Les poules urbaines permettent d’avoir des œufs frais, du composte pour son jardin et réduisent les déchets en mangeant les restes de table. CRÉDIT : COURTOISIE

Des citoyens de Lévis demandent à l’administration municipale d’autoriser et de réglementer les poules urbaines à Lévis. La Ville travaille justement sur cette question et regarde la possibilité de mener des projets pilotes sur le territoire.

Québec, Trois-Rivières, Sherbrooke, Gatineau, Saguenay, Victoriaville, Terrebonne… Au Québec, une soixantaine de municipalités permettent d’avoir quelques poules chez soi. Et ces poulaillers urbains sont de plus en plus populaires. Sans compter qu’avec la pandémie, nombreux ont été ceux à chercher plus d’autonomie alimentaire.

Des Lévisiens se sont rassemblés sur Facebook pour demander à la Ville d’autoriser la garde de poules. Le groupe Pour la légalité des poules à Lévis a pour objectif de faire évoluer les règles sur le territoire. Christian Demers, José Martel et Joane Breton veulent sensibiliser les élus et les autres citoyens aux bienfaits des poules urbaines.

À Lévis, la réglementation permet uniquement aux citoyens de certaines zones agricoles de posséder des poules sur leur terrain. Selon les règles de la Ville, les volatiles entrent en effet dans la catégorie des animaux de ferme, interdits en zone urbaine. 

Favoriser les bonnes pratiques

 «À Lévis, les poules urbaines ne sont pas règlementées. Par contre, c’est toléré. Une personne qui a des poules chez elle, c’est toléré tant et aussi longtemps qu’il n’y a pas de plainte du voisinage», remarque la porte-parole du regroupement citoyen, Joane Breton. 

Une règlementation permettrait justement d’éviter de telles situations en instaurant de bonnes pratiques et garantirait une saine gestion animalière et sanitaire, estime le regroupement de citoyens. «Pour le bien-être animal, le bien-être de l’environnement et le bon voisinage, on estime que c’est vraiment important qu’une règlementation soit faite», défend-t-elle.

«Des fois, un voisin peut se plaindre parce que les poules se promènent. Mais dans toutes les règlementations des municipalités qui autorisent la garde de poules, les propriétaires doivent avoir un poulailler clôturé et les poules n’ont pas le droit de se promener sur le terrain.» 

Tout en autorisant les poules urbaines, les textes permettent donc de fixer des règles claires et uniformes qui imposent un entretien rigoureux. «Quand c’est bien entretenu, il n’y a pas de bruit et pas d’odeur», assure Joane Breton. Il faut aussi se procurer des animaux vaccinés en bonne santé et un enclos adéquat.

«Les poules sont aussi des animaux de compagnie. Elles deviennent comme un pitou. Ce sont des animaux très agréables à côtoyer, fait savoir celle qui en a eu, mais dont le poulailler est vide en attendant la règlementation. Pour moi, c’est un plaisir animalier, un loisir et un passe-temps. Avoir des œufs frais, c’est très agréable.»

Avec la COVID, il y a aussi eu un engouement pour les poules urbaines. «Ça va dans le même sens que d’autres démarches, comme les jardins collectifs, faire pousser ses légumes. Les gens retournent aux sources», partage la porte-parole qui souligne que les volatiles permettent de réduire ses déchets en mangeant les restes de table, produisent un excellent composte pour les cultures et permettent de responsabiliser les enfants qui s’en occupent. 

Du côté de la Ville de Lévis, «on est dans une situation évolutive», a indiqué le maire Gilles Lehouillier qui a évoqué la question des poules urbaines lors de la période de questions ouverte aux citoyens lors du conseil municipal du 26 octobre.
«Le conseil municipal se questionne actuellement sur ce qu’on pourrait faire au sujet des poules en milieu urbain, a-t-il indiqué. On est en train de regarder pour mettre de l’avant des expériences pilotes au niveau des poules urbaines.»

