mercredi 21 février 2024
Votre Journal. Votre allié local.

Politique > Actualités

PQI

Lévis présente un PQI conservateur

Les + lus

Une baisse de près de 65 M$ a constatée entre le PQI déposé en 2022 et celui déposé en 2023. (Photo : Gilles Boutin - Archives)

06 déc. 2023 08:54

Après le dépôt d’un programme quinquennal des immobilisations (PQI) de 850 M$ d’investissements en 2022, la Ville de Lévis a fait l’annonce, le 5 novembre, d’un PQI 2024-2028 «conservateur» de 785 M$.

Au total, près de 44 % du montant sera réservé pour la pérennité des infrastructures (344 M$), 43 % iront à la croissance et l’amélioration (333 M$), 8 % sont prévus pour la qualité de vie (62 M$) et près de 6 % serviront au développement économique (44 M$).

Le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, a aussi mentionné que ces sommes n’incluent aucun montant des 810 M$ annoncés par la Société de transport de Lévis dans son plan quinquennal d’ici les 10 prochaines années.

Gilles Lehouillier a expliqué que le contexte d’inflation actuel a un certain impact sur la baisse d’investissements constatée cette année.

«C’est moins glamour. Il n’y a pas de gros projet. On reconnaît la touche de notre conseil et notre nouvelle direction générale axée sur le pragmatisme. Nous avons 1000 km de rue et en dessous, 2000 km de tuyaux. On met l’accent sur la pérennité de nos infrastructures», a expliqué le maire.

«Projets d’importance»

Dans la catégorie pérennité des infrastructures, les projets notables sont notamment la réfection du réseau d’aqueduc et d’égouts (113,7 M$) ainsi que la réfection et les travaux de pavage, trottoirs et bordures (61,3 M$).

En ce qui a trait à la croissance et l’amélioration, on retrouve l’aménagement de voies réservées sur le boulevard Guillaume-Couture (111,1 M$) et l’augmentation de la capacité du réseau d’aqueduc et d’égouts (105,5 M$).

L’agrandissement du Centre culturel de Lévis (11,6 M$), l’aménagement du parc de la Pointe-Benson (9,3 M$) et la réalisation de la piste utilitaire multifonctionnelle sur le boulevard Guillaume-Couture (9,5 M$) font aussi partie des investissements pour la qualité de vie.

Puis, pour ce qui du développement économique, les projets notables sont l’amélioration de la qualité de vie et des espaces verts dans les parcs industriels (9,5 M$) et l’acquisition de terrains industriels (10 M$).

Notons aussi que les projets d'ajout d'une deuxième patinoire à l'aréna de Lévis, d'agrandissement du Vieux Bureau de Poste ainsi que la création d’un terrain de baseball synthétique ont été mis dans la catégorie à l'étude.

L’opposition s’oppose au PQI

Les membres de l’opposition lévisienne, Serge Bonin et Alexandre Fallu, ont été les seuls à annoncer leur opposition au PQI 2024-2028 lors de la séance extraordinaire du conseil municipal de la même journée.

Effectivement, les représentants de Repensons Lévis dénoncent l’absence de plan de gestion des actifs de la ville adopté par le conseil, la croissance importante de la dette, le manque de transparence des processus et données accessibles au public, l’absence de stratégie financière pourtant promise en janvier 2022 et en juillet 2023 ainsi que le projet de prolongement du boulevard Étienne-Dallaire qui est maintenu, malgré leur demande de retrait.

«Ça fait plusieurs fois qu’on nous promet ça, mais que rien n’aboutit. On nous dit que nous sommes impatients, mais les citoyens exigent de nous cette impatience. Ça a assez duré. Est-ce que les bottines peuvent suivre les babines», a mentionné le conseiller municipal de Saint-Étienne, Serge Bonin, quant à l’absence de stratégie financière.

En ce qui a trait à la croissance de la dette, les deux conseillers ont démontré certaines inquiétudes puisque l’augmentation des emprunts a mené à «la plus grande hausse de la dette depuis la fusion de 2002». D’ailleurs, parmi les 11 grandes villes de plus de 100 000 habitants, Lévis est la deuxième ville la plus endettée par rapport aux revenus.

«La dette de la ville devrait dépasser 600 millions en fin de 2023, ce qui représente une augmentation approximative de 14,5 % depuis les états financiers 2022. Le PQI actuel promet encore une augmentation importante à prévoir en 2024. Si rien n’est fait, l’augmentation pourrait dépasser les 30 % en deux ans. Sans une politique claire de gestion de la dette et une stratégie financière définie, fixer des objectifs pour réduire la dette s’avère difficile», ont conclu Serge Bonin et Alexandre Fallu.

Les + lus