CRÉDIT:PAGEFACEBOOKMARINATHIBEAULT

Quand elle a quitté le violon pour l’alto, Marina Thibeault venait de trouver son instrument, celui dont elle voulait jouer. Dans une épopée toute féminine de la musique pour alto du 19e siècle au 21e, l’altiste interprétera des chefs-d’œuvre écrits pour cet instrument lors de son concert à L’Anglicane le 25 mai, accompagnée de la pianiste Janelle Fung.

L’alto est un instrument proche de la voix humaine, dans un registre «chaleureux» situé entre le violon et le violoncelle. «C’est comme si les deux s’étaient mariés et avaient fait cet enfant», illustre l’altiste Marina Thibeault, sacrée Révélation Radio-Canada Classique 2016-2017 entre autres distinctions.

Au fil des derniers siècles, l’instrument a surtout été utilisé comme accompagnement aux époques baroque et classique. «À cause de sa grande taille, il était énorme, il était souvent mal manié et ça ne sonnait pas très bien.»

Trop gros, trop inconfortable, l’instrument n’a pas bonne réputation. Des artistes talentueux vont toutefois remettre l’alto en lumière tels que William Primrose, Lionel Tertis et Rebecca Clarke. «Ça a inspiré plusieurs grands compositeurs à écrire du grand répertoire pour l’instrument comme soliste», note Marina Thibeault.

À ses débuts, Marina Thibeault choisit le violon. «J’avais un voisin violoneux et j’ai commencé à jouer du folklore.» En fait, elle ne connaît pas encore l’existence de l’alto. Étudiante au conservatoire, la jeune fille côtoie peu d’altistes, rares parmi les musiciens.

À 15 ans, elle entend jouer de l’alto pour la première fois au Domaine Forget de Charlevoix. Marina Thibeault se demande aussitôt pourquoi elle joue du violon alors que l’alto se révèle être l’instrument par lequel elle veut s’exprimer et chanter. «Les instrumentistes, tout ce qu’on veut c’est chanter avec notre instrument.»

Des compositrices de talent

Au-delà de la musique mais toujours grâce à son art, Marina Thibeault joue au diapason des changements sociaux, particulièrement ceux qui touchent les femmes afin de leur ouvrir la voie vers davantage de reconnaissance et de nouvelles perspectives.

Elles, son second disque qu’elle interprètera pour la première fois dans la région et pour une unique représentation, rassemble plusieurs chefs-d’œuvre écrits pour l’alto.

Particularité de ce programme, sa sélection ne contient que des pièces composées par des femmes, dont le talent ne laisse plus de place aux considérations de genre : Clara Schuman, Fanny Hensel, Nadia Boulanger, Rebecca Clarke, Lilian Fuchs et Anna Pidgorna.

«Je voulais m’assurer que ce n’était pas juste un concept idéaliste. Les œuvres sont sur cet album d’abord parce que c’est de la grande musique. Et aussi, elles ont été écrites par des femmes», souligne la musicienne.

Ce qui ne leur a pas toujous valu d’être reconnues à la hauteur de leur talent. Compositrice et altiste, Rebecca Clarke a été freinée dans sa carrière, comme l’explique Marina Thibeault. Lauréate d’un deuxième prix pour sa Sonate pour alto et piano, «elle avait failli gagner le premier. Mais c’était tellement extraordinaire comme œuvre que les juges croyaient qu’un homme avait utilisé un pseudonyme de femme et l’avaient pénalisée pour ça.» Et, ses œuvres programmées au Carnegie Hall l’ont été sous pseudonyme masculin, rappelle-t-elle.

«Je veux lui donner la valeur que j’aurais aimé qu’elle reçoive il y a longtemps. Je veux la faire rayonner dans un univers qui ne l’a pas propulsée où elle aurait dû aller.»

Si de plus en plus de compositrices sont programmées, «le danger c’est qu’on ne les voit pas comme les compositeurs, que ce soit juste un thème, du marketing. En choisissant des compositrices, on inspire les jeunes compositrices à continuer dans leur voie».

Les plus lus

L’ascension musicale de Rosalie

C’est vêtue de son rose fashion à la montréalaise que la jeune chanteuse Rosalie Roberge s’est arrêtée à la résidence familiale du Vieux-Lévis pour profiter de courtes vacances entre deux projets. Un bon moment pour faire le point autour d’un café, alors qu’elle joint depuis peu sa voix au groupe de jazz québécois The Lost Fingers.

Le peintre des parfums s’installe au Club de golf de Lévis

Après 70 ans passés à Lévis, le résident de Saint-Augustin expose ses œuvres dans sa ville natale. Guy Bégin crée une peinture impressionniste inspirée de ses voyages et des paysages de l’Europe et de la Californie.

Le VBP sort ses coups de cœur pour fêter ses 15 ans

Les spectateurs du Vieux Bureau de Poste (VBP) en verront de toutes les couleurs cet automne pour la quinzième année de la salle de spectacle. Le VBP propose plus de trente spectacles aux styles variés.

Megan Jobin chante l’amour

Megan Jobin revisitera les grands succès et les plus belles chansons d’amour lors d’un concert, le samedi 28 septembte à l’Espace jeunesse Espéranto. La jeune chanteuse de Québec a été révélée au grand public grâce à sa participation à La Voix Junior.

Une aventure berlinoise pour Amélie Laurence Fortin

La directrice générale et artistique du centre d’artistes en art actuel Regart s’est envolée à Berlin, où elle sera en résidence artistique pendant un an. L’opportunité de se consacrer à sa pratique artistique et développer de nouveaux projets.

Une soirée avec Joni Mitchell à L’Anglicane

La chanteuse Karen Young et la pianiste Marianne Trudel revisitent les œuvres de Joni Mitchell avec beauté, poésie et tendresse. Une exploration en clair-obscur de cette grande dame de la chanson, particulièrement émouvante, le 24 août à L’Anglicane.

Deux conteurs dans les pas de Louis Fréchette

Pour la première fois, la Maison natale de Louis Fréchette accueille deux conteurs venus d'Ontario et d'Acadie en résidence. Inspirés par la ville, les contes de Louis Fréchette et du terroir québécois, ils écrivent chacun une nouvelle histoire qui sera présentée deux fois à Lévis.

Un automne de toutes les couleurs à L’Anglicane

À l’image d’une courtepointe, la programmation d’automne de L’Anglicane reflète la richesse de la création d’ici et d’ailleurs. Plurielle et d’origines diverses, la production artistique se fait tantôt introspective, quelques fois critique, souvent festive et éminemment inventive.

Le charme anglais marié à la chaleur gaspésienne à L'Anglicane

Révélé lors de sa participation à la demi-finale de l’émission La Voix 2017, Sam Tucker se démarque par son timbre rauque et son approche musicale sensible. Accompagné de trois musiciens, il sera de passage à L’Anglicane, le 5 septembre.

Odette Théberge peint les traces laissées par le temps

L’artiste de Québec expose ses peintures au Centre d’exposition Louise-Carrier. Résonances - Les murs se racontent est présentée du 8 septembre au 2 octobre.