Passionné des mots, Jérôme 50 invente de nouvelles expressions par besoin d’exprimer une autre réalité. CRÉDIT:ROSALIE BEAUCAGE

Le 13 mars, Jérôme 50 amènera les spectateurs du Vieux Bureau de Poste (VBP)dans son camp de vacances, lieu imaginaire où s’unissent premières amours et questionnaires existentiels. Parolier hors pair accompagné de mélodies accrocheuses, l’auteur-compositeur présente son troisième album, sorti en juillet dernier.

Lui qui a toujours été passionné par les mots, il a même étudié la linguistique à l’Université Laval, joue sans cesse avec la langue dans ses chansons, n’hésitant pas à créer de nouvelles expressions et à s’exprimer à sa façon à l’image d’une génération qui se distingue par son langage.

«Les jeunes cherchent toujours de nouveaux modèles linguistiques pour s’autodéterminer. Ils vont toujours chercher des moyens de se différencier des générations plus vieilles», partage Jérôme 50, dont le nom lui vient de la Labatt 50 puisqu’il dit être tombé dedans comme Obélix petit dans le chaudron de potion magique. 

Le chef de file des jeunes chilleurs s’est d’ailleurs fait connaître avec son premier album La hiérarchill, en 2018. «La hiérarchill, ce n’était pas tant le désir d’inventer un mot, le mot m’est venu», raconte-t-il.

«Quand je crée des mots, c’est parce qu’il y a un besoin, que j’ai envie de m’exprimer comme ça, plus que pour inventer un mot pour le style. C’est par besoin de communication.»

De nouveaux modèles

 Jérôme 50 raconte une révolution, qui prend forme dans sa génération, «et même, une révolution tranquille», pense-t-il. Alors, il parle de ceux qui ont choisi de ne pas faire tourner leur vie autour du travail et qui affirment leur choix de profiter sans toujours se casser la tête. 

«Répéter les mêmes modèles d’avant, ça ne m’intéresse pas. Je donne une mention d’honneur à ces gens là, lance Jérôme 50. Je reconnais une beauté et un courage dans le fait de prendre ça chill, de chiller le plus possible pour apprécier ça vie.»

«On manque de main-d’œuvre, tout s’est développé, les gens ne veulent plus autant travailler, constate l’auteur-compositeur. Je ne pense pas que la société ni les jeunes régressent, ce n’est pas une régression. C’est une prise de conscience que le capitalisme et ses impacts ne peuvent pas mener la société à bon terme.»

Autre sujet qui revient dans ses chansons, la banlieue, dont il parle indirectement ou directement.

«J’ai toujours trouvé que c’était un drôle de système, la fameuse banlieue américaine, dans un pays, pour moi le Québec c’est un pays. Personnellement, je ne me reconnais pas dans ce modèle géographique et social, avec des maisons toutes pareilles, des centres d’achat et des autoroutes. Et beaucoup de mes amis non plus. Ce n’est pas un paysage dans lequel je me retrouve et c’est ce que je dépeins à travers mes chansons.»

Parfois considéré comme humoristique dans ses chansons, Jérôme 50 le nuance, même si dérision et gaieté se mêlent dans ses textes. «Quand les gens rient, parfois je préfèrerais qu’ils pleurent.»

«Je t’aime tellement, c’est une chanson d’amour. ‘‘Je t’aime tellement que je vomirai mon cœur dans ta face’’, pour moi c’est une preuve d’amour plus qu’une ligne à saveur humoristique. Ça peut fait rire, je comprends. J’ai envie que les gens qui m’écoutent essaient de voir derrière l’autre sens qui est caché.»

Pour son premier passage dans la salle lévisienne, Jérôme 50 prévoit de «profiter de l’ambiance chaleureuse du VBP» pour interpréter de nouvelles chansons et se réjouit du caractère intime de la salle qui permet d’être proche du public. 

