Geneviève Guilbault avait de bonnes nouvelles à annoncer aux Québécois mercredi après-midi. CRÉDIT : CAPTURE D'ÉCRAN - RADIO-CANADA

Lors de la conférence de presse quotidienne portant sur l'évolution de la pandémie dans la province, la vice-première ministre et ministre de la Sécurité publique, Geneviève Guilbault, a annoncé, mercredi, que les Québécois pourront de nouveau réaliser certaines activités. Petits rassemblements extérieurs, soins chez le dentiste ou coupe de cheveux seront bientôt permis.

«Nous sommes très conscients qu'après deux mois de confinement, c'est plus difficile de respecter les consignes. On s'ennuie de nos amis et des membres de notre famille. On a donc réfléchi avec la Santé publique sur un moyen pour trouver un équilibre entre la bataille contre la pandémie et le désir de revoir nos proches. Nous avons eu le feu vert de la Santé publique pour permettre de revoir des proches en personne», a d'emblée lancé Mme Guilbault.

Dès vendredi, les Québécois pourront donc tenir des petits rassemblements extérieurs, sous certaines conditions.Le rassemblement devra attirer un maximum de 10 personnes, provenant d'un maximum de trois ménages. La réunion devra se dérouler toujours à l'extérieur.

Également, les personnes ne provenant pas du ménage qui accueillerait le rassemblement extérieur doivent éviter de se rendre à l'intérieur de la maison des hôtes. De plus, les consignes de la Santé publique, notamment en restant à deux mètres les uns des autres et en évitant les déplacements interrégionaux, doivent être respectées en tout temps.

Réouverture de plusieurs services

Également, la vice-première ministre a fait savoir que les entreprises offrant des soins corporels, esthétiques, de toilettage pour les animaux et de santé privés, comme les soins dentaires, d'optométrie, de physiothérapie, d'ostéopathie et les services de coiffure et d'esthétique, pourront bientôt rouvrir leurs portes.

Le 1er juin, les centres offrant des soins dentaires, ses soins thérapeutiques et des soins de toilettage pour animaux pourront de nouveau accueillir des clients, partout au Québec. Le même jour, les entreprises offrant des soins corporels et esthétiques de tout le Québec, sauf celles de la Communauté métropolitaine de Montréal et de la MRC de Joliette, pourront faire de même.

La Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST) a rendu disponibles dès aujourd'hui trois trousses d'outils spécifiques pour accompagner les entreprises ciblées dans les secteurs des soins buccodentaires, des soins thérapeutiques et des soins personnels.

Tout client présentant des symptômes de la COVID-19 (par exemple la fièvre, la toux, un mal de gorge, des difficultés respiratoires, une perte de l'odorat) doit s'abstenir d'avoir recours à ces services. Les personnes atteintes doivent reporter leur rendez-vous et se placer en isolement pendant 14 jours. Au moment de la reprise de leur rendez-vous, elles ne devront pas avoir de fièvre depuis au moins 48 heures, ni avoir de symptômes depuis au moins 24 heures.

Heureuse d'annoncer ces bonnes nouvelles, Geneviève Guilbault a toutefois tenu à servir une mise en garde aux Québécois face à cette nouvelle étape du déconfinement.

«La tenue de rassemblements extérieurs est une bonne nouvelle puisqu'elle permettra aux gens de revoir leurs amis et leurs proches ainsi que de profiter de l'extérieur. On savait que des personnes se réunissaient déjà. On présente aujourd'hui des balises claires pour se réunir à l'extérieur. Par contre, ces nouvelles étapes vont dépendre de la capacité des Québécois à respecter les bonnes habitudes qu'ils suivent depuis le début du confinement», a souligné Mme Guilbault.

Les infirmières pourront prendre des vacances

Enfin, afin vraisemblablement de mettre fin au conflit en cours entre les syndicats et le gouvernement sur cette question, la vice-première ministre a annoncé que les infirmières pourront prendre des vacances cet été.

Rappelons qu'en raison d'un décret gouvernemental, les centres intégrés de santé et de services sociaux (CISSS) ont obtenu le pouvoir de suspendre les vacances des infirmières afin de résorber les pénuries de main-d'oeuvre provoquées par la crise sanitaire. 

En «zone froide», les vacances seront accordées aux infirmières selon les dispositions normalement en vigueur dans le réseau de la santé.

