200 costumes et marionnettes ont été réalisés. CRÉDIT : AUDE MALARET

34 élèves sur scène, 30 choristes adultes et près de 200 costumes, il n’en fallait pas moins pour monter la comédie musicale Le Roi Lion. Girafes, éléphants, antilopes et autres animaux de la savane défileront au Collège de Lévis, le 2 avril prochain, pour la naissance du petit Simba.

C’est le grand cercle de la vie que les jeunes artistes du Collège de Lévis chanteront et danseront lors des trois représentations du Roi Lion. «Celui qui nous mène / À travers espoir / Douleur et joie / Jusqu’au jour enfin / Où l’on trouve sa place», dit la chanson.

À l’image du parcours du petit lionceau qui partira à la conquête de la Terre des Lions, et surtout de lui-même, et deviendra roi, les élèves ont suivi tout un apprentissage pour donner vie à l’œuvre de Disney. 

«C’est fantastique de les voir partir de pratiquement rien, sans aucune expérience de scène, et de se découvrir une passion, de se découvrir sur scène, mais aussi derrière», se réjouit le metteur en scène et directeur artistique, Alexandre De Grandpré.

Sur les planches, les spectateurs verront grandir les personnages. Simba et Nala affronteront ainsi les épreuves de la vie et deviendront des adultes. Un message qu’a voulu passer l’équipe aux adolescents afin de les préparer à ce qui les attend au cours de leur apprentissage. 

Grandir sur scène

«On prend un individu qui n’a jamais fait de théâtre et on l’amène à sortir de lui-même, explique Alexandre De Grandpré. Ils vont être sur scène quelque chose qu’ils n’étaient pas au départ.» Beaucoup de travail pour un résultat qui n’a rien à envier aux professionnels à en croire la dernière production Starmania, présentée en 2018.

Le tout s’inscrit dans la philosophie du Collège de Lévis qui se fonde sur la passion des arts, le dépassement de soi et de l’individu comme personne unique. «On ne formate pas les individus. On leur permet d’être des êtres humains plus grands que nature et des artistes épanouis», rappelle celui qui est aussi un ancien élève de l’établissement.

«C’est une belle expérience, partage Rosalie Lavoie qui joue la petite Nala et Lebo. On développe un esprit de gang au cours de l’année. C’est beau à voir. Chaque pratique, on avance. Même si ce n’est qu’un peu et qu’on n’avance pas autant à chaque fois, on en recueille toujours quelque chose de positif.»

La création scénique et musicale s’annonce grandiose avec 34 élèves sur scène, 30 choristes adultes et près de 200 costumes. Ce sont au total pas moins de 80 personnes qui contribuent à la réalisation du spectacle.

Des chorégraphies et des costumes sans pareil

Les 21 danseuses, qui incarnent aussi bien les animaux que la végétation qui évoluent autour des personnages principaux, changeront même jusqu’à huit fois de costume pendant la représentation. Des habillages qui demandent une grande logistique et un soutien minuté derrière le rideau.

Les costumes les plus complexes sont réalisés par une professionnelle de l’Opéra de Québec. Afin de représenter les animaux sur scène, il a en effet fallu créer des marionnettes, parfois très grandes comme les éléphants, qui s’animeront grâce aux mouvements des jeunes. Plusieurs bénévoles et proches de l’équipe ont aussi apporté leur contribution pour que tout soit fin prêt pour le grand jour. 

Recréer l’ambiance de la comédie musicale a mis au défi les artistes comme le directeur musical, Michel Aubert, la chorégraphe, Martine Grenier, et le metteur en scène. «Le Roi Lion, ce sont des animaux qui dansent. Ce sont d’autres sortes de personnages. C’est très recherché comme danse et aussi très varié», présente Martine Grenier.

Les danseuses ont ainsi découvert un nouveau style de danse et des mouvements différents. «Il y a des rythmes africains. Des fois, on fait des herbes quand on danse. On n’est pas habitué de faire ça. Je ne l’avais jamais fait. Il faut s’adapter. On joue un rôle en même temps qu’on danse», raconte Maève Simard, une des danseuses.

