mercredi 12 juin 2024
Votre Journal. Votre allié local.

Communauté > Actualités

Secteur de l'Anse-Tibbits

L’église Sainte-Jeanne-d’Arc à vendre

Les + lus

L’édifice centenaire est désormais sur le marché immobilier. Photo : Érick Deschênes

21 sept. 2023 08:54

Un immeuble bien inhabituel se trouve dans la liste des édifices à vendre dans le quartier Lévis disponible sur les sites Web immobiliers. Plus tôt en septembre, la paroisse Saint-Joseph-de-Lévis a donné un mandat à un courtier immobilier de la région pour vendre l’église Sainte-Jeanne-d’Arc, située sur la rue Saint-Laurent à proximité du parc de l’Anse-Tibbits (parc Saint-Laurent).

«Imaginez-vous posséder une ancienne église, pleine de caractère et d’histoire, nichée au cœur d’un quartier idéalement situé, à proximité de tous les services essentiels, des écoles et le long d’une magnifique piste cyclable qui longe majestueusement le fleuve Saint-Laurent», peut-on lire dans l’annonce publiée sur Internet.

L’église Sainte-Jeanne-d’Arc a vu sa première messe y être célébrée en 1920. Afin de permettre la création de la paroisse et l’implantation d’un temple catholique pour les familles du secteur, la communauté avait auparavant décidé de transformer l’ancien entrepôt se trouvant sur le site en église.

En 2017, la paroisse Saint-Joseph-de-Lévis, qui gère les églises catholiques dans les quartiers Lévis et Pintendre, avait annoncé que l’église Sainte-Jeanne-d’Arc allait être fermée au culte d’ici deux ans. Considérée comme excédentaire, le temple nécessite d’importants travaux, dont sur la toiture.

«Un mandat a été donné à un courtier immobilier pour vendre l’église. Si une transaction est conclue, elle devra être approuvée par l’archevêque de Québec, comme la paroisse n’est que gestionnaire des propriétés. Il n’y a plus de services religieux à l’église Sainte-Jeanne-d’Arc depuis près de deux ans et il n’y en aura plus. […] La pandémie a donné un coup de Jarnac à la pratique religieuse et comme les autres paroisses du Québec, on fait face à d’importantes dépenses pour rénover nos églises et une chute de nos revenus. Il est donc important de réduire nos dépenses (et de céder nos biens excédentaires)», a expliqué Roger Lachance, membre de l’assemblée de fabrique de Saint-Joseph-de-Lévis et responsable des communications du comité de la paroisse sur l’avenir de ses églises.

Rendez-vous manqué

Contrairement aux dossiers d’autres églises de l’arrondissement Desjardins qui ont été cédées ou dont les usages ont été modifiés pour faire face à la diminution de la pratique religieuse, la paroisse Saint-Joseph-de-Lévis a décidé pour l’église Sainte-Jeanne-d’Arc de placer le temple sur le marché immobilier.

Au cours des dernières années, l’église Sainte-Bernadette, à Lauzon, a notamment été démolie pour permettre la construction du projet de logements sociaux et d’espaces communautaires Carpe Diem tandis que les églises Christ-Roi et Saint-David accueillent respectivement, en plus de cérémonies religieuses, les activités du Comptoir alimentaire Le Grenier et de l’Orchestre symphonique de Lévis.

Cependant, Roger Lachance assure que la paroisse a d’abord voulu céder l’église Sainte-Jeanne-d’Arc à un organisme de la communauté, mais qu’aucun projet communautaire n’a finalement pu se concrétiser.

«Depuis plusieurs années, la Maison natale de Louis Fréchette utilise l’église Sainte-Jeanne-d’Arc pour y tenir certaines de ses activités. Cet organisme nous avait auparavant signifié son intérêt de transformer l’église en centre culturel, mais nous n’avons finalement pas reçu d’offre d’achat. On a donc décidé d’aller de l’avant avec une transaction immobilière régulière», a partagé le marguillier.

Actuellement, la paroisse Saint-Joseph-de-Lévis demande la somme de 399 900 $ pour céder le temple à son futur acheteur. Après l’approbation de la transaction par l’archevêque de Québec, le fruit de la vente ira au fonds «visant à assurer la pérennité de la paroisse Saint-Joseph-de-Lévis».

Les + lus