À 70 ans, Michel René a mis au monde son premier roman, L’homme nouveau.

Bien connu à Lévis à titre de propriétaire pendant de nombreuses années de L’Écho de la Rive-Sud, Michel René a récemment réalisé un rêve qu’il caressait depuis longtemps. En effet, le Lévisien a vu son premier roman, L’homme nouveau, faire son apparition sur les tablettes des librairies.

«Depuis l’adolescence, je rêve d’écrire. J’ai étudié en littérature, mais j’ai pris d’autres directions pour ma carrière. Toutefois, je me suis toujours dit que je reviendrais dans ce domaine qui me passionne, pour créer plutôt qu’analyser», partage d’emblée l’auteur de 70 ans.

C’est à la suite de nombreuses discussions avec Richard Giguère, l’un des cofondateurs de la Fondation Giguère, que Michel René s’est lancé dans cette première aventure littéraire. Rappelons que la Fondation Giguère a pour mission de faire progresser l’amour afin de parvenir à un monde meilleur et à stimuler la croissance spirituelle en «diffusant des messages qui questionnent ou qui proposent l’espérance».

Si au départ les deux hommes ont travaillé sur le scénario d’un film, ils ont par la suite planché sur le projet d’un livre qui allait devenir L’homme nouveau. À partir d’une idée originale de Richard Giguère, Michel René a écrit l’œuvre qui s’inscrit dans la démarche de la Fondation Giguère.

Dans L’homme nouveau, les lecteurs peuvent suivre les péripéties de Christian Léveillé.  Une nuit de pleine lune, ce dernier sent le besoin de sortir et marcher dans la nature. Sans s’y attendre, il vit alors une expérience spirituelle intense et transformatrice. 

S’en suit une quête incessante, où il est préoccupé par l’idée de Dieu tout en doutant de son existence. En parallèle, le roman suit la femme de Christian, Lili. Si cette dernière est parfois déroutée par l’attitude monastique de son mari, elle lui fait confiance et l’appuie sur ce parcours, sans nécessairement partager ses convictions.

«Dans ce premier roman à caractère spirituel, j’aborde l’idée de Dieu avec la foi d’un autre. Le tout a ouvert une brèche dans le mur de mes convictions et ça laissé filtrer une nouvelle lumière. En plus de cette quête spirituelle, le roman raconte une belle histoire d’amour. Je voulais écrire une histoire inspirante», explique M. René.

Notons finalement que L’homme nouveau semble être le début d’une collaboration fructueuse entre Michel René et Richard Giguère. En effet, les deux hommes planchent sur la suite de ce premier roman et ils aimeraient également publier une autre œuvre.

Les plus lus

La vague de Laurent Gagnon déferle à Lévis

Alors que le nouveau complexe aquatique de Saint-Nicolas ouvre enfin ses portes au public le 18 janvier, les premiers visiteurs découvriront, en plus des installations sportives, une œuvre sculpturale de l’artiste de Québec Laurent Gagnon. L’artiste nous a ouvert les portes de son atelier pendant le processus de création.

Une œuvre de Daniel Bonneau au ministère de la Culture

Grâce à l’aide du député de Chauveau, Sylvain Lévesque, Daniel Bonneau, peintre naturaliste de Saint-Anselme, a pu remettre, le 17 décembre dernier, l’une de ses animations sur pierre à la ministre de la Culture du Québec, Nathalie Roy.

Une nouvelle saison de rencontres littéraires foisonnantes

Autour d’une tasse de thé, les amateurs de mots sont conviés à des rencontres surprenantes et émouvantes avec des auteurs. La saison littéraire à la Maison natale de Louis Fréchette débute le 26 janvier.

Concours d’œuvres d’art : la liste des artistes dévoilée

Les œuvres choisies dans le cadre de la 22e édition du Concours d’œuvres d’art de Diffusion culturelle de Lévis seront présentées du 26 janvier au 26 février au Centre d’exposition Louise-Carrier.

Un voyage inoubliable raconté

Le Club de photo de Lévis recevra Denis Bouchard, le 13 janvier dès 19h au Juvénat Notre-Dame de Saint-Romuald, dans le cadre de sa série d'activités. présentera une conférence sur son safari photo en Tanzanie.

Une expo pour les jeunes à la rencontre des animaux

Après être partie à la rencontre des animaux du monde puis des oiseaux dans les albums jeunesse créés par deux grands-mamans de Lévis, la petite abeille bleutée Belavie rencontre cette fois son jeune public dans une exposition présentée à la bibliothèque Jean-Gosselin, à Charny.

Nadia Bélanger fait rimer blanc avec gourmand

Après le noir, l’artiste Nadia Bélanger vire au blanc. L’artiste revient à la Galerie d’Art des Deux-Ponts avec ses photographies culinaires, du 16 janvier au 29 février. Le visiteur est invité à redécouvrir l’art de la table d’un nouvel œil, celui de la photographe.

Les mélodies atmosphériques de l i l a au Vieux Bureau de Poste

L i l a est l’éclosion de l’auteure-compositrice-interprète Marianne Poirier, passée par La Voix en 2015. La chanteuse de Québec s’arrêtera au Vieux Bureau de Poste le 25 janvier avec un projet à son image, tantôt dark folk, tantôt dream pop, ambiant ou encore alternatif.

L’Anglicane lance sa nouvelle saison

Lors de la soirée de lancement de la programmation hiver-printemps qui sera présentée à L’Anglicane dans les prochains mois, The Lost Fingers (en concert le 12 juin dans la salle lévisienne), dont la chanteuse lévisienne Rosalie Roberge, ont offert une prestation (sur la première photo). 

Des œuvres bienfaitrices pour le Grand Village

L’Espace culturel du Quartier de Saint-Nicolas présente une exposition de tableaux réalisés par des personnes vivant avec une déficience physique et ou intellectuelle ou un trouble du spectre de l’autisme.