Les plus lus

Deux anciens élèves de l’Aubier à La Voix

À la suite de son audition à l’aveugle à La Voix, télédiffusée le 23 février dernier, le Lévisien Francis Bernier rejoignait l’équipe de Cœur de pirate et une autre Lévisienne sélectionnée deux semaines auparavant, Laurie Drolet. Les deux artistes âgés respectivement de 22 ans et 20 ans ont tous deux étudié la musique à l’École secondaire de l’Aubier dans la classe d’Annie Laflamme et de Christian...

Une bibliothèque nouveau genre au temps du coronavirus

Pour faire face aux nombreuses restrictions dans la vie quotidienne qu’impose la crise du coronavirus, plusieurs initiatives de solidarité sont nées partout au Québec. Lévis ne fait pas exception, notamment grâce à Sébastien Chartrand. Pour permettre à ses concitoyens d’avoir accès à des livres, l’auteur lévisien a mis sur pied une bibliothèque mobile, le Livrensac.

Les talents du Collège de Lévis donne vie au Roi Lion

34 élèves sur scène, 30 choristes adultes et près de 200 costumes, il n’en fallait pas moins pour monter la comédie musicale Le Roi Lion. Girafes, éléphants, antilopes et autres animaux de la savane défileront au Collège de Lévis, le 2 avril prochain, pour la naissance du petit Simba.

L’art de chiller avec Jérôme 50 au VBP

Le 13 mars, Jérôme 50 amènera les spectateurs du Vieux Bureau de Poste (VBP)dans son camp de vacances, lieu imaginaire où s’unissent premières amours et questionnaires existentiels. Parolier hors pair accompagné de mélodies accrocheuses, l’auteur-compositeur présente son troisième album, sorti en juillet dernier.

Des Lévisiens en nomination aux Junos

Jazz Affair, un ensemble de jazz vocal dont font partie trois Lévisiens, a reçu une bonne nouvelle il y a quelques semaines. En effet, le groupe est en nomination dans la catégorie Meilleur album jazz vocal de l’année aux prix Junos, un prestigieux gala qui récompense les meilleurs artistes musicaux canadiens.

La Voix : Laurie Drolet passe à la prochaine étape, Francis Bernier éliminé

Les deux Lévisiens en lice à La Voix, Laurie Drolet et Francis Bernier, prenaient part à la deuxième étape du concours musical, les Duels, lors de l'émission télédiffusée hier sur les ondes de TVA (enregistrée avant la crise du coronavirus). Les deux artistes de la région ont connu des destins différents. Si Laurie Drolet poursuit l'aventure, Francis Bernier a été éliminé.

Une œuvre de Pierre Laliberté au parlement

Dans le cadre de l’exposition nomade Des œuvres qui donnent des ailes, présentée par la galerie d’art de Québec Urbania, le Lévisien Pierre Laliberté présente l’une de ses création afin de faire connaître au public les besoins des jeunes soutenus par la Maison Dauphine.

Des talents réunis pour une généreuse soirée musicale

Les Productions ÉJVA présentent Ensemble, un grand concert bénéfice au profit de la paroisse Saint-Joseph de Lévis qui réunira le 28 mars des solistes et grands ensembles musicaux de la région. Les sous récoltés seront remis à la paroisse, dont une partie pour la musique professionnelle lors des célébrations.

La francophonie célébrée par un spectacle

Des artistes de la chanson, de la musique traditionnelle et du conte donneront un spectacle le 20 mars, à la Courtisane à Lévis. Tous ont répondu à l’invitation de la Société nationale des Québécoises et des Québécois de Chaudière-Appalaches qui organise cette soirée dans le cadre de la Journée internationale de la Francophonie.

Le talent brut de Nicolas Gémus au VBP

L’auteur-compositeur-interprète sera de passage au Vieux Bureau de Poste (VBP), le 21 mars. Nicolas Gémus présentera son premier album Hiboux, qu’il a soigneusement muri et qui témoigne déjà de la maturité artistique du jeune musicien dans la vingtaine.