Lison Mailloux et Diane Leblanc montrent le nouveau logo du Service d’entraide de Saint-Romuald, nouvelle image de marque qui souligne les 40 ans de l’organisme. CRÉDIT : ÉRICK DESCHÊNES

C’est le 25 mai que le Service d’entraide de Saint-Romuald a lancé les festivités de son 40e anniversaire lors de portes ouvertes dans ses locaux. 2019 est donc une année bien spéciale pour l’organisme lévisien qui permet à ses artisans de réaliser tout le chemin parcouru et son importance pour le quartier Saint-Romuald.

«C’est impressionnant de voir l’évolution du Service d’entraide. C’est parti de la bonne volonté de deux femmes qui voulaient aider leur communauté. 40 ans plus tard, nous sommes propriétaires de nos locaux et nous sommes une entreprise d’économie sociale», a partagé avec fierté Lison Mailloux, la directrice générale de l’organisme lévisien.

C’est en mai 1979 qu’Aline P. Gagnon et Odette Picard, deux bénévoles au Centre hospitalier de l’Université Laval, ont remarqué qu’il y avait des résidents de Saint-Romuald démunis, soit par l’âge, la maladie, les infirmités ou l’isolement.

Pour améliorer les conditions de vie de ces individus, mais aussi soutenir les groupes de Saint-Romuald, les deux dames ont recruté trois autres bénévoles pour fonder le Service d’entraide de Saint-Romuald.

Un acteur majeur

Depuis ce temps, l’organisme a grossi afin de répondre aux besoins de la population du quartier. Grâce à son équipe de quatre employées, l’apport de plus de 120 bénévoles et son entreprise d’économie sociale, Le Chiffonnier, qui est sa principale source de financement grâce à la vente de produits donnés par la population, le Service d’entraide de Saint-Romuald peut intervenir sur deux axes principaux : le maintien à domicile ainsi que les personnes et familles.

Concrètement, il offre notamment des services d’accompagnement en transport, de popote roulante, de paniers de Noël, de dépannage alimentaire et vestimentaire ainsi que d’aide dans les écoles. Avec cette large gamme d’aides, le Service d’entraide de Saint-Romuald peut donc répondre aux besoins grandissants de plusieurs citoyens du quartier lévisien.

«Les pauvres sont maintenant très pauvres. Lors des dernières années, le coût de la vie a tellement augmenté. Théoriquement, les personnes qui ont de l’aide sociale ne sont pas capables d’arriver. Ceux qui y parviennent font des miracles. Il y a aussi la réalité des personnes qui vivent plus longtemps. Par exemple, il y a plus de gens, comme ils perdent leur permis, qui ont besoin de notre service d’accompagnement en transport, qui est en demande fulgurante», ont expliqué Lison Mailloux et Diane Leblanc, trésorière et bénévole de l’organisme. 

Victime de son succès

Face à cette augmentation de la clientèle, le Service d’entraide de Saint-Romuald a d’ailleurs besoin plus que jamais de nouveaux bénévoles.

«Même si les gens n’ont pas beaucoup de temps à donner, nous sommes capables de composer avec cette réalité, a lancé Mme Mailloux. Tout don de temps peut nous aider. L’arrivée de nouveaux bénévoles nous permettrait, entre autres, d’augmenter notre nombre de circuits pour la popote roulante et d’augmenter le nombre d’accompagnements en transport. Nous aurons également besoin de personnes qui aimeraient s’impliquer au sein de notre conseil d’administration.»

Notons que le Service d’entraide de Saint-Romuald poursuivra la célébration de son 40e anniversaire avec d’autres activités au cours de l’année. À la mi-juin, des membres de l’organisme seront présents à la Fête de l’eau de Saint-Romuald afin de présenter les services offerts aux familles du quartier.

Également, le 21 septembre, le Service d’entraide invite tous ses artisans, anciens ou actuels, à un brunch pour les remercier de leur apport. Les personnes qui n’auraient pas été contactées par l’organisme et qui lui ont donné du temps peuvent signifier leur intérêt à participer à cette activité en téléphonant au 418 839-5588.

Les plus lus

Ressourcerie de Lévis : comportements déplorables

Si la Ressourcerie de Lévis peut de nouveau recevoir des biens dont veulent se débarrasser les gens de la région, l’entreprise d’économie sociale fait face à un phénomène récurrent qui provoque du gaspillage. Contrairement aux consignes de la Ressourcerie, plusieurs Lévisiens déposent des matières à revaloriser à l’extérieur de son point de service de Lévis alors qu’il est fermé.

Ressources-Naissances poursuit sa mission

En raison des mesures de confinement mises en place par le gouvernement dans le but de freiner la propagation de la COVID-19, Ressources-Naissances a dû faire preuve de créativité afin de continuer à offrir ses services aux familles de la région.

5 jardins communautaires rouverts, 3 en projet à Lévis

Cinq jardins communautaires rouvriront progressivement à partir du 18 mai sur le territoire lévisien. Trois nouveaux emplacements cultivables seront accessibles aux Lévisiens dès 2021 et 2022.

Une fête des Mères tout de même soulignée

Afin de permettre à leurs résidents de célébrer la fête des Mères malgré le confinement imposé en raison de la pandémie, plusieurs résidences pour aînés lévisiennes ont tenu des activités spéciales la fin de semaine dernière.

Bouger sur son balcon

En collaboration avec l’Association des locataires (ADL) de l’Office municipal d’habitation de Lévis (OMH), l’OMH organise plusieurs activités sportives afin de permettre aux locataires de bouger sur leur balcon, directives sanitaires obligent.

Le CAPJ en mode proactif

Par voie de communiqué, le Centre aide et prévention jeunesse (CAPJ) a détaillé, le 4 mai, les diverses mesures qu’il a mis en place afin de supporter sa clientèle malgré les restrictions imposées par la crise de la COVID-19.

La campagne de l’œillet toujours en cours

Coronavirus oblige, la campagne de l’œillet a dû se transformer. Comme partout au pays, le volet régional de cette activité de financement au profit de la Société canadienne de la sclérose en plaques (SCSP) se déroulera cette année en ligne.

Lettre ouverte - Les gens à l’aide sociale doivent recevoir comme les aînés une aide financière en temps de crise

Depuis le début de la pandémie, plusieurs acteurs de la société demandent au gouvernement du Québec d’accorder une aide financière spéciale pour les personnes à l’aide sociale. Pourquoi, diront certains, alors que leurs prestations n’ont pas changé?

Courir pour les banques alimentaires du Québec

Un collectif d’amis coureurs composé de Yvan L’Heureux (Rivière-du-Loup), Richard Turgeon (Gatineau), Anne Bouchard (Montréal), Marline Côté (Lévis) et Martine Marois (Rive-Sud de Montréal) ont lancé, le 26 avril à Rivière-du-Loup, un concept de course afin de venir en aide aux banques alimentaires du Québec : la SolidariCourse.

Une bénévole lévisienne récompensée pour son travail

Laurette Blanchet, une résidente de Charny, a récemment reçu un honneur bien particulier. En effet, la Lévisienne s’est vu remettre la Médaille du lieutenant-gouverneur du Québec pour les aînés afin de la récompenser pour ses nombreuses implications bénévoles.