Duncan Mazou est l’un des personnages qui donnent vie à l’œuvre de Wartin Pantois. CRÉDIT : AUDE MALARET

Des jeunes du CAPJ, le Centre aide et prévention jeunesse, ont joué les modèles pour Wartin Pantois. L’artiste de Québec les a photographiés, puis a réalisé un collage sur un mur de Lévis. L’un d’eux, Duncan Mazou, raconte cette expérience artistique dans laquelle il s’est reconnu.

Des chutes, il en a fait dans sa vie. Quand Duncan Mazou a trébuché, il s’est relevé, parfois soutenu par ceux qui l’entouraient. Jeune homme de 20 ans, des projets plein la tête et l’avenir devant lui, sa photo figure sur un des murs extérieurs du Centre aide et prévention jeunesse (CAPJ) de Lévis, élément du dernier collage de Wartin Pantois, Le ruissellement.

Une théorie économique dit que la richesse ruissellerait dans la société, des plus fortunés vers ceux qui ont moins. Pourtant, voit l’artiste, c’est plutôt la pauvreté qui se répand goutte à goutte et s’étend comme une flaque.

Sur le mur du CAPJ, ce n’est ni de l’eau ni des deniers qui tombent, ce sont des hommes, des femmes en chute. «Les oubliés d’un régime foncièrement injuste. Au sol, les éclopés s’accumulent, les gestes d’entraide aussi, mais la pauvreté continue de ruisseler», présente l’artiste de Québec, qui a déjà réalisé plusieurs œuvres éphémères sur la Rive-Sud.

Pourtant, aucun personnage ne regarde en l’air. «C’est vrai que souvent, quand il y a des problèmes de société, on s’en occupe une fois que les gens sont déjà tombés, une fois que c’est trop tard et non, avant que ça arrive», complète le figurant.

«Quand il y a des problèmes de société, on s’en occupe une fois que les gens sont déjà tombés.»

Sur le mur, Duncan Mazou est l’un des personnages de papier découpé qui composent l’œuvre extérieure, qu’on observe depuis la rue Saint-Joseph, à deux pas de l’église, face au monument Guillaume-Couture. Il aide une autre personne à se relever. Chacun son tour.

«On a tous, dans la vie, des chutes et des moments plus rough, témoigne le jeune homme. Ça ne s’arrête pas là et l’entraide est disponible. Les gens entre eux se tendent la main, sans passer par des organismes.» Même si, des fois, c’est leur soutien qui permet d’avancer.

Recevoir une seconde chance

À 17 ans, Duncan part vivre dans un «appart» et doit apprendre à se débrouiller dans la vie, sans ses parents, parce que «vivre, ensemble, c’était problématique». «La vie d’adulte, ce n’était pas l’affaire que je connaissais le plus», admet-il. À son arrivée un intervenant, l’aide à s’adapter et à établir un budget, tout ce dont le jeune avait besoin pour gérer sa vie, raconte-t-il.

«Mon ancien appart était ici, au CAPJ. Les organismes, tout ça, je connais. Ça a énormément changé le cours de ma vie.» Et, ce sont les intervenants qui lui ont tendu la main. «Ils m’ont dit, continue. Après, il faut aussi qu’on veuille s’aider. Des fois, tout ce qui manque, c’est le petit coup de pouce pour que ça arrive.»

Le centre, qui héberge et accompagne des jeunes, a donné une seconde chance à Duncan, c’est lui qui le dit. «Peu importe par où tu es passé avant, même si tu n’es pas une personne parfaite, tu as un endroit où tu peux réessayer différemment.»

Trouver sa place grâce à l’art

Désormais installé dans un logement de la coopérative d’habitation Carpe Diem à Lévis, il vient de terminer sa première année en éducation spécialisée, à Sainte-Foy. S’il a pris son temps pour choisir sa voie, après une session, «je savais que je ne m’étais pas trompé».

Et pour exprimer, ce qu’il n’arrive pas à dire, Duncan, lui, ne colle pas, mais dessine sur les murs. «J’ai commencé le graffiti quand j’étais au pensionnat, à 17 ans, à la fin de mon secondaire. J’ai trouvé ça au fond du local d’art, j’ai essayé. Ça a un côté libérateur.» Il aime partir «sur un coup de tête», armé de quelques cannes, pulvérise ses émotions avec la peinture jusqu’à avoir vidé «l’énergie négative».

Même si prendre sa place dans la société n’est pas chose facile, parce que le jeune homme s’identifie «nulle part et partout à la fois», «être dans une œuvre» ou créer, c’est comme prendre un instant et dire, maintenant, je suis là.

«Tu as cette place-là. Ça fait du bien, parce que j’ai souvent l’impression d’être perdu. Pour le temps de l’œuvre, surtout que le graff’ c’est éphémère, ça, c’est moi. Peu importe combien de temps ça dure, tu l’as eue, ta petite place, ton petit moment à toi.»

Inégalités et entraide

Le Ruissellement est une œuvre qui se découvre au détour des rues de Lévis et de Québec, dont une partie à l’extérieur du Centre aide et prévention jeunesse. L’artiste Wartin Pantois a collé sur les murs des personnages en chute, alors que d’autres, au sol, se tendent la main. 

