Luca Jalbert et les jeunes acteurs de la websérie ont tourné cet été la saison 2. CRÉDIT : DUQUET - PHOTOGRAPHIE

Un premier salon de l’épouvante et du fantastique se tiendra le samedi 5 octobre, au Patro de Lévis. À l’invitation du Lévisien Luca Jalbert, le créateur de Ça fout la chienne, petits et grands, y partageront passion et frisson.

Bien plus qu’un magazine, Ça fout la chienne veut rassembler les jeunes passionnés par les histoires qui font peur. À l’occasion du premier anniversaire du trimestriel, les amateurs du genre se retrouveront lors d’une soirée dans la lignée de l’univers de la revue.

«C’est une soirée entre mini salon du livre, Comic-Con et projections. Il y en aura pour tous les goûts! On va lancer le mois d’octobre en se mettant dans l’ambiance d’Halloween», annonce Luca Jalbert. 

Au programme de la première édition de la Soirée qui fout la chienne : des auteurs québécois, un bazar de la terreur, tapis rouge et projection en avant-première du premier épisode de la saison 2 de la websérie Ça fout la chienne en présence des jeunes acteurs, tables rondes littéraires et cinématographiques ainsi que projections de courts-métrages terrifiants.

Parmi les invités, les écrivains Marilou Addison, Carolyn Chouinard, France Gosselin, Pierre-Luc Lafrance et Frédéric Raymond seront présents sur place pour rencontrer le public. Le collectionneur Danny Drouin présentera des affiches, des figurines, des livres et autres trouvailles. 

Jouer avec l’adrénaline

Pour ses organisateurs, l’événement se veut «un moment de partage et de rencontre dans le milieu de l’épouvante et de l’horreur au Québec». Plus méconnu, le genre qui n’a rien de dark n’est pourtant pas réservé aux adultes et rassemble de nombreux créateurs, souligne Jonathan Reynolds. 

«Tout en étant dans un milieu sécuritaire, les jeunes affrontent leurs peurs, jouent avec l’adrénaline et vivent le vertige grâce à l’épouvante. Pourquoi les jeunes vont tant au cinéma en gang se faire peur? Et quand ils sortent, ça rit!», observe Luca Jalbert.

La création d’un monde

Tournée à Lévis et en Chaudière-Appalaches pendant l’été, la saison 2 de la websérie Ça fout la chienne sera officiellement lancée le 30 octobre. Cet automne, ce sont deux épisodes indépendants l’un de l’autre qui seront diffusés en ligne sur la chaîne YouTube du magazine.

Puis en mars prochain, cinq épisodes seront dévoilés. Cette fois, chaque partie se déroulera dans un seul et même univers. La série suivra un groupe de jeunes qui va en rencontrer d’autres sur plusieurs saisons. 

«La deuxième saison était vouée à être réalisée de la même manière que la première», rappelle Luca Jalbert. Sauf que les jeunes lui demandaient toujours à la fin de chaque épisode de la saison 1 ce qui arrivait au héros… «Mais il n’y avait pas de suite, c’était une petite histoire en elle-même», admet-il.

Alors, en cours de réalisation et à la demande de son public, le réalisateur a décidé de faire le lien entre les histoires et de raconter les aventures des «enfants perdus», un groupe de quatre à cinq jeunes qui rencontrent des phénomènes surnaturels ou paranormaux. «C’est l’amitié avant tout, sans elle ils ne pourraient pas affronter les événements. Finalement, je suis en train de créer un monde.»

La Soirée qui fout la chienne, le 5 octobre dès 17h, au Patro de Lévis. Les profits de la soirée iront directement aux jeunes du Patro de Lévis et à la production du magazine.

Les plus lus

Il reproduit seul la musique et les chants de Bohemian Rhapsody

Originaire de Lévis, le chanteur et multi-instrumentiste Jacob Roberge est récemment devenu une vedette du Web grâce à sa plus récente création. Le temps d’une vidéo YouTube, il s’est transformé en chacun des membres du mythique groupe de rock britannique Queen pour présenter sa version de Bohemian Rhapsody.

Des expositions virtuelles pour des finissants du CLL

Plutôt que d’exposer leurs œuvres chez Regart et au Centre d’exposition Louise-Carrier comme leurs prédécesseurs, les 16 finissants du programme d’arts visuels du Cégep de Lévis-Lauzon (CLL) présenteront leurs nouvelles œuvres sur le Web, du 12 mai au 15 août.

L’art pour faire du bien

Depuis le début de la crise de la COVID-19, les Québécois ont fait preuve de créativité pour se changer les idées. Lévis n’y fait pas exception et plusieurs résidents de la ville ont utilisé l’art pour éloigner l’ennui tout en divertissant les membres de leur communauté.

Le déconfinement de la culture débutera le 29 mai

C’est une première étape. Les musées, les comptoirs de prêt des bibliothèques et les ciné-parcs pourront rouvrir au public le 29 mai.