Avant d’être sous le feu des projecteurs, les jeunes artistes ont répété sans relâche, plusieurs fois par semaine, pour se glisser dans la peau des célèbres Simba, Nala, Timon, Pumbaa, Rafiki et les autres. Sorti en 1994, le dessin-animé n’a jamais cessé d’être regardé par les petits comme les grands. Tous l’ont vu et se plaisent à jouer ceux qui les ont fait rire et émus dans leur enfance.  

Les plus lus

Deux anciens élèves de l’Aubier à La Voix

À la suite de son audition à l’aveugle à La Voix, télédiffusée le 23 février dernier, le Lévisien Francis Bernier rejoignait l’équipe de Cœur de pirate et une autre Lévisienne sélectionnée deux semaines auparavant, Laurie Drolet. Les deux artistes âgés respectivement de 22 ans et 20 ans ont tous deux étudié la musique à l’École secondaire de l’Aubier dans la classe d’Annie Laflamme et de Christian...

Une bibliothèque nouveau genre au temps du coronavirus

Pour faire face aux nombreuses restrictions dans la vie quotidienne qu’impose la crise du coronavirus, plusieurs initiatives de solidarité sont nées partout au Québec. Lévis ne fait pas exception, notamment grâce à Sébastien Chartrand. Pour permettre à ses concitoyens d’avoir accès à des livres, l’auteur lévisien a mis sur pied une bibliothèque mobile, le Livrensac.

Les talents du Collège de Lévis donne vie au Roi Lion

34 élèves sur scène, 30 choristes adultes et près de 200 costumes, il n’en fallait pas moins pour monter la comédie musicale Le Roi Lion. Girafes, éléphants, antilopes et autres animaux de la savane défileront au Collège de Lévis, le 2 avril prochain, pour la naissance du petit Simba.

L’art de chiller avec Jérôme 50 au VBP

Le 13 mars, Jérôme 50 amènera les spectateurs du Vieux Bureau de Poste (VBP)dans son camp de vacances, lieu imaginaire où s’unissent premières amours et questionnaires existentiels. Parolier hors pair accompagné de mélodies accrocheuses, l’auteur-compositeur présente son troisième album, sorti en juillet dernier.

Des Lévisiens en nomination aux Junos

Jazz Affair, un ensemble de jazz vocal dont font partie trois Lévisiens, a reçu une bonne nouvelle il y a quelques semaines. En effet, le groupe est en nomination dans la catégorie Meilleur album jazz vocal de l’année aux prix Junos, un prestigieux gala qui récompense les meilleurs artistes musicaux canadiens.

La Voix : Laurie Drolet passe à la prochaine étape, Francis Bernier éliminé

Les deux Lévisiens en lice à La Voix, Laurie Drolet et Francis Bernier, prenaient part à la deuxième étape du concours musical, les Duels, lors de l'émission télédiffusée hier sur les ondes de TVA (enregistrée avant la crise du coronavirus). Les deux artistes de la région ont connu des destins différents. Si Laurie Drolet poursuit l'aventure, Francis Bernier a été éliminé.

Une œuvre de Pierre Laliberté au parlement

Dans le cadre de l’exposition nomade Des œuvres qui donnent des ailes, présentée par la galerie d’art de Québec Urbania, le Lévisien Pierre Laliberté présente l’une de ses création afin de faire connaître au public les besoins des jeunes soutenus par la Maison Dauphine.

Des talents réunis pour une généreuse soirée musicale

Les Productions ÉJVA présentent Ensemble, un grand concert bénéfice au profit de la paroisse Saint-Joseph de Lévis qui réunira le 28 mars des solistes et grands ensembles musicaux de la région. Les sous récoltés seront remis à la paroisse, dont une partie pour la musique professionnelle lors des célébrations.

La francophonie célébrée par un spectacle

Des artistes de la chanson, de la musique traditionnelle et du conte donneront un spectacle le 20 mars, à la Courtisane à Lévis. Tous ont répondu à l’invitation de la Société nationale des Québécoises et des Québécois de Chaudière-Appalaches qui organise cette soirée dans le cadre de la Journée internationale de la Francophonie.

Le talent brut de Nicolas Gémus au VBP

L’auteur-compositeur-interprète sera de passage au Vieux Bureau de Poste (VBP), le 21 mars. Nicolas Gémus présentera son premier album Hiboux, qu’il a soigneusement muri et qui témoigne déjà de la maturité artistique du jeune musicien dans la vingtaine.