mercredi 12 juin 2024
Votre Journal. Votre allié local.

Politique > Actualités

Comité de démolition

Une contre-expertise pour Chocolats Favoris?

Les + lus

Photo: Archives - Gilles Boutin

07 déc. 2023 07:37

Le comité de démolition de la Ville de Lévis s’est réuni le 7 novembre dans une séance publique afin d’entendre les demandeurs et les opposants à la démolition du bâtiment du Chocolats Favoris au 32 avenue Bégin. Vacant depuis 2022, Chocolats Favoris s’est établi dans ce bâtiment en 1996 à la suite de sa fondation 1979.

S’apprêtant à faire des travaux de rénovation à l’automne 2020, une «mauvaise surprise» a fait ressentir le besoin à l’équipe des Chocolats Favoris de s’entourer d’expert pour comprendre l’état dégâts et l’ampleur qui permettrait de sauver le bâtiment. S’associant entre autres à la firme Couture-Tanguay qui œuvre dans les rénovations de bâtiments ancestraux et après les évaluations d’autres experts, la démolition était sans équivoque pour l’équipe des Chocolats Favoris. 

Selon les experts, l’étendue des dégâts causés principalement par les infiltrations d’eau et les ajouts modernes sur des structures ancestrales (climatisation, chauffage, isolement, etc.) feraient qu’il serait très difficile de trouver une méthode de travail sécuritaire. Les murs extérieurs sont 100% vétustes selon les analyses de l’équipe. Si la structure est en danger, l’effondrement de la maison serait fort probable.
L’ingénieur en structure, Olivier Lantier souligne que les fondations du bâtiment sont très endommagées et à remplacer. «Normalement nous rehaussons le bâtiment pour faire les fondations, mais nous avons de la difficulté à nous appuyer sur la structure au 32 avenue Bégin. Ce n’est pas impossible de soulever le bâtiment, par contre, j’ai un gros doute sur ce qu’il va rester de patrimonial», explique Olivier Lantier. 

Les deux autres experts incluant Simon Lehoux de Couture-Tanguay ainsi que l’architecte Luc Tremblay ont tous deux confirmé ce que leur collègue indique comme quoi les rénovations seraient très risquées pour la bâtisse et pour les employés qui devraient faire les rénovations. 

Les Chocolats Favoris souhaitent toutefois recréer le bâtiment initial le plus fidèlement possible tout en ayant à cœur une meilleure empreinte environnementale et une meilleure accessibilité. «Nous ne voulons pas faire une passe d’argent en faisant la démolition d’un immeuble, nous voulons revenir le plus rapidement possible dans le Vieux-Lévis», a soutenu le co-propriétaire de la bannière Chocolats Favoris, Charles Auger. 

Une opposition bien présente 

Représentés par une trentaine de citoyens qui se sont déplacés afin de faire entendre leur mécontentement face à la décision de Chocolats Favoris de vouloir démolir leur bâtiment du Vieux-Lévis, plusieurs ont pris la parole afin de faire part de leur espoir de trouver une solution alternative à la destruction. 

Les propriétaires de plusieurs maisons patrimoniales sont venus transmettre leur témoignage quant au travail qu'ils ont dû mettre pour l'entretien et la restauration même parfois de leurs maisons. Ils soulignent avoir sauver des maisons qui pouvaient avoir l'air en plus piètre état que celle des Chocolats Favoris. La phrase clé pour ces propriétaires «quand on veut on peut». 

Ne comprenant pas pourquoi il serait impossible de sauver le bâtiment par les rénovations peu importe le coût, les citoyens ont demandé aux requérants plus de transparence alors que ces derniers n’ont pas présenté de photos des dommages lorsqu’ils ont lancé leur plaidoyer en début de séance. 

Plusieurs citoyens et propriétaires de maisons patrimoniales demandent donc à la Ville de Lévis un rapport de contre-expertise d’un expert en maison patrimoniale afin de savoir hors de tout doute si la démolition du bâtiment est complètement inévitable. Un autre citoyen souhaiterait que la Ville puisse comparer le rapport d’inspection lors de l’achat du 32 rue Bégin complété à l’époque par Chocolats Favoris avec celui réalisé dans la dernière année. 

Les + lus