévis et de Beaumont, les 272 hectares de terres auraient été vendus pour une somme se situant entre 29 et 34 M$ afin d’y développer une zone industrielle.

Dans une entente conclue avec le président du consortium de l’époque, Glenn Kelly, il avait été convenu que, si le projet de port méthanier avortait, ce qui s’est produit en 2013, les terres devaient être réintégrées en zone agricole, puis de nouveau protégée par la Commission de la protection des terres agricoles du Québec (CPTAQ). Selon l’UPA, «l’heure semble avoir sonné pour le gouvernement de démontrer qu’il croit réellement en son discours sur l’autonomie alimentaire ainsi qu’à la véritable place qu’il accorde au garde-manger des Québécois».

«Nous nous attendons à ce que le gouvernement lance un message clair comme quoi la protection des terres agricoles est primordiale et que minimalement, il veille à protéger les terres en culture et les érables du site Rabaska», a conclu le président de la Fédération de l’UPA de la Chaudière-Appalaches, James Allen.

Les + lus