Les plus lus

Loïc Mathieu prépare un nouveau cadeau pour le CPSL

Après avoir réuni plus de 4 000 $ pour le Centre de pédiatrie sociale de Lévis (CPSL) lors de la dernière Guignolée du Dr Julien, Loïc Mathieu récidive cet automne. Comme l’an dernier, l’adolescent lévisien récolte de nouveau des contenants consignés afin de supporter financièrement l’organisme basé dans le Vieux-Lévis.

10 ans pour la Maison de soins palliatifs du Littoral

En activité depuis le 11 novembre 2011, la Maison de soins palliatifs du littoral (MSPL) fêtera le 11 novembre prochain ses 10 ans. L’organisme, qui a pour mission d’accompagner les personnes en fin de vie, a réussi, lors de la dernière décennie, à aider aux alentours de 1 200 personnes et leur famille.

Un nouveau service pour bien manger

Des organismes de Lévis ont uni leurs efforts pour offrir des repas nutritifs à prix abordables dans différents secteurs de Lévis, dans le cadre de l’initiative Aliments pour tous.

Pédaler pour la recherche sur la sclérose en plaques

Le 28 septembre dernier, après 11 heures et 39 minutes à pédaler de Montréal jusqu’à Lévis, sa ville natale, Patrice Grenier a réalisé les trois objectifs qu’il s’était fixés pour la recherche sur la sclérose en plaques.

Un nouvel encan virtuel pour la MSPL

La deuxième édition de l’encan virtuel au bénéfice de la Maison de soins palliatifs du Littoral (MSPL) se déroulera du 4 au 21 novembre prochains. Sous la présidence d’honneur de l’homme d’affaires Bruno Lavoie, propriétaire de la quincaillerie BMR de Saint-Jean-Chrysostome, l’encan proposera au grand public plus de 80 lots.

Nouveau record pour la Dégustation de prestige de la Fondation Hôtel-Dieu de Lévis

Un nombre de participants et un montant record de 319 520 $ ont été enregistrés le 7 octobre dernier lors de la Dégustation de prestige qui s’est déroulée une fois de plus en formule à la maison. L’événement phare de la Fondation Hôtel-Dieu de Lévis a permis de livrer des repas dans les régions de la Chaudière-Appalaches et de Québec.

Nouvelle directrice au CBE

C’est le 1er octobre dernier qu’Andréane Chabot a terminé son mandat de plus de sept ans à la direction générale du Conseil de bassin de la rivière Etchemin (CBE). Sa successeure, Véronique Dumouchel est en poste depuis le 26 octobre dernier.

Prostitution : Alliance-Jeunesse toujours en action

Le projet Volet Intervention Prostitution (VIP) existe depuis 2013 chez Alliance-Jeunesse Chutes-de-la-Chaudière. Ce volet, qui s’adresse aux travailleurs et travailleuses du sexe ainsi qu’aux victimes d’exploitation sexuelle, compte plus de 500 personnes majeures qui ont recours à ce service par année. Depuis maintenant un an, l’organisme lévisien a aussi mis en place le projet VIP juvénile, pour...

Une année de transition avant une «grande reconfiguration»

L’équipe pastorale des trois paroisses catholiques de Lévis et Saint-Lambert-de-Lauzon a connu plusieurs changements au cours de l’été. Fort de l’arrivée de nouveaux membres, le groupe qui anime la vie paroissiale de Saint-Jean-l’Évangéliste, Saint-Joseph-de-Lévis et Saint-Nicolas-de-Lévis travaillera sur plusieurs dossiers afin qu’il soit fin prêt pour sa nouvelle vocation d’équipe pastorale miss...

Des pâtés qui aident les plus démunis

La campagne du Filon, Des pâtés pour s’aider, est de retour cette année sous le thème Des pâtés pour s’aider… toute l’année!, du 30 novembre au 17 décembre. L’édition 2021 de la campagne de financement qui vise à garnir des paniers de Noël de plus de 1 000 familles défavorisées de la région ainsi que soutenir la mission et les actions du Filon sera sous la présidence d’honneur de Sandra Fontaine, ...