mercredi 24 juillet 2024
Votre Journal. Votre allié local.

Politique > Actualités

Aréna de Lévis

Second refus du gouvernement pour une deuxième glace

Les + lus

Photo : Archives - Gilles Boutin

09 juil. 2024 09:03

Le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, a exprimé «une vive déception», le 8 juillet, après avoir annoncé un second refus de subvention du gouvernement Legault pour un projet d’ajout d’une deuxième glace à l’aréna de Lévis.

Rappelons que le projet avait effectivement essuyé un premier refus en 2020 et que l’administration Lehouillier était revenue à la charge avec un deuxième dépôt en novembre 2023. Concrètement, le projet soumis par la Ville de Lévis vient dans le cadre du Programme d’aide financière aux infrastructures récréatives, sportives et de plein air (PAFIRSPA).

«Par ce refus, c’est plus de 155 000 citoyens qui sont privés d’un complexe sportif incontournable pour démocratiser l’accès aux infrastructures sportives et bonifier l’offre sur le territoire considérant la croissance soutenue de notre population et la hausse constante des inscriptions aux sports de glace. Nous sommes d’autant plus stupéfaits que les signaux reçus sur le dossier semblaient laisser présager une issue plus favorable», s’est d’abord désolé le maire de Lévis.

Le montant total d’un tel projet étant évalué à un peu moins de 40 M$, la Ville de Lévis avait demandé au gouvernement du Québec une subvention de 20 M$. Ce projet vise l’agrandissement de l’aréna de Lévis pour y intégrer une deuxième glace de dimension olympique et ses usages connexes requis. Il inclut la mise aux normes du bâtiment existant, l’intégration de l’accessibilité universelle, la centralisation du service de restauration, la réfection des revêtements de façon à uniformiser le langage architectural entre l’agrandissement et le bâtiment existant ainsi que l’aménagement d’un nouveau stationnement et le réaménagement des stationnements existants.

«On fait la file et on attend»

La déception du maire était d’autant plus vive considérant l’importance que le député de Lévis et ministre responsable de la Chaudière-Appalaches, Bernard Drainville, et que la ministre responsable du Sport, du Loisir et du Plein air, Isabelle Charest, donnaient au projet. Ceux-ci ont maintes fois répété leur souhait de voir le projet se réaliser.

«Pendant la campagne électorale, c’était l’engagement numéro un du député de Lévis qui a été clamé sur toutes les tribunes. Il m’a demandé de déposer le projet dans les meilleurs délais, ce que nous avons fait. Depuis ce temps, nous étions convaincus que nous allions enfin l’avoir. C’est une déception de ce côté-là», a indiqué Gilles Lehouillier.

Ce dernier a aussi tenu à faire un lien avec les réparations prévues pour le toit du Stade olympique. Selon lui, le problème est un manque de financement dans les infrastructures sportives en région.

«Le gouvernement n’a pas assez de fonds pour les équipements sportifs en région. Si on veut faire en sorte que les gens demeurent dans les régions, il leur faut minimalement des équipements sportifs. Le fait est qu’on trouve des milliards de dollars pour le toit du Stade olympique et on ne sait même pas à quoi il va servir, alors que quand on arrive dans les équipements des régions, on ne donne qu’un maigre 300 M$ divisé pour 17 régions», a mentionné Gilles Lehouillier.

D’ailleurs, le maire de Lévis a avoué avoir «surestimé» l’impact d’avoir deux élus de Lévis au conseil des ministres.

«Définitivement (que j’ai surestimé l’importance d’avoir deux élus à Lévis)! Je dois dire que je suis déçu puisque ce n’est pas moi qui aie pris cet engagement. C’est malheureux parce qu’on a deux ministres à Lévis et on n’a même pas été foutu de nous donner la priorité numéro un du député», a conclu le maire.

Les + lus