Claude Desjardins a écrit un livre d’amour et de peinture dans lequel on découvre la vie de Clément Gravel, dit Papy, et de Pauline. CRÉDIT : AUDE MALARET

C’est une histoire d’amour. Celle de Pauline et Clément. Dans un livre qui raconte leur vie, le journaliste Claude Desjardins partage les souvenirs de Papy, le peintre amoureux, comme il le nomme. Lors du lancement de l’ouvrage à Lévis, l’auteur en a lu des extraits, soulignant en même temps les 96 ans du peintre.

Pauline vit dans les tableaux de Clément Gravel, Papy de son nom d’artiste. Leur histoire est peinte sur les toiles, dans toutes ses émotions, son intensité, sa beauté. Pauline a quitté Papy il y a quelques années après avoir lutté pour sa vie. Avant de partir, elle lui a fait un cadeau. Du matériel de peinture.

«Cette histoire touche à la quintessence de la poésie. C’est un couple qui s’aime et vit une superbe histoire d’amour. Il arrive un gros nuage qui passe sur leur relation. Pauline est inconsolable, elle lui donne un cadeau, des toiles, des couleurs des pinceaux. Il n’a jamais touché à ça. Il fait un tableau, lui donne», partage l’auteur de Papy, le peintre amoureux, Claude Desjardins.

Dès la première toile, le rire de Pauline s’est rallumé. «Le mystère, c’est mon épouse. Où est-elle allée chercher ça ? Jamais on n’a parlé de peinture. Elle est à l’origine de ça, raconte Clément Gravel. Je n’ai jamais demandé à ma femme pourquoi elle m’avait donné ça. C’est un mystère.»

Alors ensemble, ils ont partagé ce dernier petit bout de chemin, en rires et en peinture. «C’est ma paie ces sourires. Quand je ferme les yeux, elle est toujours ici», confie Papy qui a toujours été amoureux et qui l’est encore, comme il le rappelle. Après le départ de Pauline, Clément n’a jamais cessé de peindre, poursuivant ainsi l’aventure picturale qu’avait partagé les amoureux. Ces toiles devenues un lieu de rencontre en couleur teinté d’un amour plus fort que tout.

Une vie en tableaux

«Quand Papy m’a raconté qu’il avait dit à sa femme qu’il allait peindre l’histoire de leur vie, alors je me suis dit que j’allais raconter leur vie, à eux, à travers les tableaux de Papy. Ça s’est transformé un peu, mais c’est la structure de base du livre. Je pars d’un tableau, je raconte un événement qui est lié, une thématique de leur vie d’amoureux», poursuit Claude Desjardins. Sans suivre la chronologie des événements, son livre invite le lecteur à se promener dans le temps et l’espace.

«La beauté de cette histoire, c’est que Papy n’a jamais peint pour une autre raison que ce qui le reliait à Pauline.» Tout le monde peut se reconnaître dans leur histoire, croit l’auteur dont l’ouvrage rappelle universalité de l’amour. «L’amour décrit dans ce livre, la Pauline qui y est décrite, c’est celle qui nous vient à travers le regard de Papy. Un personnage presque spectral. C’est sa Pauline à lui et je ne voulais rien changer de ça.»

C’est la fille de Papy Nicole Gravel qui a proposé au journaliste, installé sur la Rive-Nord de Montréal où elle-même réside, d’écrire la biographie de son père. Un projet qui a aussitôt séduit Claude Desjardins, touché par la beauté de cette histoire d’amour et par la personnalité de Clément Gravel. «J’ai découvert un personnage, un homme pas banal qui a eu une vie pas banale», mentionne-t-il.

«C’est l’effet Papy. Dans son histoire, il y a un effet d’émulation. J’avais envie d’écrire un livre depuis longtemps, mais sans avoir de sujet. Là, tout d’un coup j’en avais un. Et j’ai trouvé le courage de mener ce projet à terme grâce à l’exemple fabuleux que j’avais sous les yeux. Quelle belle histoire!» 

Ce livre, Clément Gravel espère qu’il inspirera d’autres personnes à rester actives et à ne pas mettre leur vie en veilleuse, même après un deuil. «C’est pour donner l’exemple, pour essayer d’inciter les personnes âgées. Je veux que les gens se trouvent un sujet, se découvrent leur talent caché et qu’ils soient créatifs.»

Les personnes intéressées peuvent se procurer le livre au claudedesjardins.com.

Les plus lus

De Lévis à Paris

La comédienne Daphnée Côté-Hallé est présentement en France pour le tournage de la série Week-End Family de Disney+. La jeune femme, qui a passé son adolescence à Lévis, interprètera le personnage d’Emanuelle, l’une des protagonistes de l’émission.

District.Mao finaliste aux 73e Emmy Awards

C’est lors du dévoilement des nommés, le 13 juillet, que Marie-Odile Haince-LeBel ainsi que Caroline Lemieux, fondatrices de DM Productions, ont appris qu’elles étaient en nomination dans la catégorie des chorégraphies exceptionnelles pour les émissions de variété ou de téléréalité.

Programmation éclatée pour le retour de Festivent

C’est le 20 juillet que le Festivent de Lévis dévoilait sa programmation dans le cadre de Cet été, je parcours Lévis. L’événement se déroulera du 4 au 22 août prochain dans quatre différents sites à travers la ville.

Une Lévisienne primée à Village en Arts

C’est lors de la remise de prix virtuelle du 2 juillet dernier que l’artiste lévisienne, Louise Daigle, a appris qu’elle était récipiendaire de la troisième place du symposium Village en Arts de l’Espace culturel du Quartier de Saint-Nicolas.

Les Mea Culpa : début d’une carrière solo

Le 18 juin dernier, Les Mea Culpa, le premier mini-album (EP) de Lily Tea, est sorti sur toutes les plateformes numériques. L’artiste lévisienne a fait une semaine de résidence de création au Vieux Bureau de Poste (VBP) de Saint-Romuald afin de préparer le lancement.

Critique - Braquage de banque au VBP

Le Vieux Bureau de Poste (VBP) de Saint-Romuald invite le public à prendre ça cool cet été alors que la pièce Bonnie et Claud sera présentée jusqu’au 7 août. Les finissants du Conservatoire d’art dramatique de Québec proposent à cette occasion une version haute en couleur de la comédie d’Yves Amyot.

L’art de la décroissance

Dans le cadre de sa programmation 2021-2023, Regart, le centre d’artistes en art actuel, invitait les artistes et commissaires à réfléchir à la décroissance. Ce seront donc 11 dossiers et 22 intervenants qui présenteront leurs pistes de réflexion sous différentes formes artistiques.

Une chanteuse qui trace son chemin

Originaire de Rivière-du-Loup et emménagée à Lévis il y a deux ans, la chanteuse Camila Woodman n’est qu’au début de sa carrière. Après avoir sorti son premier mini-album en 2018, elle proposera son premier album cet automne. Avec ce nouveau projet, la jeune artiste espère réussir à partager sa musique avec le public.

Du soutien pour 10 artistes lévisiens en émergence

La Ville de Lévis, en collaboration avec le gouvernement du Québec, a dévoilé le 17 juin dernier le nom des 10 artistes émergents qui se partagent une aide financière, à la hauteur de 61 000 $, afin de les soutenir dans leur démarche de professionnalisation et leurs projets qui favorisent les liens entre les arts et la collectivité.

L’Internationale d’art miniature de retour à Lévis

Le Centre d’exposition Louise-Carrier accueille les visiteurs pour la 11e édition de l’Internationale d’art miniature jusqu’au 5 septembre. Le vernissage de l’exposition a eu lieu le 27 juin dernier.