Accompagné de son plus fidèle compagnon de route, sa guitare, l’auteur-compositeur-interprète James Forest sera de passage le 15 novembre, dans l’ambiance intimiste de la salle de Saint-Romuald.

D’aussi loin qu’il se souvienne, le monde de James Forest a toujours tourné autour de la musique. L’artiste ne se déplace jamais sans une guitare dans les bras ou sur le dos. La seule raison pour laquelle ce voyageur infatigable accepte de s’assoir, c’est pour jouer du piano. Il s’inspire d’ailleurs de ses périples afin de créer des mélodies qui transportent ceux qui les écoutent.

«J’aime la route et les voyages car ils sont comme la musique, ils me plongent dans le moment et ce qui l’habite, ils me connectent à l’essentiel. Ils m’ouvrent à la magie. Toutes les différentes cultures et traditions sont d’une si grande richesse, elles remettent mes repères en question régulièrement, ce qui me fait évoluer en tant qu’être humain», partage le musicien.

Ses chansons parlent de la complexité du quotidien et de la simplicité du moment présent, un paradoxe qui l’inspire. «J’aime être l’observateur, j’essaie de décrire mes visions et perceptions avec le plus de fluidité possible. Prendre le temps d’écouter notre petite voix intérieure est primordial. Mettre nos priorités à la bonne place et s’accorder au mouvement est une quête sans fin», remarque celui qui a composé quatre albums et un EP.

«La musique naît du silence»

La nature fait partie du quotidien de James Forest et le nourrit. «Tout les matins, j’essaie de prendre le temps de marcher dans les champs, ça me recentre et me balance. Les quatre éléments m’inspirent, me bercent et me parlent sans cesse. Sans l’union avec la nature, je serais probablement perdu. La musique naît de ce grand silence, de la beauté des grands espaces qui nous touchent profondément», poursuit-il.

À la fois doux et poignant, le son folk de James Forest s’accompagne de textes fragiles, romantiques et nostalgiques, sublimés par ses accords de guitare. «C’est un folk minimaliste et spaciale qui laisse beaucoup de place à l’improvisation et à la spontanéité du moment», présente le chanteur. Avec sa voix envoûtante et son charisme d’aventurier, James Forest rappelle l’essentiel de la vie, en toute simplicité et authenticité. 

C’est à un moment unique, prévient-il que peut s’attendre le public du Vieux Bureau de Poste (VBP). «Tous mes spectacles sont différents selon l’ambiance, les couleurs, la journée… Les gens vont oublier le temps qui court et déconnecter quelques instants pour se recentrer sur des choses qui font du bien et partager de la douceur.»

«Avec la musique, j’essaie de transmettre l’importance d’être ici et maintenant. Je ne me vois pas vraiment comme un entertainer, mais plutôt comme quelqu’un qui partage du vrai et de la douceur. J’espère que mon univers sonore propose l’intériorisation et calme le mental, c’est ce qui m’importe.»

Les billets sont en vente par téléphone au 418 839-1018 ou sur le site Web de la salle. La programmation complète est disponible sur le site vieuxbureaudeposte.com où vous pourrez écouter des extraits humoristiques et musicaux des artistes à l’affiche.

Les plus lus

Le folk poétique de James Forest à découvrir au VBP

Accompagné de son plus fidèle compagnon de route, sa guitare, l’auteur-compositeur-interprète James Forest sera de passage le 15 novembre, dans l’ambiance intimiste de la salle de Saint-Romuald.

Un Filon de richesses à découvrir en photo à Lévis

Projet F. Ça ressemble à un mystérieux nom de code, à un plan des plus secrets. Si vous vous rendez dans quatre des bibliothèques de la Ville, à Lévis, Pintendre, Saint-Étienne-de-Lauzon et Charny, ce sont Les mille visages du communautaire que vous rencontrerez plutôt que des agents secrets.

Regart honoré par la Ville de Lévis

À l’occasion de la 33e édition des Prix d’excellence des arts et de la culture qui se tenait le 25 novembre à Québec, le centre d’artistes en art actuel Regart a remporté le Prix Ville de Lévis. L’organisme s’est mérité une bourse de 1 000 $. 

Natasha Kanapé-Fontaine en visite à Pointe-Lévy

L’artiste autochtone Natasha Kanapé-Fontaine, qui était de passage à Lévis à l’occasion d’un spectacle à L’Anglicane, a rendu visite aux élèves de l’École Pointe-Lévy, le 25 octobre.

François Bellefeuille au Cégep de Lévis-Lauzon

Bardé de récompenses pour ce deuxième one-man-show intitulé Le plus fort au monde, François Bellefeuille est passé maître dans l’art de faire rire. Le 14 novembre au Cégep de Lévis-Lauzon, l’humoriste se racontera avec la folie décoiffante qui a fait sa réputation.

Cindy Bédard traverse la vie en musique

La country de l’auteure-compositrice-interprète Cindy Bédard résonnera au Vieux Bureau de Poste le 22 novembre prochain. L’artiste à la voix unique présentera son plus récent opus Cœur sédentaire et de nouvelles chansons.

Prix Ville de Lévis : trois organismes dans la course

Les finalistes pour le Prix Ville de Lévis ont été dévoilés. Le gagnant sera annoncé le 25 novembre au Diamant, à Québec. Trois organismes lévisiens sont en lice : Regart, centre d’artistes en art actuel (sur la photo), l’Espace culturel du Quartier et l’Orchestre d’harmonie des Chutes.

L’ensemble J’ay pris amours célèbre Noël

Les musiciens et les chanteurs présente leur concert du temps des fêtes, Un nouveau-né à Bethléem, le 30 novembre à l’École de musique Jésus-Marie. Les pièces sont puisées dans des recueils de chants de Noël du 15e au 18e siècles, d’Europe et d’Amérique.

Le Chœur Polyphonique de Lévis fête ses 30 ans

Premier événement de cette saison anniversaire, le concert du temps des Fêtes de l’ensemble lévisien aura lieu le 8 décembre, à l’église Notre-Dame-de-la-Victoire, à Lévis. Noël français ouvrira les célébrations de la trentième année d’existence du chœur.

Le Chœur du Cégep de Lévis-Lauzon enchante Noël

Pour célébrer la joie du temps des fêtes et chasser le froid, le Chœur du Cégep de Lévis-Lauzon donnera son concert Noël Enchanté, le 1er décembre à l’église Christ-Roi.