CRÉDIT : ARCHIVES

C’est une grande tristesse que nous avons ressenti à la suite du drame survenu dans la soirée du 31 octobre dernier à Québec. Il va de soi que nos meilleures pensées vont aux personnes qui ont été victimes de ces actes et à leurs proches.

Après le sentiment de tristesse, nous ressentons de la consternation et de l’incompréhension vis-à-vis un certain discours public récurrent lorsque de tels drames surviennent. Tout en déplorant la violence perpétrée dans de telles circonstances, nous désirons également dénoncer les amalgames véhiculés entre de tels actes de violence et la santé mentale. Certaines études tendent en fait à démontrer qu’une personne vivant avec un problème de santé mentale est plus susceptible de subir des actes de violence que d’en perpétrer. Des drames comme celui de samedi dernier, aussi tristes et inexplicables soient-ils, ne devraient pas amener davantage de coercition et de préjugés à l’endroit des personnes qui vivent avec un problème de santé mentale, il y en a déjà suffisamment!

Certains remettent même en cause la désinstitutionalisation, qui est à toutes fins pratiques terminée depuis les années 1990. Il serait illusoire de croire que l’on peut retourner à une époque où l’on enfermait les personnes ayant des problèmes de santé mentale dans des hôpitaux psychiatriques et que les problèmes se régleraient alors à grands coups de solutions s’apparentant à l’emploi d’une baguette magique! Ne serait-il pas opportun de mettre de côté cet enjeu du passé et d’avoir un réel débat public en matière de santé mentale digne du 21ième siècle?

La question que tout le monde se pose, peut-on prévenir de tels actes de violence? À titre de représentants de groupes de défense de droits et de ressources alternatives en santé mentale, nous estimons que la réponse se situe dans un investissement majeur dans les services d’aide dans la communauté. De surcroît, nous soulignons l’importance que représente une aide rapide et adaptée aux besoins des personnes, l’accès à des services de psychothérapie ainsi qu’à des ressources communautaires en santé mentale financées adéquatement. Comme société, donnons-nous la priorité d’aider les personnes à l’extérieur des murs de l’hôpital psychiatrique et des centres de détention!

Nous saluons la volonté du ministre Carmant relativement à son annonce des investissements de 100 millions en santé mentale comprenant 10 millions pour le milieu communautaire. Malheureusement, ces sommes sont temporaires et les besoins demeurent permanents. À cet effet, nous déplorons que lorsque des allocations récurrentes sont versées aux organismes communautaires en Chaudière-Appalaches, les organismes en santé mentale ne sont pas priorisés et leur financement demeure stagnant et insuffisant depuis trop longtemps.

Les gens que nous aidons au quotidien sont souvent isolés et vivent dans des conditions de vie précaires, qui affectent grandement leur vie. Ces éléments doivent aussi être considérés si on veut réellement améliorer la situation. Nos ressources accueillent chaque année des centaines de personnes qui souhaitent améliorer leur santé mentale par l’entraide, la défense de leurs droits, l’hébergement et l’intégration en emploi. Nous sommes préoccupés que cet acte tragique amène une plus grande stigmatisation des personnes qui fréquentent nos organismes.

Puisque les prises de position émotives ne sont pas sans conséquences, nous appelons à un traitement plus respectueux de la santé mentale dans l’espace public lors d’évènements comme celui de samedi dernier. Les groupes alternatifs en santé mentale et de défense des droits en santé mentale de Chaudière-Appalaches.

François Winter, directeur général de L’A-DROIT de Chaudière-Appalaches, Lévis

Edith Lambert, directrice générale de L’Oasis de Lotbinière, Saint-Flavien

Ann Robitaille, directrice générale d’Aux quatre vents, Lévis

Diane Chatigny, directrice générale du Murmure, Beauceville

Karlyn Perron, directrice générale de La Barre du jour, Saint-Gervais

Mélissa Boilard, directrice générale du Trait d’union, Montmagny

Les plus lus

Lettre d'opinion - L’hébergement communautaire jeunesse testé positif

Messieurs Legault, Dubé et Carmant, nous sommes fatiguées! Fatiguées de nous battre pour une reconnaissance qui ne vient pas. De quêter pour réussir à accomplir notre mission. De toutes ces redditions de comptes. De voir partir notre personnel pour le Réseau faute de salaires décents. De voir les piliers de nos organisations tomber en burnout. De se justifier devant vous et devoir recommencer à ch...

Les poules urbaines bientôt permises à Lévis?

Des citoyens de Lévis demandent à l’administration municipale d’autoriser et de réglementer les poules urbaines à Lévis. La Ville travaille justement sur cette question et regarde la possibilité de mener des projets pilotes sur le territoire.

Reprise des messes dans le Grand Lévis

Comme «il est impossible de savoir quand le gouvernement provincial assouplira les mesures sanitaires présentement en vigueur», les autorités pastorales de l’unité Desjardins–Chutes-Chaudière ont pris la décision de rouvrir certaines églises de l’unité et d’y reprendre la pratique régulière des messes de fin de semaine à compter des 14 et 15 novembre prochains.

La campagne Des pâtés pour s’aider de retour

La pandémie a fragilisé plusieurs familles de notre région qui ont plus de difficulté à combler des besoins fondamentaux, comme socialiser, cuisiner et optimiser leur budget nourriture. La campagne Des pâtés pour s’aider vient en aide à toutes ces familles et permet de garnir les paniers de Noël de familles défavorisées.

Une guignolée importante pour Saint-Jean-Chrysostome

En raison de la pandémie, le Service d’entraide de Saint-Jean-Chrysostome a dû s’adapter à la situation afin de pouvoir récolter des dons et des denrées pour la période des Fêtes où les banques alimentaires sont habituellement très sollicitées. Une récolte de denrées est prévue le 28 novembre au parc Champigny, une campagne de dons en argent est également lancée afin de bien garnir les paniers qu’...

La Fondation Jonction pour Elle tient sa campagne en ligne

Une grande campagne de financement au profit de la Fondation Jonction pour Elle est en cours en remplacement de la 4e édition du Concours Chantons pour Elles, qui devait avoir lieu le 15 octobre au centre de congrès de Lévis et a dû être annulée en raison de la pandémie Covid-19.

Soutenir le travail invisible des proches aidants

Les proches aidants assument un travail invisible et pourtant essentiel auprès d’une population plus vulnérable. Chaque année leur dévouement est souligné lors de la Semaine nationale des personnes proches aidantes qui a eu lieu début novembre.

La Mosaïque propose plusieurs options pour lui donner un coup de pouce

Le Café la Mosaïque a sollicité, le 3 novembre, l’appui des Lévisiens pendant les mois de novembre et décembre, notamment dans le cadre de ses activités spéciales-bénéfices afin de l’aider à poursuivre sa mission sociale.

Un repas pour soutenir Le Grenier

Avec les années, le Meating de la relève, qui se tient à l’automne, est devenu un événement mondain de Lévis. Cette année, pandémie oblige et en raison de la fermeture du restaurant Cosmos de Lévis, il n’y aura pas de Meating de la relève. Mais dans le but de garantir la continuité de l’aide à la cause du Comptoir alimentaire Le Grenier, les membres du comité organisateur proposent aux gens de la ...

Lettre d'opinion - Patience et résilience

En 1918 : nos parents viennent de sortir de la Première Guerre mondiale qu'ils doivent faire face à un nouvel ennemi : la grippe espagnole. Ce virus a fait près de 100 millions de morts.