CRÉDIT : AUDE MALARET

Salle de musique, studios ou encore atelier d’arts plastiques, des espaces de pratique flambant neufs ont été aménagés sur deux étages. Avec ces nouveaux équipements, l’école secondaire privée s’agrandit pour mieux recevoir les élèves et répondre à leurs besoins.

L’École Marcelle-Mallet possède des installations spécialement dédiées à la pratique des arts visuels et de la musique. Inauguré le 28 octobre, le Pavillon des arts représente un investissement de 1,5M$. Ce projet a été soutenu par la Fondation, qui appuie le développement de l’école, et des partenaires, dont les Sœurs de la Charité de Québec et la Caisse Desjardins de Lévis.

Cinq espaces privés pour la pratique de la musique, un espace collectif pour l’enseignement de la musique et la pratique de l’orchestre de l’école, un studio d’enregistrement, une salle de tournage et d’infographie, un laboratoire pour les travaux pratiques en arts, une salle polyvalente, munie d’une scène et avec accès à une terrasse extérieure, ont été créés.

Le Pavillon des arts constitue la deuxième phase d’un grand projet structurant pour l’école. Une première phase avait été réalisée avec l’aménagement d’une salle d’entraînement à l’automne 2018. La mise en œuvre de ces trois phases est soutenue par la Fondation de l’École Marcelle-Mallet qui mène une campagne de don majeure. Lors de la dernière étape, l’accent sera mis sur le soutien aux initiatives en pédagogie innovante. 

Faire éclore les talents

Grâce à ces nouvelles installations «propices à l’éclosion des talents», l’établissement veut que les élèves évoluent dans «un milieu de vie stimulant» qui favorise «leur épanouissement et leur réussite dans un environnement bienveillant». Ces lieux se veulent «adaptés à la découverte artistique et musicale sous toutes ses facettes».

«Que ce soit lors d’un cours de musique ou d’arts, ou lors d’une activité parascolaire telle que notre groupe de drumline, les élèves pourront diversifier leurs pratiques culturelles et artistiques en ayant dorénavant accès à une offre plus complète. Tout est en place pour en faire des leaders créatifs», a déclaré le président du conseil d’administration de l’École Marcelle-Mallet, Louis Aubé.

Avant leur transformation, les locaux qui accueillent le Pavillon des arts avaient pour vocation l’hébergement des religieuses à une autre époque de l’institution. Dans certaines des anciennes cellules, qui ne contenaient guère plus qu’un simple lit, il y a maintenant des pianos.

Quant à la salle polyvalente, la table du lavoir, des laveuses et des sécheuses y ont un jour été en fonction, avant les rénovations. Il y avait même un trou d’évacuation dans le sol pour que l’eau puisse s’écouler. Avec ses équipements modernes, le Pavillon des arts marque le début d’une nouvelle ère pour ces lieux chargés d’histoire.

Sur la première photo : Maude Larose, élève, Nathalie Larose, présidente de la Fondation, Étienne Guay, de la Caisse de Lévis, Sœur Monique Gervais, supérieure générale des Sœurs de la Charité de Québec, Louis Aubé, président du CA, Gilles Lehouillier, maire, François Paradis, député, Robin Bernier, directeur général et Roxanne Potvin, élève.

Les plus lus

La vague de Laurent Gagnon déferle à Lévis

Alors que le nouveau complexe aquatique de Saint-Nicolas ouvre enfin ses portes au public le 18 janvier, les premiers visiteurs découvriront, en plus des installations sportives, une œuvre sculpturale de l’artiste de Québec Laurent Gagnon. L’artiste nous a ouvert les portes de son atelier pendant le processus de création.

Le sapin de Léna

Comme chaque année, l'auteure lévisienne Brigitte Allard nous propose un conte de Noël de sa création. Bonne lecture!

12 danseuses lévisiennes avec Les Grands Ballets

Lors de la présentation de Casse-Noisette au Grand Théâtre de Québec en décembre dernier, 12 élèves de l’école Élédanse étaient du spectacle.

Regard artistique bienveillant sur la petite enfance

Dans le cadre de la Grande semaine des tout-petits, le centre de la petite enfance (CPE) La Chiffonnelle (Mouvement Desjardins), a voulu mettre en lumière le nouveau programme éducatif des services de garde à la petite enfance.

Une exploration poétique de la part trouble de la maternité

Souvent tus, les recoins les plus obscurs de la maternité sont explorés par Anne-Marie Desmeules dans Le tendon et l’os. Ce récit poétique parle de ce qui ne se dit pas, de la noirceur qui teinte l’existence. L’autrice amène dans la lumière et l’acception des émotions enfouies.

Ses sculptures à Montréal

Le joueur de hockey vedette, Guy Carbonneau, a été intronisé au Temple de la renommée. Rosanne Pommerleau, sculptrice qui a récemment quitté Saint-Michel-de- Bellechasse pour s’installer à Saint-Gervais, a réalisé son portrait en bronze pour le musée des Canadiens. Guy Carbonneau est le troisième joueur sculpté par l’artiste en haut relief, après Rogatien Vachon et Mark Recchi.

La couronne de la Reine de Lévis exposée à Regart

En collaboration avec le 10e anniversaire de la Revengeance des duchesses, Regart présente une installation de la reine de Lévis, Andréanne «Virgule» Béland, dans la vitrine jusqu’au 20 janvier.

Une œuvre de Daniel Bonneau au ministère de la Culture

Grâce à l’aide du député de Chauveau, Sylvain Lévesque, Daniel Bonneau, peintre naturaliste de Saint-Anselme, a pu remettre, le 17 décembre dernier, l’une de ses animations sur pierre à la ministre de la Culture du Québec, Nathalie Roy.

Un voyage inoubliable raconté

Le Club de photo de Lévis recevra Denis Bouchard, le 13 janvier dès 19h au Juvénat Notre-Dame de Saint-Romuald, dans le cadre de sa série d'activités. présentera une conférence sur son safari photo en Tanzanie.

Une nouvelle saison de rencontres littéraires foisonnantes

Autour d’une tasse de thé, les amateurs de mots sont conviés à des rencontres surprenantes et émouvantes avec des auteurs. La saison littéraire à la Maison natale de Louis Fréchette débute le 26 janvier.