Pour se concentrer sur ses études, il s’était départit de toutes ses guitares sauf une. La guitare acoustique que son grand-père lui avait offerte. CRÉDIT : FLORIANE THORENT ET COURTOISIE

Les ombres, le premier album solo de l’auteur-compositeur-interprète lévisien Roy Davis, sortira sur toutes les plateformes numériques le 29 octobre prochain. Par son approche moins traditionnelle, l’artiste a créé ses 12 chansons en débutant par la composition de la musique aux styles teintés pop, rock, folk avant de créer et d’y déposer ses textes.

Enfant parmi une famille de musiciens, Roy Davis a suivi des cours de piano à l’âge de sept ans. Il y a rapidement réalisé que la théorie ne l’intéressait pas et qu’il souhaitait plutôt avoir du plaisir avec un instrument. Le jeune Lévisien a alors arrêté les cours, ne pensant plus à la musique. C’est à l’âge de 15 ans qu’il a renoué avec cet aspect de sa vie alors qu’il eut touché à une guitare pour la première fois.

«Mon meilleur ami s’était acheté une nouvelle guitare, il m’a fait essayer sa vieille guitare qu’il vendait et j’ai adoré. Je sentais que je pouvais être bon et que je pouvais investir du temps pour devenir bon», s’est remémoré l’artiste.

Puisqu’il avait du plaisir à jouer de la musique, il s’est mis à jouer entre six et neuf heures par jour, chaque jour. À 17 ans, il s’est joint au groupe de muisque lévisien Waking from Oblivion, avec qui il fait une centaine de spectacles, pour ensuite rejoindre A Hundred Ghosts, qui était devenu un groupe très prometteur. Toutefois, après la séparation de son second groupe, il a décidé de se réorienter vers le domaine du cinéma.

«J’ai décidé de me tourner vers le cinéma, quelque chose que je ne connaissais pas et je suis tombé en amour. J’avais envie de faire de la musique de film, de jeu vidéo», a avoué le Lévisien.

Afin de se concentrer complètement sur ses études, il a décidé de se départir de ses guitares. Il en a gardé une seule, la guitare acoustique que son grand-père lui avait offerte.

De 21 à 27 ans, il n’a presque plus joué, soit deux ou trois heures par semaine. C’est lors du confinement de la dernière année que l’envie de jouer et d’écrire est revenue, notamment en raison de sa concentration pour ses cours qui était moins présente. Il a quitté le baccalauréat en cinéma pour concentrer toute son énergie à nouveau sur la musique. C’est ainsi que le confinement lui a permis d’écrire son album Les ombres.

Processus créatif

L’artiste souligne que ses cours de scénographie l’ont aidé dans son processus de composition de chansons. Il s’inspire d’images qu’il voit ou imagine et écrit ensuite autour de celles-ci. Souvent, ce sont des images inconscientes ou spontanées qui lui apparaissent.

Bien qu’il ait quitté le milieu cinématographique, il a gardé cette passion et l’utilise dans le cadre de ses chansons en créant des vidéoclips et en faisant le montage vidéo.

Par ailleurs, il travaille déjà sur son prochain album, mais d’ici là il est fébrile de présenter Les ombres à la fin du mois d’octobre.

Les plus lus

Deux Lévisiens vivent l’aventure Star Académie

Les Lévisiens Jérémy Plante et Olivia Sirois-Bruneau ont séduit le corps professoral et ils auront la chance de performer pour mériter leur place comme académiciens lors de l’édition 2022 de Star Académie.

Un Lévisien lauréat du Luxembourg Art Prize 2021

L’artiste lévisien Francis O’Shaughnessy, qui réside actuellement à Montréal, est l’un des lauréats de la septième édition du Luxembourg Art Prize 2021. C’est une photographie au collodion humide qui lui a valu la deuxième place de ce concours international.

Une Lévisienne veut devenir la meilleure pâtissière au Québec

La nouvelle émission Le meilleur pâtissier du Québec, disponible sur la plateforme Vrai de Québecor, aura une saveur lévisienne. Amélie Bleau, une résidente de Saint-Romuald âgée de 30 ans, est l’une des dix candidats en lice afin de ravir le prestigieux titre accordé par le concours culinaire télévisuel.

Voyage de 9 mois et 10 000 km à bord de Belle excuse

C’est à bord de Belle excuse qu’un couple originaire de Lévis a parcouru 10 000 km entre Lévis et les Bahamas par voie maritime de septembre 2019 à juin 2020. Christian Roy et Annie Yergeau ont partagé des récits de leur grand voyage en voilier sur les réseaux sociaux. Puisque les histoires ont été appréciées par leurs abonnés, c’est une fois de retour au Québec que M. Roy a écrit Belle excuse en ...

COVID-19 : le milieu culturel s’ajuste encore

Les mesures mises en place par le gouvernement du Québec sont difficiles pour les différentes organisations culturelles. Alors que les salles de spectacles ne peuvent plus tenir d’activités, les espaces d’expositions souffrent moins du nouveau confinement.

Le Centre d’exposition Louise-Carrier dévoile sa programmation hiver-printemps

Le 7 décembre dernier, l’équipe de Diffusion culturelle de Lévis (DCL) a présenté la programmation hiver-printemps 2022 du Centre d’exposition Louise-Carrier. Créateurs d’expériences ou relève de la région, tous seront mis en lumière dans les cinq expositions qui seront proposées au public lors des prochains mois.

Surface à la recherche de nouveaux talents

Du 21 au 23 juillet prochain, se tiendra au quai Paquet une nouvelle édition du spectacle Surface. L’événement estival est actuellement à la recherche d’artistes qui seront en vedette lors de sa cinquième édition.