«Il y a plusieurs thématiques, dont les inégalités sociales. L’œuvre s’appelle Le ruissellement. C’est une théorie économique, idéologique, qui prétend que si on a des grands riches, leur richesse va ruisseler vers la population et les gens moins fortunés. Je fais l’hypothèse, artistique, que c’est plutôt la pauvreté qui ruisselle, la misère ou les problèmes sociaux.

Le collage ici (au CAPJ de Lévis), c’est le tableau final d’une œuvre qui a commencé à se déployer à Québec, avec trois personnages en chutes sur trois murs différents. Je laisse libre les gens d’interpréter l’œuvre comme ils souhaitent. Je voulais montrer des beaux gestes d’entraide. Mais, si on le remarque, aucun personnage ne regarde en l’air. J’ai représenté des gens affairés à aller au plus urgent, peut-être sans se soucier des causes plus systémiques des inégalités ou des problèmes sociaux. L’œuvre est accompagnée d’un balado du philosophe Alain Deneault pour ceux qui veulent aller plus loin dans la réflexion. 

Le CAPJ, c’est un organisme avec lequel j’ai déjà collaboré à l’occasion d’un atelier avec les jeunes. Je les ai recontactés, demandé la permission pour le mur. J’ai fait des séances photos avec les jeunes du CAPJ et aussi les intervenants. Ce que je voulais c’était mettre les différentes personnes dans différents rôles. Tantôt l’intervenant aide les jeunes, tantôt les jeunes s’entraident, tantôt ce sont les jeunes qui aident l’intervenant. Chacun à des moments de sa vie peut être la personne aidée ou l’aidant.»

Balado : wartinpantois.bandcamp.com/album/le-ruissellement

CRÉDIT : WARTIN PANTOIS

CRÉDIT : WARTIN PANTOIS

 

Les plus lus

Des ados vedettes de la nouvelle série de Luca Jalbert

Cet été, Luca Jalbert a tourné la quatrième saison de sa web-série, qui fait partie de l’univers Ça fout la chienne et sortira au printemps prochain. Comme à son habitude, le bédéiste et cinéaste Lévisien a fait appel aux jeunes du territoire pour réaliser son projet. Rencontre avec deux acteurs en herbe.

HTF En famille, les retrouvailles ont bien eu lieu

Les 5 et 6 septembre, les danseurs du Québec avaient rendez-vous au Centre de congrès et d’exposition de Lévis. La compétition s’adressait aux danseurs solistes ainsi qu’aux danseurs duo et trio qui ont présenté leur numéro sur la scène Hit The Floor l’instant d’un week-end devant des juges québécois du monde de la danse.

Une fin de semaine à saveur pop sur l’avenue Bégin

Samedi 29 et dimanche 30 août, une programmation artistique et musicale des années 80 à aujourd’hui animera l’artère commerciale du Vieux-Lévis de 11h 30 à 18h. La rue sera piétonne de 10h à 22h, entre les rues Marie-Rollet et Saint-Étienne.

Le POOL - La Romaine 24 : un récit sportif à saveur nordique

Le POOL - La Romaine 24 est la première publication de l’auteur Ben Côté, un résident de Saint-Romuald originaire de l’Outaouais et qui a habité Saint-Antoine-de-Tilly, en passant par la Baie-James et la Basse-Côte-Nord. Cette autofiction est le reflet des expériences de l’écrivain, qui a enseigné près de 20 ans dans le nord du Canada.

Trois peintres, trois interprétations de la nature

L’Espace culturel du quartier de Saint-Nicolas a réuni dans une exposition collective trois peintres lévisiennes. Louise Daigle, Louise Forest et Nathalie Côté interprètent chacune la nature de manière très singulière. Une exposition à découvrir comme une grande bouffée d’air frais.

L’univers du heavy metal face à une force obscure

Avec sa trame sonore heavy métal, Abîmes est le nouveau roman adulte de Jonathan Reynolds. L’auteur connu pour ses livres d’horreur et d’épouvante, dont de nombreux titres pour la jeunesse, s’est installé à Lévis il y a quelques années.

Le festival Contes du littoral en Bellechasse sera virtuel

La programmation complète de la 23e édition a été dévoilée. Les 11, 12 et 13 septembre, des conteurs et des conteuses de la région offriront en direct des performances aux amateurs de récits traditionnels.

Le Festival international du conte Jos Violon fête ses 18 ans

Le rendez-vous des mots et des arts de la parole se tiendra du 9 au 18 octobre. Sous la thématique Majeur et vacciné, le festival explorera les limites de l’émancipation ainsi que les aléas de la vie d’adulte.

Peindre l’indicible de l’âme

Ses toiles, empreintes de délicatesse, de poésie et de lumière, sont exposées dès 1970 dans des galeries renommées de Montréal et de Québec. Artiste établie de longue date à Lévis, Claudette Rinfret consacre sa vie à l’art, un amour qui la fait vivre, une passion devenue compagnon de tous les jours, avec qui elle partage ses pensées intimes. Rencontre.

Madeleine Lantagne lance son nouveau roman à Lévis

Installée à Lévis depuis plus de 60 ans, Madeleine Lantagne publie Marie-Louise et sa destinée. De Saint-Malachie à Québec, la suite de son premier roman paru en 2017 aux Éditions GML, basées à Saint-Anselme. Le lancement se tiendra le 20 septembre, à Lévis.