Les gravures ont été réalisées à partir de motifs captés par la technique du cyanotype. CRÉDIT : AUDE MALARET

Composée de 16 gravures rehaussées au crayon de couleur, Nous ne contrôlons pas le soleil est une installation de Marie-Claude Drolet. L’œuvre est exposée dans la vitrine de Regart jusqu’au au 26 juin.

Nous ne contrôlons pas le soleil est l’aboutissement d’un processus mené par Marie-Claude Drolet. Sur la route entre Québec et Lunenburg en Nouvelle-Écosse, l’artiste a capté les silhouettes d’éléments naturels et artificiels en utilisant un procédé photographique ancien, le cyanotype. 

Sur une surface photosensible, on applique un mélange très réactif aux rayons ultraviolets. L’exposition au soleil permet alors d’y faire apparaître le tracé de ce qui a servi à la couvrir. La technique a permis à l’artiste de faire rapidement une récolte d’éléments expérimentale. Elle a même développé ses images dans un cours d’eau à proximité du lieu des captations. 

Réflexion sur le déplacement, l’œuvre parle de «l’attention qu’on porte au milieu qui nous entoure», explique Marie-Claude Drolet. «C’est une façon de prendre le temps d’être sur place et de sonder les éléments qu’on ne voit pas au premier coup d’œil. De comprendre son milieu aussi.»

L’artiste a ensuite transposé ces motifs captés en plein-air en gravure sur bois pour en faire une série abstraite, répétitive, mais dissemblable. Les hasards de l’estampe font que chacune est différente selon l’encre et la pression exercée. 

Une œuvre organique

Sur les impressions, l’artiste est intervenue au crayon de couleur pour «retracer les espaces libres» dans un dégradé de couleurs dispersé sur l’ensemble des œuvres. De ces ajouts colorés sont apparus «de nouveaux réseaux et de nouvelles compositions», dont «on sent l’aspect naturel» à travers les éléments graphiques et organiques.  

Toutes ensemble réunies, sous la forme d’un grand rideau qui occupe entièrement l’espace de la petite galerie, les œuvres évoquent des cartographies imaginaires. L’expérimentation de Marie-Claude Drolet a d’ailleurs été pensée spécifiquement pour l’espace de la vitrine, dont elle a utilisé les caractéristiques architecturales.

Originaire de Saguenay, Marie-Claude Drolet vit et travaille à Québec. Après des études en arts visuels à l’UQAC, elle a poursuivi en sculpture à la Maison des métiers d’art de Québec. Elle a présenté son travail dans le cadre de d’expositions individuelles et collectives dans la province et à l’étranger. 

Le 16 juin, une capsule sonore sera mise en ligne sur le site Web du centre d’artistes en art actuel. Dans l’enregistrement, l’artiste parlera de l’œuvre et de sa démarche artistique.

Marie-Claude Drolet sera présente le 26 juin de midi à 17h pour rencontrer, à distance bien sûr, les visiteurs lors d’un finissage progressif. L’installation sera ensuite démontée. 

Les plus lus

Des ados vedettes de la nouvelle série de Luca Jalbert

Cet été, Luca Jalbert a tourné la quatrième saison de sa web-série, qui fait partie de l’univers Ça fout la chienne et sortira au printemps prochain. Comme à son habitude, le bédéiste et cinéaste Lévisien a fait appel aux jeunes du territoire pour réaliser son projet. Rencontre avec deux acteurs en herbe.

HTF En famille, les retrouvailles ont bien eu lieu

Les 5 et 6 septembre, les danseurs du Québec avaient rendez-vous au Centre de congrès et d’exposition de Lévis. La compétition s’adressait aux danseurs solistes ainsi qu’aux danseurs duo et trio qui ont présenté leur numéro sur la scène Hit The Floor l’instant d’un week-end devant des juges québécois du monde de la danse.

Une fin de semaine à saveur pop sur l’avenue Bégin

Samedi 29 et dimanche 30 août, une programmation artistique et musicale des années 80 à aujourd’hui animera l’artère commerciale du Vieux-Lévis de 11h 30 à 18h. La rue sera piétonne de 10h à 22h, entre les rues Marie-Rollet et Saint-Étienne.

Le POOL - La Romaine 24 : un récit sportif à saveur nordique

Le POOL - La Romaine 24 est la première publication de l’auteur Ben Côté, un résident de Saint-Romuald originaire de l’Outaouais et qui a habité Saint-Antoine-de-Tilly, en passant par la Baie-James et la Basse-Côte-Nord. Cette autofiction est le reflet des expériences de l’écrivain, qui a enseigné près de 20 ans dans le nord du Canada.

Trois peintres, trois interprétations de la nature

L’Espace culturel du quartier de Saint-Nicolas a réuni dans une exposition collective trois peintres lévisiennes. Louise Daigle, Louise Forest et Nathalie Côté interprètent chacune la nature de manière très singulière. Une exposition à découvrir comme une grande bouffée d’air frais.

L’univers du heavy metal face à une force obscure

Avec sa trame sonore heavy métal, Abîmes est le nouveau roman adulte de Jonathan Reynolds. L’auteur connu pour ses livres d’horreur et d’épouvante, dont de nombreux titres pour la jeunesse, s’est installé à Lévis il y a quelques années.

Un confinement qui inspire Daniel Bonneau

Comme d’autres artistes de la région, le confinement imposé ce printemps par le gouvernement provincial afin de freiner la propagation de la COVID-19 aura été fertile en créations pour Daniel Bonneau. L’artiste animalier de Saint-Anselme a profité de cette pause dans la société afin de lancer une nouvelle série d’œuvres, des bancs où les animaux et la nature sont en vedette.

Le festival Contes du littoral en Bellechasse sera virtuel

La programmation complète de la 23e édition a été dévoilée. Les 11, 12 et 13 septembre, des conteurs et des conteuses de la région offriront en direct des performances aux amateurs de récits traditionnels.

Peindre l’indicible de l’âme

Ses toiles, empreintes de délicatesse, de poésie et de lumière, sont exposées dès 1970 dans des galeries renommées de Montréal et de Québec. Artiste établie de longue date à Lévis, Claudette Rinfret consacre sa vie à l’art, un amour qui la fait vivre, une passion devenue compagnon de tous les jours, avec qui elle partage ses pensées intimes. Rencontre.

Le Festival international du conte Jos Violon fête ses 18 ans

Le rendez-vous des mots et des arts de la parole se tiendra du 9 au 18 octobre. Sous la thématique Majeur et vacciné, le festival explorera les limites de l’émancipation ainsi que les aléas de la vie d’adulte.