Les plus lus

COVID-19 : une nouvelle fermeture des commerces à Lévis serait désastreuse

Alors que la deuxième vague de COVID-19 semble se rapprocher de plus en plus, le maire Gilles Lehouiller s’alarme des conséquences désastreuses que de nouvelles mesures de fermeture préventive des commerces pourraient avoir à Lévis. La région pourrait en effet basculer d’un niveau d’alerte jaune à orange entrainant un reconfinement partiel si le nombre de cas continue d’augmenter.

Legault lance un rappel à l'ordre

Alors que les nouveaux cas confirmés d'infection au nouveau coronavirus sont à la hausse au Québec depuis quelques jours, le premier ministre du Québec, François Legault, a appelé les Québécois, le 31 août, à respecter scrupuleusement les consignes de la Santé publique afin que l'épidémie ne reprenne pas de vigueur.

François Legault tâte le pouls chez les élus de la région

Le premier ministre du Québec, François Legault, était de passage à Saint-Henri dans la MRC de Bellechasse pour rencontrer les maires de la région afin de discuter de relance économique et de santé, le 27 août. Une vingtaine de maires ainsi que la députée de Bellechasse, Stéphanie Lachance, ont participé à cette rencontre.

Écoles : la CSQ demande au ministre de la Santé de sortir de sa «bulle imaginaire»

Par voie de communiqué, la Centrale des syndicats du Québec (CSQ) et ses fédérations du réseau scolaire ont dénoncé, le 21 septembre, «l'incohérence des mesures, appliquées de manière disparate d'un milieu à l'autre», et l'impossibilité de maintenir les bulles de distanciation dans les écoles. Même que devant «l'aveuglement volontaire» des autorités et du ministère de l'Éducation, elles ont invité...

COVID-19 : Québec n'envisage pas d'implanter une application de notification de contact, pour le moment

Lors d'une conférence de presse à Montréal le 25 août, le ministre délégué à la Transformation numérique gouvernementale, Éric Caire, a annoncé que le gouvernement provincial n'ira pas de l'avant avec l'implantation d'une application mobile pour soutenir la lutte contre la COVID-19. Toutefois, Québec n'écarte pas d'utiliser une application de notification de contact si une deuxième vague d'infecti...

«Un vent de fraîcheur» à la tête des conservateurs

La course à la chefferie du Parti conservateur du Canada (PCC) s’est conclue dans la nuit du 24 août dernier, alors qu’Erin O’Toole a été élu à titre de chef du parti politique. Jacques Gourde, député conservateur de Lévis-Lotbinière, et Steven Blaney, député conservateur de Bellechasse-Les Etchemins-Lévis, se réjouissent de la nouvelle.

Services de garde : Québec dévoile son plan d’action

En compagnie du ministre de la Santé, Christian Dubé, et du conseiller médical stratégique de la Santé publique, le Dr Richard Massé, le ministre de la Famille du Québec, Mathieu Lacombe, a annoncé, le 27 août, que les services de garde éducatifs à l’enfance demeureront ouverts advenant une deuxième vague de COVID-19 dans la province.

Pont de Québec : «les libéraux n'ont plus d'excuse» selon Blaney

À la suite du dévoilement du rapport du négociateur Yvon Charest sur l’avenir du pont de Québec dans le Journal de Québec, le député de Bellechasse-Les Etchemins-Lévis, Steven Blaney, a demandé au gouvernement libéral «d’enfin respecter leur promesse, faite il y a plus de cinq ans», et de procéder à sa réfection.  

Conseil en bref : les trottoirs du chemin du fleuve seront modifiés

Le maire de Lévis, Gilles Lehouillier, et les conseillers municipaux se sont rassemblés lors d’une séance ordinaire du conseil, le 14 septembre dernier. Voici un résumé des principaux points abordés ou adoptés au cours de cette rencontre.

Lettre d'opinion - Surplus budgétaire à Lévis, une fausse bonne nouvelle…

Lundi dernier, la Ville de Lévis annonçait qu’elle prévoyait enregistrer des surplus de 7,4 millions de dollars pour l’année budgétaire 2020. Ceux-ci s’ajoutent à une série d’années excédentaires, dont l’an dernier, quand 13 millions de dollars restaient dans les coffres de la Ville à l’aube de la crise sanitaire. Que la gouvernance municipale ne soit pas surendettée, certes. Mais derrière cette «...